Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Sommet Afrique – Etats-Unis: Que peut le Président Barack Obama contre les dictateurs africains?

 Le Président Barack Obama reçoit à Washington une quarantaine de dirigeants africains - via carrapide - Domaine public

Le Président Barack Obama reçoit à Washington une quarantaine de dirigeants africains – via carrapide – Domaine public

Bien avant l'ouverture du premier Sommet réunissant le Président Barack Obama et ses homologues africains à Washington du 4 au 6 aout 2014, les internautes du continent noir se posent de nombreuses questions sur l'utilité d'une telle rencontre et les limites de l'action de l'administration américaine.

Le blogueur Senior Mbary du Tchad a apporté sa contribution dans le débat en écrivant un article, repris par de nombreux sites de son pays, intitulé Gouvernance démocratique : jusqu’où ira le président Obama avec les dictateurs africains ?. On peut le lire sur le Blog de Makaila Nguela, un autre blogueur qui est persécuté par les autorités Tchadiennes à cause des menaces qui pesaient sur lui dues à ses écrits sur la mauvaise gouvernance du gouvernement Idriss Déby. Il a pu s'expatrier grâce à la mobilisation des internautes africains et l'action coordonnée des ONG internationales des défenseurs des droits humains. Senior Mbary écrit :

 Quoi qu’on dise, la démocratie présente un aspect universel : un candidat est élu sur la base de son programme (en théorie). Si au prochain mandat, il n’a pas donné satisfaction, sa propre famille politique hésitera à voter à nouveau pour lui si les jeux démocratiques sont respectés, c’est-à-dire si les gens votent réellement selon leurs convictions.

Le constat est que si les citoyens d’un pays se sentent en sécurité, c’est le cœur qui parle lors des votes et non le ventre ou l’appartenance ethnique ou religieuse dès lors que les règles de jeux démocratiques sont respectées.

Le président Obama a donné un avant-goût de l’espoir quant aux résultats du prochain sommet afro-américain  lors de sa rencontre avec les jeunes africains. Mais la question fondamentale que l’on est en droit de se poser est la suivante : Quelles mesures le président américain sera en mesure de prendre pour faire changer les choses ? Cette interrogation est née pour les raisons suivantes :

-    Lors de sa première tournée africaine lors de son premier mandat, le président Obama avait déclaré au Ghana que l’Afrique n’a pas besoin des hommes forts mais d’institutions fortes, ce qui revient à dire que l’Afrique a besoin d’un ancrage démocratique fort, nécessaire à son développement. Plus de cinq ans après cette déclaration, rien n’a changé. Bien au contraire, la liste des présidents qui ont changé leur constitution ou qui sont sur le point de le faire pour se maintenir au pouvoir ne fait que s’allonger,  même si la plus part de ces dirigeants ont déjà  plus de dix ans au pouvoir;

-    Les intérêts mafieux dans le pré carré français. Quel est la capacité réelle du président Obama à influencer le président Hollande qui soutient aveuglement les dictateurs comme Idriss Deby du Tchad, sachant que celui-ci a des soutiens très solides au sein de l’armée française, le vrai patron de la politique africaine de la France;

-    Au Togo et au Congo-Brazzaville, ces mêmes milieux mafieux sont prêts à tout pour convaincre Hollande de supporter ces présidents dictateurs en place au nom de la stabilité et de la sécurité comme si sans ces gens, les pays allaient disparaitre. Quelle est la stratégie de Mr Obama pour contrer et neutraliser ces milieux ?

Que des interrogations sans réponse pour le moment.

Pour plus d'informations sur les activités de Makaila Nguebla,Interview du journaliste tchadien Makaila Nguebla, expulsé du Sénégal vers la Guinée par Anna Gueye.

2 commentaires

  • sécotine

    le système mafieux du pré-carré Français ?
    Qu’en est-il du système mafieux Mobutu/Kabila père et fils ?
    La familles Dos Santos en Angola ?
    Zuma en Afrique du Sud ?
    Mugabe au Zimbabwe ?
    pour ne citer que ceux-là
    Il parait que le pouvoir corrompt , ils en sont l’exemple flagrant. Sans un sou lors de leur élection, les voilà tous multimillionnaires, propriétaires de palais, ayant placé femme, fils/fille.gendre dans toutes les sphères du pouvoir, tout cela sans le moindre scrupule et surtout en se maintenant au pouvoir par la force, la torture, les élections truquées, et en ayant le culot de l’aide pour des infrastructures qui ne voient jamais le jour et nos pays donnent sans compter. (Scratch my back I will scratch yours)
    Ils sont indépendants depuis près d’un demi siècle et sont toujours dans le caniveau.

    • Merci pour votre dénonciation sur les excès de ces dictateurs. Je suis tout à fait d’accord avec vous!

      D’autre part, depuis quelque temps on nous submerge de statistiques disant que les pays qui enregistrent les plus forts taux de croissance se trouveraient en Afrique, alors que rares sont les états africains qui vont atteindre plus d’un des Objectifs du millénaire du développement.

      Dans la plupart des pays, ces mauvais résultats sont dus au pillage organisé par les cliques au pouvoir. Les 5 présidents qui sont restés le plus longtemps au pouvoir sont des africains que le Pape reçoit devant les caméras en contradiction avec ses différentes condamnations de la torture, de la corruption et d’autres violations des droits humains que ces personnages utilisent régulièrement.

      En réponse aux paroles du Pape et à son excommunication des mafieux, j’ai écrit une pétition:

      https://secure.avaaz.org/fr/petition/Sa_Saintete_Pape_Francois_Excomuniez_5_dictateurs_africains/share/?new

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site