Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La déclaration des libertés d'Internet en Serbie a obtenu le soutien de l'Occident

blogclosedopenGrâce à un groupe de blogueurs et de journalistes indépendants, la Serbie a maintenant une déclaration de la liberté sur Internet. Le document a émergé au début de juin de cette année, après les élections nationales et la participation massive à la manifestation organisée par certains de ceux qui ont présidé la Conférence serbe ” Blog Open, Blog Closed”.

Lors cet événement en juin, un groupe d'experts s'est réuni pour discuter des développements inquiétants dans les pratiques des médias en Serbie, tels que la continuation de la censure et l'absence de pluralisme politique. Il y a en outre de nouvelles inquiétudes à propos de la liberté d'expression dans les réseaux sociaux, après que la police a interrogé plusieurs personnes accusées d’ “incitation à la panique” pour avoir critiqué la réaction du gouvernement lors des inondations et rendu publiques ces critiques sur les réseaux sociaux. (Les blogueurs en ont été quittes avec un avertissement).

Lors de la conférence ont parlé trois dignitaires étrangers : Michael Davenport, qui dirige la délégation de l'UE en Serbie ; Michael Kirby, l'ambassadeur des Etats-Unis en Serbie; et Deniz Yasici, représentant de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) pour la liberté de la presse. Les trois ont souligné l'importance de la liberté de la presse et la liberté d'expression pour le développement et l'exercice de la démocratie. L'événement a été bien suivi et, à cause de la foule de journalistes, il est difficile de voir les dignitaires sur les images capturées, qui sont déjà disponibles sur YouTube.

Une centaine de personnes ont assisté à la conférence et des centaines d'autres ont suivi en direct à travers la transmission en direct assuréee par Livetv.rs, un service professionnel de transmission locale. Comme par hasard, une attaque par déni de service distribué (DDoS), a interrompu la diffusion de l'événement tout alors que le groupe d'experts s'apprêtait à aborder la question de la liberté d'Internet en Serbie. Et puisque les gens se sont plaints sur Twitter que la chaîne ne fonctionnait pas, le service de transmission a confirmé qu'à cause des attaques (DDoS) la transmission était impossible. Les employés de Livetv.rs qui étaient présents ne pouvaient pas identifier qui conduisait les attaques (DDoS) contre leurs serveurs, mais confirmaient que l'attaque avait été très efficace et puissante. Toutefois, les images d’archive son disponibles en ligne :

La liberté des médias est en baisse dans des nombreux pays d'Europe orientale où la politique s'immisce dans toutes sortes de contenus. De plus en plus, les blogueurs et les utilisateurs des réseaux sociaux semblent être confrontés à des pressions subies auparavant par les seuls journalistes professionnels. Ce qu'ont ensuite démontré les inondations dévastatrices en Serbie, lorsque les autorités ont commencé à interroger des personnes sur des accusations “d'inciter à la panique pendant l'état d'urgence”; en d'autres termes, pour le fait de critiquer publiquement le gouvernement dans les réseaux sociaux.
Comme indiqué par les organisateurs de la conférence “Open Blog, Blog fermé” dans leurs annonce, envoyée et transmise par la communauté des blogueurs en Serbie, quelques jours avant l'événement :

Ključno pitanje i cilj blogerskog okupljanja nisu da upiremo prstom u krivce i tražimo odgovore na to šta vlast i, da li, čini da bi se kreirala ovakva atmosfera i ohrabrivala praksa napada na javno izgovorenu reč i gušila kritika i sloboda govora, već šta vlast (ne)čini da ovakve pokušaje obeshrabri.

L'objectif principal de cette réunion de blogueurs n'est pas de désigner des coupables et mettre en évidence ce que les autorités sont en train de faire, si elles le font, pour créer cette atmosphère, et faire taire les critiques du public et encourager les atteintes à la liberté de l’expression. Mais [nous sommes] ici pour demander ce que (ne) fait (pas) le gouvernement pour empêcher ces tentatives [d'étouffer et attaquer la liberté d'expression].

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site