Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Après Paris, l’Italie et l’Allemagne vont acheminer des armes aux combattants kurdes en Irak

Combattantes Kurdes par Jan Sefti on Flickr CC-BY-2.0

Combattantes Kurdes par Jan Sefti on Flickr CC-BY-2.0

Après la France qui s’était prononcée mi-août, c’est au tour de l’Allemagne et de l’Italie de se dire prêtes à envoyer des armes aux Kurdes d’Irak afin de lutter contre les djihadistes de l’État islamique qui progressent vers Bagdad.

La France proactive sur le dossier irakien

L’Élysée l’a annoncé dans un communiqué mercredi 13 août : la France comptait livrer des armes aux combattants kurdes d’Irak.

La situation catastrophique à laquelle doit faire face la population dans la région du Kurdistan irakien nécessite la poursuite et l’amplification de la mobilisation de la communauté internationale 

 exhortait la présidence, dans son communiqué.

« Afin de répondre aux besoins urgents exprimés par les autorités régionales du Kurdistan, le chef de l’État a décidé, en accord avec Bagdad, de faire acheminer des armes dans les heures qui viennent ». La France entend ainsi « jouer un rôle actif en fournissant, en lien avec ses partenaires et en liaison avec les nouvelles autorités irakiennes, toute l’assistance nécessaire ».

L’Élysée rappelle que « de premières livraisons humanitaires ont eu lieu ces derniers jours » et qu’« elles vont se poursuivre » ; le président Hollande ayant « demandé au ministre des Affaires étrangères et du développement international de suivre personnellement cette question ».

De son côté, Laurent Fabius avait insisté sur l’urgence de la situation :

Je sais bien que dans les pays occidentaux c’est la période des vacances, mais enfin quand il y a des gens qui meurent, j’allais dire qui crèvent, il faut revenir de vacances.

Réunion de crise pour la diplomatie européenne

La France a manifestement inspiré l’Union européenne, dont les ministres des Affaires étrangères se sont réunis en urgence vendredi 15 août, afin de mettre en œuvre une réponse collective au drame que connaissent les minorités chrétiennes et yézidies menacées par l’État islamique (EI). Une initiative qui est venue contrer l’échec de la réunion des ambassadeurs de l’UE qui s’est tenue peu de temps avant. Certains États membres, comme la Suède, s’étaient prononcés en défaveur de l’envoi d’armes en Irak.

Les États-Unis menaient déjà depuis plusieurs jours des frappes ciblées contre les positions de l’État islamique en Irak, dans la région de Sinjar, où sont coincés entre 20 000 et 30 000 personnes de la minorité Yézidie. L’Angleterre a également annoncé son intention d’acheminer des armes.

L’Allemagne et L’Italie se sont décidées

Par un effet domino, L’Allemagne et l’Italie ont rallié le camp des pays les plus engagés dans le soutien aux Kurdes le 20 août. Berlin a fait savoir qu’il était « prêt » à livrer « le plus rapidement possible » des armes aux Kurdes d’Irak. Le vote du Parlement italien a suivi peu de temps après.

Actuellement, parmi les plus engagés en faveur du soutien kurde, on retrouve donc la France,  Le Royaume-Uni, la République tchèque, l’Italie et l’Allemagne tandis que la Suède, l’Irlande, la Finlande et l’Autriche sont les plus réticentes.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site