Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

8 questions que vous n'osez pas poser sur Madagascar

Jeunes filles malgaches par Hery Zo Rakotondramana on FlickR - CC BY-SA 2.0

Jeunes filles malgaches par Hery Zo Rakotondramana on FlickR – CC BY-SA 2.0

Madagascar, bien qu'elle soit la 4ème île au monde par sa superficie, reste un mystère pour beaucoup de monde. Sous les feux des projecteurs récemment de par la visite de Valérie Trierweiler, ancienne compagne du président Hollande et auteure du best-seller “Merci pour ce Moment” , Madagascar fascine par son statut de pont entre l'Asie et l'Afrique et sa biodiversité. Alors, si vous prévoyez un premier voyage à Madagascar bientôt, ou si vous voulez en savoir plus sur la terre de vos amis ou si vous vous juste ens avoir plus sur cette partie du monde,  voici 7 questions que vous posiez peut-être sur Madagascar et que vous n'aviez jamais osé demandées. Les réponses proviennent de citoyens malgaches actifs sur le web;  nous vous invitons à consulter leurs blogs/vidéos régulièrement :
1) Je pars à Madagascar bientôt et j'aimerai mieux connaitre le quotidien des malgaches. Quel est le mode de vie standard des malgaches ?

Cela dépend à qui vous posez la question. Selon la banque mondiale, 90% des malgaches vivent avec moins de $2 USD/jour.   Les disparités de richesse à Madagascar sont telles que l'on ne peut vraiment parler de mode de vie type. Randriamihaly décrit parfaitement cette disparité :

Ainsi, les princes et les princesses sont ceux qui possèdent le plus. Il ne faut pas s’étonner de les entendre parler de leur vie à Tana comme d’un conte de fées. Ils vivent dans une bulle increvable. Leurs palaces gardés par les agences de sécurités sont truffés de meubles dorés et de gadgets de haute technologie. Ils sortent de là en 4×4 pour aller dans ces lieux qui leur sont réservés : écoles américaines ou françaises, restaurants, piscines, spa,  centres commerciaux. [..] A quelques mètres de là, dans Antananarivo, l’enfer, c’est ce que vit la famille d’Ernestine. Cette femme se lève très tôt le matin afin de préparer ses enfants pour l’école : se laver à l’eau froide du bidon, manger la soupe de riz avec le bout de viande fumée et partir à pied. L’école, c’est le rêve auquel elle s’accroche. Elle croit que si ses enfants parviennent à décrocher un diplôme, n’importe lequel, ils pourront s’en sortir plus tard et ils n’auront pas à vivre un calvaire quotidien comme elle. Elle va chez les patrons, elle peut tout faire : lessive, vaisselle, ménage, porteuse d’eau, garde d’enfant, tout. Et le soir, elle revient exténuée, ses enfants dorment déjà. Elle veille sur leur sommeil à cause des rats qui peuvent attaquer. Et puis, comment avoir un bon sommeil lorsqu’on est à 4, 5 ou 6 à dormir dans une seule pièce de 2 m de largeur ?  

Il n'existe donc pas de quotidien type à Madagascar, c'est vrai dans tous les pays mais ça l'est encore plus dans un pays ou la classe moyenne est réduite à sa portion congrue.  

2) Comment prononcer le nom du président actuel ? 

Le président malgache depuis Janvier 2014 s'appelle Hery Martial Rajaonarimampianina Rakotoarimanana . C'est le nom le plus long pour un dirigeant actuel selon The Guardian. Pas évident à prononcer, même pour un malgache. Si vous êtes ammener à le rencontrer,  peut-être qu'au lieu de risquer un accrochage diplomatique en écorchant son  nom, il serait plus sage de faire référence à son slogan/parti , le Hery Vaovao,  ou de lui offrir une lampe torche pour pallier à ses soucis de courant électrique.  

3) Nous prévoyons de faire du cross-country hiking à travers l'île. Que faut-il savoir pour réduire les risques ?   

L'actualité malgache de ces dernières années est riche en reportage alarmant sur la pauvreté, les crises sanitaires, l'insécurité et le banditisme de grands chemins.  L'épisode du lynchage de vazaha à Nosy Be reste encore dans les mémoires.  Pour autant, le hiking à travers l'île est une expérience unique que bon nombre de touristes et de malgaches entreprennent chaque année.  

Pour la santé, le risque principal est le paludisme. L'ensemble du pays est classé en zone 3, c'est-à-dire qu'il connaît un peu de résistance à la chloroquine. Le paludisme est présent à 90 % à Madagascar. Pour se protéger, voici quelques conseils  :

- il est indispensable de prendre un traitement antipaludique.
– le soir, porter des vêtements les plus couvrants possible et, mieux encore, traités (par exemple avec Insect Ecran® trempage) ;- sur les parties découvertes, utiliser lotions ou crèmes répulsives efficaces. S'enduire les parties découvertes du corps dès le coucher du soleil ;
– utiliser une moustiquaire.

Le chikungunya et autres maladies tropicales sont aussi présents à Madagascar. les règles de base sont les mêmes que dans tous les pays. En ce qui concerne l'insécurité, il n'existe pas d'études statistiques officielles sur la criminalité mais elle est suffisamment présente dans les esprits pour impacter négativement le tourisme. Voici l’avis d'un habitant de la capitale, Mofo Lany :

Il ne se passe pas une semaine sans que les journaux ne relatent des faits de violences dans la capitale malgache Antananarivo. Toutes les couches de la population, des plus aisées aux plus modestes, sont victimes de ce phénomène. Même les étrangers ne sont pas en reste. Les attaques à main armée sont particulièrement nombreuses. 

 4) Dois je apprendre le malgache quand je suis à Madagascar ? Si oui, comment?   

Idéalement, oui. comme l'apprentissage de n'importe quelle langue, le malgache nécessite cependant une détermination et une motivation importante. Et comme toutes langues, elle présente aussi bien des facilités que des challenges. Les avantages : 

  • Aucune distinction de genre : masculin et féminin identique
  • Aucune distinction de nombre : singulier et pluriel identique
  • Trois temps seulement : passé, présent, futur et sans conjugaison

 Quant aux challenges, voici l'expérience de Lilikely, une vazaha (étrangère en malgache),  sur l'apprentissage du malgache

- Déjà, pas mal de gens parlent un peu français : beaucoup dans les grandes villes, et assez peu dans les campagnes. Du coup, c'est plus facile pour se faire comprendre, on finit toujours par trouver quelqu'un pour nous aider si ce qu'on cherche est compliqué. Du coup, on n'a pas besoin de se forcer, et si on est un peu flemmard, on profite de cela.
-La grammaire. Ca parait simplissime au début.  MAIS… Tout cela c'est pour la forme active. Et au final, les malgaches s'expriment surtout avec la forme passive… nettement plus difficile à maîtriser.
– Les références culturelles et la façon d'exprimer les idées sont aussi très éloignées des nôtres
– Les spécificités régionales font que le découragement arrive vite lorsqu'on voyage. 

Comment apprendre ? Voici quelques ressources pour s'initier à la langue: les bases sur Gasikara.net, la méthode Assimile et les cours particuliers (si besoin). 

5) Les malgaches sont-ils africains, asiatiques ou autres ?  

Betsileo, Madagascar, 1908 CC-BY-2.0

Betsileo, Madagascar, 1908 CC-BY-2.0

 Ah, la question éternelle ! Ici commence la partie des sujets à controverse à Madagascar. le pays  est à la croisée des continents africain et asiatique. Sa population est d'une grande diversité et la question est donc légitime. le problème se trouve dans le débat qui suit la question. En effet, la discussion sur ce sujet dérive souvent en sous-entendus racistes et préjugés en tout genre. Si vous voulez en avoir le coeur net, Dominique Ranaivoson, spécialiste de la littérature malgache et enseignante vous en dit plus dans son livre sur ce sujet. Pour les faits, on compte 18 tribus traditionnelles à Madagascar, incluant des populations aussi bien d'origines africaines, asiatiques ou arabes. C'est aussi un fait qu'un racisme latent existe entre ces différents groupes malgaches.

Pêcheur Vézo par Jean-Louis Vandevivère  CC-BY-2.0

Pêcheur Vézo par Jean-Louis Vandevivère CC-BY-2.0

6) Pourquoi certains malgaches “retournent-ils leurs morts” (famadihana) ?

Ah, l'autre question qui fâche !  Le famadihana ou retournement des morts, est une coutume funéraire qui consiste à honorer les ancêtres. Lay explique le rituel ainsi

Un razana (ancêtre)  peut se manifester à un de ses descendants dans son rêve ou dans un tromba en lui disant qu’il a froid. Il promet en contrepartie de bénir ses descendants dans leur vie quotidienne. C’est ainsi que les Malgaches rouvrent les tombeaux et remplacent les tissus qui recouvrent les restes de leurs morts. C’est l’occasion de fêtes monumentales, de danses et de beuveries

Soahary explique la particularité de cette coutume dans le contexte malgache : 

La relation des Malgaches avec la mort et les parents déjà partis est assez particulière. On considère que nos ancêtres veillent sur nous.  Ainsi, ils ne sont jamais vraiment partis. On leur rend hommage périodiquement en recouvrant leur corps de nouveaux linceuls. 

Hemerson Andrianetrazafy, enseignant chercheur en civilisation à l’Université d’Antananarivo, ajoute que :

 Le famadihana est très exactement le rituel par lequel la dépouille d’un parent atteint le statut de razana, d’ancêtre. Un moment capital dans la spiritualité malgache, car tous les morts ne deviennent pas automatiquement des razana  [..] Pour les Malgaches, la mort n’est pas une dissolution, un anéantissement, mais une étape conduisant au statut d’ancêtre. « Tsy maty fa lasan-ko razana », (Ils vivent mais sous une autre forme), servant d’intermédiaire entre les vivants et les zanahary, les divinités.

De nombreux chrétiens malgaches ont souligné que cette pratique est en contradiction avec les principes bibliques.  La pratique  du famadihana tend donc à diminuer aussi en raison du coût élevé de la cérémonie.  

7) Pourquoi la circoncision  (ou hasoavana en malgache)  est-elle aussi répandue à Madagascar ? 

Une autre coutume traditionnelle à Madagascar est la circoncision des jeunes garçons avant l'âge de deux ans.   

C'st aussi l'occasion de faire une fête en famille. La pratique qui à Madagascar n'est pas liée à une coutume religieuse n'est pas sans controverse. Ariniaina explique pourquoi elle a circoncis son fils :  

Mais pourquoi faire ce rituel? J’allais me justifier en disant que c’est pour des raisons médicales. Comme quoi des saletés peuvent rester dans le prépuce, que plus tard, il se peut qu’on doit quand même le circoncire parce qu’il aura des problèmes de santé. Il sera alors plus âgé, plus conscient de la douleur. Ainsi, j’aurai regretté de ne pas avoir fait la circoncision plus tôt. Mais, au fond, est-ce la culture qui l’emporte? N’est considéré « vrai homme » que celui qui est circoncis. 

 8) Quel est le lien entre Madagascar, le pays et Madagascar, le dessin animé ?  

Aucun. En fait si, deux choses: 1)  les boites de nuit malgaches ont bien vibré au son du “I like to move it, move it” dans les années 90.  2) M. Katzenberg, président de la compagnie DreamWorks qui a produit la trilogie des films Madagascar,  a fait un don de $500 000 USD à l'ONG Conservation International pour promouvoir l'écotourisme à Madagascar

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site