Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Des avocats adressent une pétition à l'ONU pour la libération du militant égyptien Alaa Abdel Fattah

Alaa Abd El Fattah avec son épouse et partenaire intellectuel, Manal Hassan. Photo de Lilian Wagdy par Wikimedia Commons (CC BY 2.0)

Alaa Abd El Fattah en compagnie de son épouse et partenaire intellectuelle, Manal Hassan. Photo de Lilian Wagdy via Wikimedia Commons (CC BY 2.0)

Un article de Nani Jansen et Adrian Plevin.

Suite à la grève de la faim entamée par le blogueur et activiste égyptien Alaa Abd El Fattah, actuellement détenu, la Media Legal Defence Initiative (MLDI)  et l'Electronic Frontier Foundation (EFF) ont envoyé une pétition au Groupe de Travail de l'ONU sur la Détention Arbitraire (UNWGAD) exigeant des mesures pour la libération immédiate d'Abd El Fattah.

Le blogueur égyptien de 32 ans récompensé par plusieurs prix  a été l'un des premiers citoyens du Net à lancer un appel au changement politique en Egypte. Avec la collaboration de son épouse Manal Hasaan, Abd El Fattah a utilisé internet pour défendre la liberté d'expression avec Manalaa et Omraneya, premiers ‘agrégateurs de blogs’ du monde arabe à ne pas pratiquer la censure sur la base du contenu. Ses publications en ligne ont fait de lui un leader de premier plan dans la promotion et la défense des droits humains et des libertés fondamentales dans la société égyptienne .

 Le 11 Juin 2014, Abd El Fattah devait comparaitre à son procès, pour avoir délibéremment organisé une marche de protestation contre de nouvelles lois controversées anti-manifestations;. Sans procés, il a été condamné arbitrairement à 15 ans d'emprisonnement.

Durant toute sa vie, Abd El Fattah a fait l'objet d'enquête ou de périodes de détention de la part de tous les chefs d'Etat égyptiens en fonction. En 2006, il a été arrété pour avoir participé à une manifestation pacifique. En 2011, il a passé deux mois en prison, ratant ainsi la naissance de son premier enfant. En 2013, il a été arrêté et détenu durant 115 jours sans procés.

L'Egypte a subi des pressions internationales de plus en plus fortes en raison de la détérioration de la situation des droits humains qui a suivi le bouleversement politique depuis le départ du Président Hosni Mubarak en 2011.  Certaines sources affirment que la situation  est pire que celle de l'époque de ce dernier : un nombre croissant de journalistes et de blogueurs ayant été condamnés à des peines d'emprisonnement.L ‘attention est tournée vers le procés fortement critiqué de trois journalistes étrangers, qui met en lumière l'évolution inquiétante du système judiciaire égyptien. Alors que le gouvernement des militaires tient un discours d'élimination des Fréres musulmans, les progressistes et les militants laïques osent critiquer le régime. Le systeme judiciaire a réprimé la dissidence politique et des peines de mort sont prononcées à outrance : au mois de Mars de cette année, plus de  500 manifestants ont été condamnés à mort. 683 partisans des Fréres Musulmans ont été condamnés à subir le même sort en Juin.

Le cas d'Alaa Abd El Fattah mérite cependant une attention particulière. Il s'est proclamé voix critique et a encouragé ses concitoyens égyptiens à lutter pour la reconnaissance de leurs droits fondamentaux. Il en a personnellement payé un prix élevé, ayant fait l'objet d'enquête ou d'emprisonnement de la part de chaque chef d'Etat ayant servi durant son époque.

MLDI et EFF ont adressé une pétition à l'UNWGAD pour stipuler que sa détention est arbitraire et en violation des obligations de l'Egypte en vertu de la Convention Internationale sur les Droits Civils et Politiques. Ils ont éxigé que  l'UNGWAD prenne des mesures immédiates au vu de la grève de la faim d'Abdel Fattah, de reconnaitre la privation de sa liberté suite à l'exercice de son droit à la liberté d'expression et d'opinion, de sa liberté d'association et de réunion pacifique, et de déclarer qu'Abd El Fattah a été privé de son droit à un procès public et équitable devant un tribunal indépendant. La pétition a été rédigée avec l'assistance de Rosa Curling du Cabinet d'avocats Leigh Day, en Angleterre. Curling a suivi le dossier d'Abd El Fattah au nom de l'Euro-Méditerranéen Human Right Network. Vous pouvez lire le texte complet ici.

 Nani Jansen est la Directrice Juridique de Media Legal Defence Initiative (MLDI). MLDI intervient partout dans le monde pour aider les journalistes, les blogueurs, et les organes de presse indépendants à défendre leurs droits en leur apportant un soutien moral et financier durant leurs litiges.

Adrian Plevin est juriste-adjoint à la Chambre d'Appel du Tribunal Pénal International des Nations Unies pour l'ex-Yougoslavie.

Les opinions exprimées ici sont celles des seuls auteurs et ne reflétent pas implicitement les vues du Tribunal International et des Nations Unies en général.

20140821 UNWGAD Petition Alaa Abd El Fattah_MLDI and EFF

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site