Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Des spécialistes du Moyen-Orient demandent au gouvernement allemand de réexaminer son soutien inconditionnel à Israël

screenshot offener Brief

“Lettre ouverte des spécialistes allemands du Moyen-Orient sur la crise de Gaza”. Capture d'écran du site web de la lettre ouverte

Dans une lettre ouverte au gouvernement fédéral allemand [tous les liens sont en allemand], de nombreux intellectuels et spécialistess demandent un changement de la politique moyen-orientale allemande au vu de l'actuelle offensive d'Israël dans la bande de Gaza, qui a déjà provoqué la mort de plus de 2.000 Palestiniens.

Le gouvernement allemand actuel soutient, comme d'autres avant lui, la politique israélienne. Parmi les signataires du texte on trouve des spécialistes des territoires palestiniens occupés, ainsi que des scientifiques spécialistes du Proche-Orient et autres personnalités d'Allemagne qui se penchent sur le sujet.

Über einem Monat haben wir einem zerstörerischen Krieg zusehen müssen, der […] auf Monate, möglicherweise auf Jahre hinaus die Entwicklungsperspektive des Gazastreifens beeinträchtigt und Hoffnungen auf einen dauerhaften Frieden in Nahost schmälert. Wir verurteilen die Anwendung von Gewalt zur Durchsetzung politischer Ziele. Gewalt, die sich gegen Zivilisten richtet, ist weder von militanten palästinensischen Gruppen noch von Seiten Israels zulässig.

Depuis plus d'un mois nous sommes obligés d'observer une guerre destructrice, qui portera atteinte pour des mois, voire des années aux perspectives de développement de la bande de Gaza et rétrécit les espoirs d'une paix durable au Proche-Orient. Nous condamnons l'usage de la force pour faire aboutir des objectifs politiques. La force dirigée contre les civils n'est admissible de la part ni des groupes militants palestiniens ni d'Israël.

La lettre veut, selon les déclarations de ses instigateurs, recentrer le débat en Allemagne sur le conflit lui-même. Ces dernières semaines, à la suite d'une multiplication de propos antisémites de quelques manifestants, la couverture médiatique sur le conflit de Gaza a glissé vers un débat sur l'antisémitisme, et la critique de la politique israélienne a paru devenir impossible. Le chercheur en communication Kai Hafez, a dit lors d'un entretien à la radio Deutschlandfunk :

Also es ist schon etwas bezeichnend, dass wir in Deutschland immer wieder kulturell orientierte Debatten über Islam und Judentum in Zeiten führen, wo man eigentlich eine politische Analyse oder sogar Kriegskritik führen müsste.

Cela devient typique pour nous en Allemagne de mener de façon récurrente des débats à caractère culturel sur l'islam et le judaïsme dans les moments où il faudrait plutôt une analyse politique ou même une mise en cause de la guerre. 

La lettre réclame du gouvernement allemand des changements concrets à sa politique proche-orientale menée jusqu'ici. Celle-ci reste toujours marquée par la “culpabilité historique de l'Allemagne”, due au génocide systématique pratiqué par les nazis contre les juifs pendant la deuxième guerre mondiale. Angela Merkel dans son discours de 2008 devant la Knesset a parlé de la “responsabilité historique particulière de l'Allemagne pour la sécurité d'Israël”. Et aujourd'hui aussi, la chancelière insiste sur le droit d'Israël à se défendre, tandis que les attaques de fusées du Hamas sur Israël sont sévèrement condamnées.

La lettre exige la reconnaissance du droit à une vie sans peur, qui s'applique également aux Palestiniens.

La population civile israélienne a droit à une vie sans peur, ce qui vaut aussi pour tous les Palestiniens et Palestiniennes. Près de 2.000 victimes, selon les évaluations de l'ONU, des civils à 80 %, dont encore une fois près de 30 % d'enfants selon les données de l'UNICEF, ne doivent pas être acceptés au nom des arguments de la lutte contre le terrorisme ou de la légitime défense.

Les auteurs de la lettre en appellent entre autres au contribuable allemand, car à Gaza ce sont aussi des projets financés à l'aide des impôts allemands qui ont été anéantis. Déjà en 2012, le gouvernement avait indiqué (PDF) que des projets financés par l'Allemagne dans les territoires palestiniens étaient interrompus ou carrément détruits par Israël. Selon les déclarations des auteurs de la lettre, dans le conflit actuel c'est presque la totalité du travail des organisations de développement, fondations, ONG locales de la bande de Gaza qui a été réduite à néant ; matériellement par les bombardements, mais, plus grave encore, humainement : l'ensemble de la population civile est traumatisée. Une situation qui ne peut pas être changée par de seuls projets. Il faut une réorientation de grande envergure, comme le demande la lettre ouverte.

Les demandes des scientifiques au gouvernement sont les suivantes :

  • sich für die Erreichung eines nachhaltigen Waffenstillstandes einzusetzen, der das weitere Sterben von Zivilisten auf beiden Seiten verhindert und der massiv bedrohten, überwiegend jungen Zivilbevölkerung in Gaza dauerhaften Schutz bietet;
  • gegenüber Ägypten und Israel die Aufhebung der Blockade des Gazastreifens durchzusetzen, um eine Normalisierung des Güter- und Personenverkehrs zu ermöglichen und dabei israelische Sicherheitsinteressen durch internationale Beobachter und Unterstützung zu gewährleisten;
  • Nothilfe und Wiederaufbaumaßnahmen in Gaza bereitzustellen, aber nicht ohne auch Israels völkerrechtliche Verantwortung als Besatzungsmacht für den Wiederaufbau einzufordern;
  • die bereits anerkannte, im Juni eingeschworene palästinensische Einheitsregierung und ihre Regierungsgewalt über den Gazastreifen sowie Handlungsfähigkeit in den gesamten palästinensischen Gebieten inklusive Ostjerusalems mit Nachdruck zu stärken;
  • die Tötung von Zivilisten vor und während der Angriffe auf den Gazastreifen zu untersuchen, zu einer internationalen Untersuchung aktiv beizutragen und den Beitritt Palästinas zum Internationalen Strafgerichtshof zu unterstützen. Gleichzeitig die Zerstörung ziviler Infrastruktur (so wie die Bombardierung des einzigen Elektrizitätswerkes von Gaza, Kläranlagen, Krankenhäuser etc.), die seit Jahren mit EU- und bundesdeutschen Geldern finanziert wird, zu untersuchen und Kompensation von Israel einzufordern;
  • die restriktiven deutschen Rüstungsexportbestimmungen auch im Nahen Osten auf alle Konfliktparteien anzuwenden sowie die militärische Zusammenarbeit mit Israel auf den Prüfstand zu stellen;
  • sich mit Nachdruck für ein Ende der israelischen Besatzung der palästinensischen Gebiete einzusetzen und für beide Seiten verbindliche, völkerrechtskonforme Vorschläge für eine Konfliktregelung zu machen.
  • s'investir pour l'obtention d'un cessez-le-feu permanent, qui empêche de nouvelles morts de civils de part et d'autre et offre une protection à long terme à la population civile en très grand danger et majoritairement jeune de Gaza ;
  • imposer à l'Egypte et à Israël la levée du blocus de la bande de Gaza, pour permettre une normalisation de la circulation des marchandises et des personnes et garantir en même temps les intérêts de sécurité israéliens par des observateurs et un appui internationaux ;
  • mettre à la disposition de Gaza une aide d'urgence et des dispositifs de reconstruction, mais non sans imposer la responsabilité de droit international d'Israël en tant que puissance d'occupation pour la reconstruction ;
  • soutenir vigoureusement le gouvernement palestinien d'union déjà reconnu et qui a prêté serment en juin, ainsi que sa juridiction sur la bande de Gaza, de même que sa compétence sur la totalité des territoires palestiniens y compris Jérusalem-Est ;
  • enquêter sur le meurtre de civils avant et pendant les attaques contre la bande de Gaza, participer activement à une enquête internationale et soutenir l'adhésion de la Palestine à la Cour pénale internationale. Enquêter en même temps sur la destruction des infrastructures civiles (comme le bombardement de l'unique centrale électrique de Gaza, de stations d'épuration, d'hôpitaux etc…), financées depuis des années par des fonds de l'UE et de l'Allemagne, et exiger des indemnisations de la part d'Israël ;
  • appliquer les réglementations allemandes restreignant les exportations d'armements aussi à toutes les parties en conflit au Proche-Orient et reconsidérer la coopération militaire avec Israël ;
  • se positionner fermement pour la fin de l'occupation par Israël des territoires palestiniens et faire des propositions obligatoires pour les deux parties et conformes au droit international en vue d'un réglement du conflit.
Anne Hemeda a contribué aux recherches pour cet article.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site