Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Kirghizistan : un atelier pour former les filles des localités rurales aux blogs

A intervalles réguliers, les boursiers de nos bourses Rising Voices donnent des nouvelles de l'avancée de leur projet. Ici, au Kirghizistan. 

First workshop. Photo courtesy of Girl Activists of Kyrgyzstan and used with permission.

Premier atelier. Photo publiée avec l'autorisation de “Girl Activists du Kirghizistan”.

Nous sommes les “Girl Activists [filles engagées] du Kirghizistan” qui s'impliquent pour l'égalité entre filles et garçons. Nous nous engageons pour un monde sans violence, haine, injustice ni discrimination”.

Le Kirghizistan est un petit pays montagneux en Asie centrale, qui affronte de nombreuses difficultés. L'opinion courante est que le gouvernement ne veut pas écouter la jeunesse avant de prendre des décisions qui la concernent.

Peu de gens savent combien la vie est difficile pour les filles vivant dans les villages. C'est pourquoi l'équipe de notre projet “Nos histoires par nous-mêmes” est constituée  de filles provenant de différents villages du Kirghizistan afin qu'elles décrivent elles mêmes leur vie dans les villages au moyen de vidéos, billets de blogs et photos.

En juillet, nous avons invité ces jeunes filles à participer à notre projet dans trois villages kirghizes différents. Depuis, nous planifions notre prochaines activités : comment et quand réaliser des formations données par des filles de la capitale Bichkek. Lors des formations, nous leur montrerons comment utiliser la plateforme de blogs WordPress pour publier leurs histoires et comment réaliser des photos, vidéos, audios et prendre des notes avec des smartphones et ensuite les partager sur Facebook et Twitter.

Des filles de deux autres villages ne pouvaient pas participer. Nous avons rencontré quelques difficultés avec certaines réactions patriarcales et conservatrices de leurs parents. Certains parents étaient fermement opposés à ce que leurs filles aillent en ville pour participer à la formation puisqu'ils considéraient cela inutile. Nous souhaitons rencontrer leurs parents et leur expliquer qu'il est important que les filles y participent.

Beaucoup de filles doivent travailler chaque jour pour gagner de l'argent et soutenir leurs familles, d'autres ont des tâches domestiques à effectuer. Quelqu'un doit nettoyer la maison, s'occuper des petits frères et soeurs, des vaches laitières ou garder le troupeau de moutons. Mais veulent-elles vraiment faire toutes ces choses ?

Personne ne le leur a demandé. Les filles participent au développement de leurs villages.

Nous avons aussi discuté de leurs récits. Que voulaient-elles partager à travers leurs histoires ? Qu'est-ce qui est important pour elles et qu'est-ce quii les préoccupent ? Comment vivent-elles et à quels problèmes sont-elles confrontées ?

Il était bienvenu que les filles soient actives pour s'impliquer. C'était important pour elles. Elles voulaient ajouter quelque chose ou changer quelque chose.

Je pense que la chose la plus importante de cette rencontre est que nous avons trouvé de nouveaux(elles) ami(e)s. Nous nous encourageons les un(e)s les autres et c'était vraiment bien.

Notre équipe de Bichkek a aussi participé. Nous avons découvert beaucoup de choses que nous ne connaissions pas sur WordPress et des fonctions utiles dans les smartphones. C'était aussi très intéressant pour nous puisque nous avons découvert les médias citoyens aux côtés des filles des villagesi. Nous étions tous à la fois enseignants et apprenants.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site