Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Partir ou rester ? L'Écosse vote sur l'indépendance

A houshold in Gateside, Fife (Photo: Anna Chworow)

Une façade à Gateside, Fife. Photo Anna Chworow.

Nous sommes jeudi 18 septembre, et l'Écosse connaît le plus important vote démocratique de son histoire : le référendum sur l'indépendance. Si la majorité des électeurs répond ‘oui’ à la question ‘L'Écosse doit-elle être un pays indépendant ?’, le pays, actuellement partie du Royaume-Uni, deviendra un Etat souverain.

Le débat s'est ouvert en 2011 avec le lancement des campagnes indépendantiste Yes Scotland et unioniste Better Together [Ensemble c'est mieux]. Les sondages, qui il y a un an donnaient à peine 32 % en faveur de l'indépendance, 49 % pour l'union et 19 % d'indécis, ont placé pour la première fois le ‘oui’ en tête le 12 septembre 2014, avec 49 % pour l'indépendance, 42 % contre, et seulement 9 % d'indécis.

La campagne a été passionnée, souvent décrite comme un camp du ‘oui’ de la base contre une position unioniste privilégiée par les principaux partis politiques du Royaume-Uni. Néanmoins, avec ses promesses de plus grande justice et égalité sociales, d'une constitution écrite (le Royaume-Uni n'en a pas), de désarmement nucléaire et une posture favorable à l'immigration, la campagne du ‘oui’ a reçu le ferme soutien du Parti Vert écossais, du Parti socialiste, et a été conduite par le Parti national écossais, qui détient actuellement la majorité au Parlement d'Écosse.

The independence debate covered a spectacularly wide range of issues. A passionate appeal in Edinburgh (Photo: Anna Chworow)

‘C'est simple… Votez OUI, pour les droits humains, ou votez NON, pour continuer à soutenir Israël, et l'un des complexes militaro-industriels les plus impitoyables que le monde ait jamais connus. Reliez les points !’ Le débat sur l'indépendance a englobé une variété extraordinaire de questions. Un appel passionné à Edimbourg. Photo Anna Chworow.

Yes campaigners coined a phrase: 'Houses are voting yes, fields are voting no', pointing to the promisses of land tax and reform in independednt Scotland. 'No thanks' sign in a field in Auchtermuchty, Fife (Photo: Anna Chworow)

Une expression inventée par les partisans du oui : ‘Les maisons votent oui, les champs votent non’, allusion aux promesses de réforme et taxe foncières dans une Ecosse indépendante, qui toucherait essentiellement les gros propriétaires fonciers. Affiche ‘Non merci’ dans un champ à Auchtermuchty, Fife. Photo Anna Chworow.

Young people became fully engaged in the debate A window posted in Edinbrugh. (Photo: Anna Chworow)

Les jeunes se sont donnés à fond dans le débat. ‘Avançons ensemble” dit la feuille sur la fenêtre, à Edimbourg. Photo Anna Chworow.

Pendant ce temps, les militants indépendantistes ont réussi à conquérir les coeurs et les imaginations de nombreux électeurs comme n'a pas su le faire le camp unioniste. Tirant leur inspiration ddes pays nordiques considérés comme plus équitables et plus prospères avec de hauts niveaux de participation démocratique, beaucoup se sont investis en Écosse au niveau de la base.

La campagne Better Together, renommée par ses critiques ‘Bitter Together’ [bitter = amer, better = mieux], a mis l'accent sur les incertitudes économiques, le renchérissement du carburant et de l'alimentaire, la question monétaire et l'adhésion éventuelle de l'Écosse à l'UE en tant qu'Etat indépendant. Beaucoup de banques et sociétés de premier plan ont menacé, en cas d'indépendance de l'Écosse, d'envisager la relocalisation de leurs sièges en Angleterre, avec des mises en garde sur les retombées économiques de telles décisions.

Green Yes supporter in Edinburgh (Photo: Anna Chworow)

Militant du Oui Vert à Edimbourg. Photo Anna Chworow.

Yes Campaign banner on approcach to Strathmiglo, Fife (Photo: Anna Chworow)

Banderole ‘Oui’ à l'entrée de Strathmiglo, Fife. Photo Anna Chworow

Les arguments de part et d'autre ne peuvent être balayés d'un simple geste. Mais deux résultats majeurs des campagnes valent d'être soulignés. D'abord, le débat sur la rupture potentielle de 300 ans d'union, un vote à signification historique, s'est déroulé sans le moindre acte de violence. Les incidents les plus graves à être rapportés ont été le jet d'oeufs sur un homme politique unioniste, Jim Murphy, par des manifestants du ‘oui’ et le bombage à la peinture du quartier général de la campagne du ‘oui’ à Edimbourg avec des ‘Non merci’ et des symboles nazis. De nombreux foyers, familles et lieux de travail se sont trouvés polarisés par leurs opinions sur l'indépendance, mais unis par leur engagement dans le débat et un désir évident de la meilleure issue pour l'Écosse.

Ce qu'il faut aussi remarquer, c'est le niveau sans précédent d'engagement public résultant du débat. Twitter et Facebook ont croulé sous les discussions animées, avec le mot-dièse #indyref mentionné plus de 2,6 millions de fois ces seuls 30 derniers jours. Il y a aussi eu un nombre record d'inscriptions sur les listes électorales : les estimations sont de 97 % d'inscrits parmi ceux qui ont le droit de voter. Innombrables ont été les marches, blogs, démarchages, événements culturels, discours, cercles de discussion et on en passe. Ces images collectées sur Twitter donnent un aperçu de l'époque enthousiasmante qu'a connue l'Écosse ces derniers deux ans et demi.

Réverbère à North Queensferry.

campagne pour le vote oui sur Leith Walk à Edimbourg

J'adore cet habitant de Portobello qui a pris le temps d'expliquer à ses voisins pourquoi il est pour le “non merci”

Magnifique soleil à Glasgow Excellente journée pour le Non travailliste. Le Royaume-Uni a besoin de l'Ecosse.Restons ensemble.

Ça a commencé par un seul type qui a tweeté : Manifestons mardi. Des gens ordinaires après le travail. Enorme !

Les Ecossais vont-ils choisir de rester ou de partir ? Les résultats du référendum doivent être annoncés demain matin à 7 heures.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site