Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

8 variantes du ‘Ice Bucket challenge’, contre la faim, la guerre, l'inertie politique

The various Icebucket spin offs in Lebanon, Côte d'Ivoire, USA, Gaza and Venezuela

Différentes versions du Ice Bucket challenge au Liban, en Côte d'Ivoire, aux Etats Unis, à Gaza et au Venezuela

Le #IceBucket Challenge a donné l'occasion à beaucoup de personnes autour de la terre d'être filmées arrosées par un seau d'eau, mais pour une bonne cause. 

La campagne virale en ligne pour une maladie neurodégénérative, la sclérose amyotrophique latérale (acronyme anglais, ALS) était destinée à la sensibilisation et à lever des fonds pour la recherche. Les participants se sont retrouvés en train de se verser sur la tête un seau d'eau glacé, à charge pour eux de nommer trois autres personnes pour les encourager à faire de même dans un temps donné, ou bien de faire un don à une association caritative. 

Du Nepal au Venezuela, des activistes ont créé des variantes de la campagne pour attirer l'attention sur d'autres problèmes. En voici huit 

Afghanistan 

L'Afghanistan se trouve dans une impasse politique depuis le 7 juillet. Quelques citoyens ont défié les politiciens par cette vidéo en style Ice Bucket Challenge, pour parvenir a un consensus et sortir le pays de cette impasse. La légende de la vidéo sur Facebook explique leur idée :

Nous sommes fatigués de l'incertitude politique actuelle dans notre pays. Nous demandons à nos dirigeants d'accepter le résultat du second tour, et de garder leur calme. Nous offrons ce challenge à tous les Afghans et les encourageons à faire de même !

Côte d'Ivoire

La  campagne “Mousser contre Ebola” invite les Ivoiriens à se verser de l'eau savonneuse sur la tête pour faire de la prévention sur la transmission du virus Ebola, qui a infecté plus de  3000 personnes et en a tué plus de 1 500 en Sierra Leone, en Guinée, au Liberia, au Nigeria et pour un cas, au Sénégal. Le hashtag pour trouver des vidéos en ligne est  #MoussercontrerEbola. Voici la vidéo réalisée par Edith Brou, à Abidjan, en Côte d'Ivoire :

Gaza

Toutes les vidéos ne sont pas consacrées à des questions de santé. A Gaza, le ‘Challenge du seau de gravats’ est une variante du seau d'eau glacé pour attirer l'attention sur les souffrances des enfants  entrainées  par l'invasion de la bande de Gaza par l'armée israélienne. Dans la vidéo suivante, le participant explique :

Nous avons cherché de l'eau, mais l'eau est trop rare ici pour nous la verser sur la tête [..] Nous ne demandons pas de l'aide matérielle, nous demandons une déclaration de solidarité. 

Inde

A Hyderabad, en Inde, une journaliste de 38 ans, Manju Latha, a donné au challenge une touche indienne. Il n'y est plus question de glaçons, mais de riz. Cependant, avec ce challenge du seau de riz pour combattre le problème de la faim dans le pays, pas question de se verser du riz sur la tête.  Vous prenez simplement un bol de riz pour le tendre à quelqu'un qui en a besoin. Les participants doivent poster des photos sur leur page Facebook avec le mot-clic #ricebucketchallenge. Voici une vidéo du challenge Rice Bucket. 

Liban

Motivés par le manque d'eau dans cette région du monde, un groupe de Libanais a réalisé une vidéo plus légère. Ils se montrent en train de ‘verser’ sur leurs têtes l'eau qu'ils n'ont pas.

Népal

Ailleurs, l'eau n'est pas la seule ressource qui manque.  Auteur pour Global Voices, Sanjib Chaudhary fait part d'une initiative qui décolle au Népal,  #FillTheBucket (Remplis le seau). Il explique : 

La personne qui participe au challenge doit acheter un seau avec un couvercle et le remplir avec des produits essentiels, comme du riz, des médicaments et des serviettes hygiéniques. Le seau va aux victimes des récentes innovations et glissements de terrain. 

Cette vidéo de Aakar Anil explique comment se déroule le challenge :

Etats Unis 

Ce mois d'août, les Etat- Unis ont été secoués par des émeutes après l'assassinat d'un garçon de 18 ans, Michael Brown, à Ferguson, dans le Missouri, et d'autres exemples de brutalités de la police envers les hommes noirs. Pour demander que cesse la violence par les armes à feu, l'acteur Orlando Jones s'est versé un seau de douilles de balles sur la tête. Son commentaire : 

L'association ALS est une organisation admirable et totalement nécessaire. Ils ont levé des millions de dollars, ce qui est assez incroyable  […] Je voulais faire ce que l'ASL a fait, coopter un truc viral et en faire un pour moi. Mes parents sont  du genre ‘C'est à nouveau les années 60′.  Ces douilles de balles dans ma vidéo représentent les gens qui ont payé le prix ultime pour les libertés dont nous jouissons aujourd'hui. Je n'ai pas pu trouver assez de  douilles de balles à me verser dessus pour représenter tous les gens qui ont donné leur vie pour un idéal très important.

L'acteur Matt Damon a aussi adapté ce challenge : il utilise de l'eau des WC pour parler d'un problème très répandu dans le monde : l'accès à l'eau potable et à l'hygiène.

Venezuela

Vous gâchez de l'eau : c'est la critique la plus fréquente envers le Ice Bucket Challenge. Au Vénézula, Laura Vidal, auteure vénézuelienne de Global Voices, signale que  “quelqu'un de Maracaibo (une ville à l'ouest du Venezuela) a fait une vidéo pour dénoncer la pénurie d'eau dans cette région. La vidéo a été vue plus de 38 000 fois.” La voici : 

Il existe certainement d'autres variantes dans d'autres pays et pour d'autres causes qu'il serait utile de mentionner. N'hésitez pas à nous les signaler via l'espace commentaires. 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site