Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les guérilleros séparatistes de Donetsk kidnappent le guérillero graffeur ukrainien qui a osé se moquer d'eux

This is Sergey Zakharov's latest artwork critical of DNR and its former commander Strelkov. Image from Facebook.

La dernière oeuvre de Sergueï Zakharov, critique de la RPD et de son ex-commandant Strelkov. Source image : Facebook.

La chance a tourné pour le guérillero-artiste ukrainien qui accrochait subrepticement dans toute la ville occupée de Donetsk des illustrations se payant la tête des séparatistes de la République Populaire de Donetsk : il y a une semaine il a été capturé par les rebelles et n'a pas reparu depuis.

C'est en juillet que Sergueï Zakharov a commencé à créer des oeuvres ridiculisant la République populaire de Donetsk auto-proclamée, et les premières figures en contreplaqué de séparatistes en tenue de camouflage et maquillés comme des clowns ont rapidement fait leur apparition dans les rues de la ville. Fixées aux clôtures et aux bâtiments, les silhouettes grotesques ont aussitôt été remarquées et leurs photos se sont multipliées sur les réseaux sociaux.

Donetsk occupé a été envahi de graffitis de terroristes sous forme de mort, de clowns et de Charikovs.

L'écrivain et confrère artiste Sergii Mazurkevych, que Zakharov a invité à rejoindre son collectif artistique en herbe baptisé Murzilka (d'après le personnage de fiction d'un journal pour enfants), a dit que les oeuvres de son amis étaient souvent une réaction aux événements du conflit en Ukraine de l'Est.

Сергей реагировал на сбитый “Боинг”, а потом появился портрет Стрелкова-Гиркина, который приставляет пистолет к виску. Он был прикреплен к стене кинотеатра “Комсомолец” в центре Донецка. Эта инсталляция провисела, наверное, часа два и сразу попала в интернет. Я даже у некоторых людей видел такие аватарки. Последняя работа – 30 июля.

Sergueï a réagi au Boeing abattu, ensuite est apparu le portrait de Strelkov-Guirkine le pistolet sur la tempe, fixé sur le mur du cinéma “Komsomolets” dans le centre de Donetsk. Cette installation est probablement restée accrochée deux heures et a aussitôt été sur Internet. J'ai même vu plusieurs personnes en faire leur avatar. Sa dernière oeuvre [avant sa capture]—du 30 juillet.

Zakharov himself, attaching a new artwork to a fence in Donetsk. Image from Facebook.

Zakharov lui-même accrochant une nouvelle oeuvre à une clôture à Donetsk. Source image : Facebook.

Parmi les autres installations de Zakharov sur le thème des rebelles, il y a des insurgés anonymes à visages de clowns avec des fusils, des têtes de mort ricanantes en treillis avec le drapeau de la RPD et autres personnages pittoresques. Une de ses oeuvres les plus connues est le portrait d'un des commandants rebelles surnommé Motorola (notoirement courtaud, portraituré par Zakharov en faune) et sa nouvelle épousée, beaucoup plus grande que lui ; cette oeuvre était accrochée à une barrière juste devant le bureau des mariages de la ville, et elle est aussi devenue virale en ligne.

Les peintres de Donetsk continuent à combattre le terrorisme en utilisant l'art.

Les rebelles ont évidemment aussi remarqué les oeuvres d'art et elles ne leur ont pas plu. Mazurkevych indique que la page internet de leur collectif artistique a été piratée et détruite deux fois début août, et reste indisponible, même si leur page Facebook est active. Puis, tard dans la soirée du 6 août, Zakharov a reçu dans son atelier la visite de quatre hommes armés et un civil. Ils l'ont emmené au siège des Services de Sécurité de Donetsk (un des bastions de la RPD), avec son ordinateur et ses croquis, dit son voisin. Il est porté disparu depuis plus d'une semaine. Ses amis disent ignorer pourquoi il est ainsi passé au crible par les rebelles, puisque son seul crime a été “d'exposer son travail dans les rues du centre de Donetsk, ce qui peut au plus être considéré comme une contravention. Il n'y a pas motif à le détenir dans une prison de fait.”

Les confrères de Zakharov se sont rassemblés pour sa libération : un collectif d'artistes russes a installé une silhouette semblable à celles réalisées par Zakharov dans un parc de Saint-Pétersbourg pour protester contre son enlèvement. Le collectif a dit se sentir le droit de s'exprimer car c'est leur gouvernement qui mène “une politique  agressive et interventionniste qu'aucune personne pacifique ne peut cautionner.”

An installation in Zakharov's honour put up by Russian artists in Saint Petersburg. Sign reads:

Une installation en l'honneur de Zakharov réalisée par des artistes russes à Saint-Pétersbourg. Inscription : “Liberté pour les Murzilkas !” Source image : Facebook.

Des usagers de Facebook commentant les photos de l'installation, comme Sergueï Stortchouk, ont écrit que Zakharov et ses confrères étaient très courageux de rendre publiques leurs oeuvres :

Мурзилки герои! Это надо иметь стальные яйца и большой талант чтобы в оккупированном городе так творчески тролить рашистских-оккупантов! Ждем освобождения, держу кулаки, пусть вернуться живыми и здоровыми.

Les Mourzilkas sont des héros ! Il faut avoir des couilles d'acier et un grand talent pour troller de façon aussi créative les occupants Rachistes dans une ville assiégée ! Nous attendons votre libération, doigts croisés, pour que vous reveniez sain et sauf.

Another of Sergey Zakharov's creations on a wall in Donetsk. Hopefully we'll be seeing more of his art soon. Image from Facebook.

Une autre création de Sergueï sur un mur à Donetsk. Espérons que nous en verrons bientôt de nouvelles. Source image : Facebook.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site