Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bloquer le plus grand port charbonnier du monde pour dénoncer le changement climatique

Des membres de l'association Pacific Climate Warriors (Guerriers climatiques du Pacifique) du Vanuatu lancent leurs canoës. Photo crédit: 350.org

Des Guerriers climatiques du Pacifique posent autour de leur pirogue. Crédit photo : 350.org 

Cet article a été écrit par Aaron Packard pour 350.orgune organisation oeuvrant pour la construction d'un mouvement climatique mondial. Il est republié sur Global Voices dans le cadre d'un accord de partage de contenus.

En octobre de cette année, trente Guerriers climatiques du Pacifique provenant de 12 différentes îles arriveront sur les côtes australiennes pour affronter l'industrie du charbon et du gaz. Ils vont utiliser des pirogues qu'ils ont construites pour pagayer dans la rade du plus grand port de charbon du monde, Newcastle (Australie) [fr], pour arrêter les exportations de charbon toute une journée.  

Le port de Newcastle exporte la destruction des îles du Pacifique à une échelle sans précédent, et des plans d'expansion sont en cours d'étude. Si le port était un pays, il serait classé au 9e rang dans le monde en termes d'émissions. Si rien n'est fait pour abandonner l'industrie des combustibles fossiles, la plupart des îles du Pacifique risquent de tout perdre.

Les pays insulaires du Pacifique ont passé plus de 20 ans en négociation et plaidoyer avec des pays comme l'Australie afin de réduire leurs émissions et arrêter de creuser à la recherche de combustibles fossiles – pour sauver leurs terres et leurs cultures contre les conséquences du changement climatique, comme l'élévation du niveau des mers. Mais, le secteur charbonnier et gazier continue à faire le contraire. Il procède à l'extraction à un rythme sans précédent, tout en continuant à attaquer l'industrie de l'énergie renouvelable. Il s'agit d'une attaque radicale contre de ces îles et de leurs cultures.

Pour l'avenir de leurs cultures et de leurs îles, les Guerriers climatiques du Pacifique ne peuvent pas assister en spectateurs passifs à ce processus. C'est pourquoi des Etats insulaires de tout le Pacifique se sont préparés pour cette expédition en Australie et ont construit des pirogues traditionnelles. Pour plusieurs d'entre eux c'était leur première expérience – les guerriers renouent avec leurs cultures ancestrales afin de mener la lutte nécessaire pour préserver leur avenir.

Le mois prochain, ces canoës traditionnels iront en Australie pour arrêter la destruction de leurs îles à sa source.

Cela va être une action historique incroyable, et enverra un message puissant : nous ne resterons pas les bras croisés pendant que l'industrie du charbon coule l'avenir des îles du Pacifique. Il s'agit d'une entreprise coûteuse et nos équipes des îles du Pacifique ont levé des fonds au niveau local pour construire des canots qui pourront effectuer le voyage. Toute contribution à ces coûts serait grandement apprécié.

Si vous êtes en Australie et à proximité, venez nous rejoindre. Plus nous serons nombreux, plus largement et mieux le message sera entendu. Inscrivez-vous ici pour l'événement. Pour ceux en dehors de l'Australie, visitez le site Web pour découvrir comment vous pouvez nous apporter votre solidarité avec les Guerriers climatiques du Pacifique.

Puis enfin, partager l'histoire des guerriers du climat du Pacifique avec le monde !

Tokelau school-kids with canoe and banner which reads: "We Are Not Drowning We Are Fighting." Photo credit: 350.org

Ecoliers de Tokelau et leur pirogue. Sur la banderole : “Nous ne nous noyons pas, nous combattons” Crédit photo : 350.org 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site