Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Cambodge : Réouverture du parc de la Liberté à Phnom-Penh

Démontage des barricades : Le lieu désigné pour les manifestations pacifiques ré-ouvre au public

La police a démonté les barricades et les fils de fer barbelés tranchants qui entouraient le parc de la Liberté dans la capitale cambodgienne Phnom Penh, sur ordre des autorités municipales. Le parc avait été fermé au public en janvier parce qu'il était devenu le lieu principal des actions de protestation contre le gouvernement.

Depuis l'an dernier, l'opposition organisait des manifestations après avoir rejeté les résultats des élections de juillet. Elle a également boycotté le Parlement et exigé une enquête indépendante sur le processus électoral. L'opposition accuse le parti au pouvoir, depuis plus de trois décennies, d'usage de la fraude et de la violence pour truquer les élections.

Les manifestations anti-gouvernementales ont gagné en intensité lorsque l'opposition a soutenu la grève des travailleurs de l'habillement qui exigeaient une augmentation de leurs salaires minimums mensuels. En janvier, des manifestants se sont affrontés avec la police aboutissant à la mort de cinq de ces travailleurs. Le gouvernement avait ordonné la dispersion des manifestants à l'intérieur du parc de la Liberté et il avait interdit d'y organiser des rassemblements publics. Il avait également fermé le parc sous le prétexte de menaces à la sécurité nationale.

Le 15 juillet, des membres de l'opposition ont tenté de récupérer le parc par une action baptisée “Libérez le parc de la Liberté”, mais ils ont été rapidement appréhendés par la police.

Cependant, le 6 août, la mairie de Phnom Penh a publié une déclaration autorisant la réouverture du parc après avoir affirmé que “la sécurité et l'ordre y avaient déjà été restaurés” :

Maintenant que la sûreté, la sécurité et l'ordre public ont été restaurés et que la situation y est devenue normale, les autorités ont décidé de rouvrir la parc de la Liberté à partir d'aujourd'hui.

Dans le passé, le parc avait été utilisé de manière abusive, provoquant des incitations qui ont conduit à de la violence, des meurtres et des destructions de biens publics et privés. Ces abus sont contraires à la loi sur les manifestations pacifiques, et c'est pourquoi les autorités avaient décidé de fermer le parc.

De nombreuses voix ont salué le démantèlement des barrières métalliques qui bloquaient le parc.

Excellent MT Le fil de fer barbelé a été enlevé, ce 6 août 2014 

Le Parc Liberté a été libéré. Les barricades de fils qui l'entouraient ont déjà été enlevés.

Après des mois de répression du gouvernement contre les manifestations au #CNRP, les barricades ont été démontées ce matin à #FreedomPark.

Le CNRP est le parti de l'opposition, Parti du sauvetage national du Cambodge.

L'ouverture du parc est considérée comme faisant partie de l'accord entre le parti au pouvoir et l'opposition après que cette dernière eut finalement décidé de mettre fin à ses 10 mois de boycott du Parlement. A la veille de la réouverture du parc de la Liberté, les 55 députés de l'opposition ont prêté serment en tant que nouveaux membres de l'Assemblée nationale.

Les élus du CNRP à l'Assemblée nationale

Quelques membres de l'opposition étaient au parc de la Liberté pour assister à la levée du blocus.

Marquant la fin et le début, #musochua et ses collègues du #CNRP ont célébré la réouverture du Parc de la liberté

Mme Mu Sochua est une députée de l'opposition. Elle a fait serment d'organiser des protestations dans le parc si le programme de réforme de l'opposition était ignoré au Parlement.

Il est à espérer que la réouverture du parc de la Liberté, qui était devenu un symbole de la liberté d'expression au Cambodge, conduira à une plus grande reconnaissance des droits démocratiques du peuple.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site