Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les transports de troupes russes pénètrent en Ukraine alors que le mystérieux convoi humanitaire attend toujours à la frontière

As the humanitarian convoy lingers on the border, Russian APCs roll into Ukraine. Images mixed by author.

Pendant que le convoi humanitaire s'éternise à la frontière, les APC russes l'ont franchie. Montage d'images par l'auteur.

Alors que les conjectures entourent le convoi humanitaire géant des Russes destiné à l'Ukraine orientale, les journalistes occidentaux qui suivent la procession de camions peints en blanc ont vu une colonne de blindés venus de Russie passer la frontière et pénétrer en Ukraine. Cette présumée invasion est-elle le début d'une aventure de grande ampleur ? Et qu'en est-il du super convoi ?

L'Ukraine a déjà affirmé que des transports militaires russes (APCs [véhicules blindés de transports de troupes], chars et autres véhicules) pénètrent régulièrement sur son territoire par les postes-frontières contrôlés par les séparatistes. Mais ceci était la première fois que plusieurs journalistes occidentaux, dont des correspondants britanniques et étatsuniens, ont assisté en personne à une intrusion. Shaun Walker du Guardian a tweeté l'incident en direct :

Roland Oliphant et moi venons donc de voir une colonne d'APCs et de véhicules à plaques d'immatriculation militaires officielles traverser la frontière et entrer en Ukraine.

Euh bien ceci n'est pas de l'aide humanitaire. Colonne de plus de 20 APCs, à 10 km de la frontière ukrainienne, et qui approchent

Roland Oliphant du Telegraph a confirmé les dires de Walker et a ajouté une photo :

Les types. Des tas.

Les observateurs internationaux ont fait grand cas des témoignages de médias indépendants. L'OTAN a ainsi déclaré, que des preuves permettaient d'affirmer l'existence d'une incursion russe en Ukraine, même si le terme “invasion” n'est pas employé à ce stade. La Grande-Bretagne et la France ont convoqué les ambassadeurs russes pour demander des explications et accusé le Kremlin d'escalade dans les combats.

L'Ukraine a ensuite annoncé que son armée avait partiellement détruit une colonne blindée russe qui avait pénétré son territoire pendant la nuit. Le gouvernement russe a répliqué en niant la présence de forces russes quelles qu'elles soient en Ukraine, et accusé la partie ukrainienne de vouloir saboter l'acheminement d'aide humanitaire de Russie aux zones troublées de l'est ukrainien.

Quant au convoi humanitaire encalminé, il reste toujours coincé du côté russe de la frontière, tandis que la partie russe se dit de plus en plus proche de le faire entrer en Ukraine orientale. Pendant ce temps, l'Ukraine et le Comité International de la Croix-Rouge exigent que la Russie leur remette la liste détaillée du contenu des camions. Hier matin, la colonne des 280 véhicules d'aide stationnait près de la ville de Kamensk-Chakhtinsky dans l'oblast de Rostov, où des experts du CICR et des douaniers ukrainiens arrivaient pour déterminer comment commencer à inspecter la cargaison. En théorie, une fois le contenu des camions vérifié par le CICR et les documents traités par les douanes ukrainiennes, l'aide humanitaire passerait sous contrôle de la Croix Rouge et serait amenée en Ukraine.

Auparavant, des journalistes russes et internationaux étaient parvenus à glisser un coup d'oeil dans quelques-uns des camions, et y avaient vu des sacs de blé noir, de la nourriture pour bébés, des sacs de couchage, des générateurs portatifs et de l'eau. Certains correspondants, comme Courtney Weaver du Financial Times, ont remarqué que nombre de camions étaient moins qu'à moitiés pleins et se sont demandés pourquoi.

Ai pu vérifier d'autres camions du convoi ce matin. Beaucoup sont presque vides comme celui-ci

Un fait corroboré par d'autres journalistes sur place, dont l'envoyé de Slon.ru lui-même, et qui a provoqué une vague de soupçon en ligne. Alec Luhn, un autre reporter qui couvre la Russie, a supposé que l'aide humanitairie était un prétexte pour faire entrer les camions en Ukraine, d'où ils pourraient ramener combattants et armements en  Russie :

Ainsi le convoi d'aide de la Russie est à moitié vide. Il ne s'agit peut-être pas tant d'introduire de l'aide que de faire sortir rebelles et armes ?

Un représentant du Ministère russe des Situations d'urgence a expliqué aux journalistes que les véhicules n'étaient pas pleins parce qu'ils auraient été en surcharge et ne pouvaient pas emporter un tel tonnage. Les chauffeurs quant à eux paraissaient dubitatifs, dit Slon.ru, mais n'ont pas daigné donner leur propre version.

Alors que l'Ukraine et la Russie s'accusent mutuellement de faire échouer la mission humanitaire, et que l'Occident se demande s'il vient d'assister au début d'une agression patente russe contre son voisin, la présence de journalistes sur les lieux de la frontière prend de l'importance. Pendant que les camions blancs du convoi humanitaire sont à l'arrêt, des mouvements bien différents ont lieu : un battement de paupière, et un nouveau blindé qui passe. Iouri Maloverjan, un correspondant de la BBC Russie, a vu deux séries de transports militaires russes à proximité de la frontière en l'espace d'une heure :

Une colonne de 40 voitures, sans immatriculation, est allée du côté de la frontière ukrainienne. Et un APC. #Donetsk

Pendant que j'écrivais le tweet précédent, une autre colonne m'a dépassé en route vers la frontière ukrainienne : 30 unités,dont 10 APCs.

Tandis que les publications par les journalistes citoyens de photos et vidéos de transports militaires se déplaçant autour et à proximité de l'Ukraine ont grandement contribué à à démêler les conspirations sur le rôle de la Russie dans le soutien aux rebelles, les constats des journalistes internationaux sur le terrain seront décisifs pour fournir des preuves plus solides à la communauté internationale. Ce qui pourrait permettre, soit à l'Occident de démontrer de façon convaincante l'agression russe, soit à la Russie de se disculper.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site