Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le travail du “collectif communicationnel” vénézuélien sur Internet

[Tous les liens sont en espagnol, sauf indication contraire]

A travers son livre de bord ‘Nous ne Savons pas Tirer’, l’Armée Communicationnelle de Libération promeut et illustre ses interventions urbaines. Celles-ci se basent sur les graffitis et autres œuvres visuelles réalisées avec des pochoirs, qui expriment leur soutien à la révolution bolivarienne. Nous avons abordé le travail du collectif grâce à leur livre de bord, dont nous avons partagé quelques images, avec l’accord du groupe. Voici d’abord une présentation du collectif sur leur blog :

Ejército Comunicacional de Liberación es una fuerza en formación y reformulación constante; un puñado de jóvenes alzados en armas de papel quienes, mediante la comunicación popular, apuestan por el desarrollo de una nueva estética consciente y responsable en función de la promoción clara y efectiva de mensajes que contribuyan con procesos de transformación social y redistribución de la riqueza. Nuestra acciones y productos siguen tres líneas fundamentales: agitación, formación y sustentabilidad.

L’Armée Communicationnelle de Libération est une force en formation et reformulation constante ; une poignée de jeunes rebelles armés de papier qui, à travers une communication populaire, mise sur le développement d’une nouvelle esthétique consciente et responsable grâce à des messages clairs, qui contribuent à la transformation sociale et à la redistribution des richesses. Nos actions et œuvres suivent trois lignes fondamentales : agitation, formation et développement durable.

L’ELC assure aussi des activités formatrices et de collaboration avec d’autres collectifs et communautés autour du Venezuela, qui participent à l’intervention visuelle dans les espaces publics. La prochaine aura lieu, avec la population d’Elorza[français], dans l’Etat d’Apure:

En Elorza

En el marco de las fiestas de Elorza 2014 tuvimos la oportunidad de rendir un humilde homenaje a el comandante eterno junto a los convives de SOU, SUC, Otro Beta y Nueva Casika, nos hubiese gustado hacer más, pero estamos seguros que vendrán nuevas oportunidades.

Dans le cadre des célébrations des fêtes d’Elorza, nous avions la possibilité de rendre un modeste hommage au commandant éternel avec les convives de SOU, SUC, Otro Beta et Nueva Casika, nous aurions aimé faire davantage, mais nous aurons certainement d’autres occasions.

Mural Elorza

Récemment, ils ont également partagé des images de peintures murales dans d’autres quartiers de la capitale. La peinture murale fut réalisée à Maca, un quartier de Caracas. L’objectif est de sensibiliser les consciences en ce qui concerne l’élimination des déchets. Ils dénoncent ainsi l’inertie de la municipalité et soulignent l’importance de la participation citoyenne à travers le témoignage de l’uns des voisins:

El problema de la basura aquí en Maca, es que los vecinos que viven en la parte de arriba aprovechan cuando llueve y lanzan la basura a la calle para que el agua las arrastre, esto hace que se ensucie la calle y se tapen las alcantarillas. Sería bueno que la gente botara la basura donde es y no en cualquier parte.

Le problème des déchets ici à Maca, est que les voisins qui vivent en hauteur en profitent pour jeter leurs ordures dans la rue afin que l’eau les emporte, ce qui a pour conséquence de souiller les rues et de boucher les égouts. Il serait bien que les gens ne jettent pas leurs déchets n’importe où.

No tires basura

Ils ont aussi partagé des photos représentant d’autres activités, comme celles du tableau d’affichage réalisé dans les quartiers de Los Erasos et Santa Rosa, à Caracas:

Periódico Mural 2

Periódico mural realizado en el Barrios los Erasos y Santa Rosa

Le collectif effectue également diverses interventions dans les espaces urbains. L’image suivante illustre l’une d’entres elles, que l’on peut observer dans la paroisse San Juan, à Caracas :

Intervención en la parroquia de San Juan

Avec d’autres interventions dans la ville, le collectif exprime sa position dans les manifestations qui secouent le Venezuela depuis plusieurs mois. A travers ce travail mural, il critique les manifestations sans fondements ni convictions qui se sont déroulées dans l’est de Caracas. Le rendez-vous s’est conclu avec la phrase «No volverán» (Ils ne reviendront pas), un slogan des groupes pro-Chavez par lequel ils affirment que les partis élitistes qui ont gouverné le pays par le passé ne reviendront pas au pouvoir. Les manifestations dont nous parlons ici rejoignent celles qui ont agité le pays [français], réclamant la démission du président Nicolás Maduro :

Mural Chacao

Crítica a la irracionalidad de protestas sin objetivos. Intervenciones realizadas en las calles del este (Chacao y Altamira), donde supuestamente [los opositores] tienen el control absoluto, las paredes siguen siendo del pueblo. No volverán.

Je critique l’irrationalité de ces manifestations sans but précis. Dans l’est où ont eu lieu les interventions (à Chacao et Altamira) et où les opposants auraient le contrôle absolu, les murs appartiennent toujours à la population. Ils ne reviendront pas.

Le blog contient des œuvres de collectifs vénézuéliens et étrangers similaires, disponible via Vimeo. Ils font la promotion d’autres projets à l’impact visuel plus fort, et au contenu social et politique.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site