Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Comment trouver le bonheur en démocratie ?

Du Bouthan, le pays du Bonheur National Brut [fr], le blogueur Passang Tshering nous démontre comment parvenir au bonheur en démocratie. Il compare la démocratie à un mariage d'amour et définit trois groupes de personnes, ceux qui aiment, ceux qui haïssent et les citoyens responsables.

Ceux qui aiment sont ceux qui ne jurent que par un parti, et quelque soit la décision prise par ce parti, bonne ou mauvaise, ils ne bougeront pas d'un pouce même s'ils doivent en souffrir. Ils ressemblent à un mari obsessionnel qui prend sa femme dans ses bras même après qu'elle lui a jeté une poêle brûlante à la figure.

Au contraire, ceux qui haïssent sont ceux qui restent aveugles à toutes les bonnes choses que fait un parti et se mettent à crier quand ils remarquent une petite erreur. Ils sont comme le mari colérique qui frappe sa femme même quand elle lui offre un bouquet de fleurs.

Si il y a trop de gens appartenant à ces deux catégories, alors la démocratie est en danger. Ils peuvent faire échouer un pays. C'est pourquoi nous devons tout faire pour aider les jeunes à développer des qualités de citoyens responsables. Nous devons les former et les encourager à développer un coeur assez courtois pour considérer ce qu'il y a de bon, même si cela vient d'un ennemi, et assez courageux pour reconnaître ce qu'il y a de mauvais même chez un ami. C'est ce que fait un mari aimant et humain.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site