Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

‘Nous sommes tous pétrifiés’ : une femme de Gaza raconte l'attaque israélienne qui a mis à la rue des dizaines d'habitants

Photo by  Asia Mathkour, the daughter of the owner of Al Zafer Company, of the destroyed residential tower in Gaza City. Used with permission.

Photo d'Asia Mathkour, fille du propriétaire de la société Al Zafer qui gère l'immeuble d'habitation détruit à Gaza. Avec son autorisation.

[Les liens dirigent vers des pages en anglais.]

Israël a bombardé une tour d'habitations samedi dans un quartier chic de Gaza, blessant 22 civils dont 11 enfants. La tour de 12 étages, Al-Zafer 4, a complètement été détruite.

Asia Mathkour, la fille du propriétaire de la société Al Zafer, qui gère 14 immeubles dont celui qui a été détruit, était chez elle à 20 mètres de la tour Al-Zafer 4 quand l'attaque a eu lieu. Global Voices l'a interrogée sur ce qui s'est produit.

Elle raconte que vers 18h30 elle a remarqué que les occupants de la tour Al-Zafer 4  étaient évacués:

Les femmes et les enfants criaient et hurlaient, et disaient qu'ils avaient reçu l'ordre d'évacuer. Des familles ont tout de suite quitté le lieu pour chercher un endroit sûr où se réfugier et nous en avons hébergé certains. Il y avait près de 30 personnes chez nous, en majorité des personnes âgées, des femmes et des enfants. On était tous terrifiés. Ils avaient tous quitté leurs appartements sans prendre le temps de ramasser quelques affaires.

Un homme a reçu un appel de l'Armée de Défense d'Israël pour lui signaler qu'une vieille femme handicapée était au 7ème étage et pour lui demander d'aller la chercher. Au même moment je courrais dans la maison pour aider les gens à se mettre à l'abri dans la cave, le lieu le plus sûr. En réalité personne ne pensait que l'immeuble allait être détruit. Tout le monde croyait que l'Armée de Défense d'Israël allait sans doute viser quelques appartements de l'immeuble, puisque c'est de cette manière qu'elle avait procédé sur d'autres immeubles

Au bout d'une demi-heure le toit de l'immeuble était touché par un drone. On pensait que c'était fini. Quelques instants plus tard, l'Armée de Défense d'Israël appelait une habitante qui était avec nous dans l'appartement. Elle était trop bouleversée pour répondre et c'est ma mère qui a pris l'appel. Ils demandaient si tout le monde avait évacué la tour Al-Zafer 4 et ma mère répondit par l'affirmative et leur demanda “quel appartement visez-vous pour que l'on sache où se cacher?”. Ils répondirent : “on bombarde tout l'immeuble.”

Ma mère était bouleversée. Elle demanda pourquoi il visait tout l'immeuble. Ils répondirent simplement ‘salam salam’ (‘paix, paix’, une manière de dire au revoir) et raccrochèrent. Dans la minute qui a suivi on a entendu exploser deux énormes bombes. On était sous le choc. Mon frère est allé vérifier ce qui se passait et est redescendu immédiatement pour nous dire que l'immeuble avait disparu. Je me précipitai dans les escaliers pour voir ce qu'il s'était passé. Je n'en croyais pas mes yeux. Je me ruai dans ma chambre pour prendre des photos.

Après avoir assisté à tout cela et à la vue de l'immeuble en ruines, j'ai eu une crise d'angoisse. Je suis retournée au sous-sol et j'ai eu l'impression que personne n'avait encore réalisé ce qui c'était passé. Un homme est sorti pour voir et est revenu en criant “tout a disparu!”.

Peu de temps après une ambulance de la Croix rouge est arrivée. Ils nous ont demandé à tous d'évacuer la maison et la zone, en nous disant que la tour Al-Zafer 1, l'immeuble à côté du nôtre, était lui aussi menacé! On a évacué aussi vite que possible n'emportant qu'un sac à main  et nos passeports. Je ne peux pas expliquer ce que nous avons ressenti à ce moment-là. Ce fut sans aucun doute la pire nuit que mes voisins et moi ayons vécue.

Mathkour tweete ce qu'elle a vu :

L'incident et l'expérience les pires qu'il m'ait été donné de vivre ! 45 familles sans abri ! #GazaUnderAttack

 

On ne reconnaît plus le quartier, tout est détruit!

Elle conteste l'explication de l'Armée de Défense d'Israël qui prétend qu'il y avait un centre d'opérations du Hamas dans l'immeuble. “C'est un mensonge,” dit-elle. “Il y a un habitant au dernier étage qui est pour le Hamas, mais l'immeuble n'a jamais abrité de centre d'opérations du Hamas. En fait, la plupart des habitants qui vivaient dans l'immeuble font partie du Fatah.”

Le hamas et le Fatah sont des factions politiques rivales à Gaza.

Mathkour s'interroge ensuite sur les intentions de l'Armée de Défense d'Israël:

Même si l'on accepte leur explication sur le fait qu'un appartement était utilisé par le Hamas, pourquoi bombarder et détruire l'immeuble entier ? L'Armée de Défense d'Israël n'a jamais détruit des immeubles d'habitation civils pour la simple raison que des membres du Hamas y habitaient. On pensait que l'Armée de Défense d'Israël visait des cibles spécifiques et ne détruisait pas des immeubles entiers. Quel que soit la raison qu'ils invoquent aucune ne justifie la destruction d'un immeuble qui abrite 44 familles. Elles sont toutes à la rue maintenant.

Elle propose une triste théorie sur les raisons du bombardement de l'immeuble par l'Armée de Défense d'Israël:

La construction de l'immeuble était très résistante. Il est tout simplement impossible qu'une bombe puisse le détruire. On pense tous que l'intention d'Israël était d'essayer de nouvelles armes sur nous. C'est la seule raison de ce bombardement! Parce qu'une seule bombe qui explose deux fois et détruit un immeuble d'habitation de 12 étages, c'est un tout autre niveau de crime de guerre et de folie. On n'a jamais vu une telle bombe!

L'expérience a laissé le quartier sous le choc, dit-elle. “J'habite en face de l'immeuble que je voyais tous les jours,” dit-elle. “On est tous pétrifiés. Nous sommes sous le choc. On n'arrive pas à croire que l'immeuble ait disparu. Imaginez ce que ressentent les habitants! Ils n'ont plus rien.”

A l'heure où cet article est écrit, on compte 2.110 morts à Gaza, dont 567 enfants et 75 familles. 72% des palestiniens tués dans l'offensive sont des civils, selon les Nations Unies. Le nombre de morts israéliens s'élève à 68, dont 1 enfant. Le pourcentage de civils israéliens tués est de 5%, et une majorité des tués fait partie de l'Armée de Défense d'Israël.

Suivez l'information sur notre dossier: #Gaza

Remerciements à  Nalan Al Sarraj qui m'a mis en contact avec Mme. Mathkour. Vous trouverez les précédentes contributions de Nalan à GV ici.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site