Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les Taïwanais voient dans les manifestations pro-démocratie de Hong Kong un avant-goût de leur avenir en Chine

The supporters from the Black Island Youth.' Photo by the Black Island Youth. CC BY-NC 2.0.

Partisans de la ‘Jeunesse de l'Ile Noire’. Photo Black Island Youth. CC BY-NC 2.0.

[Liens en chinois et anglais] S'il n'en tenait qu'à Pékin, l'île démocratique de Taïwan serait réunifiée avec la Chine continentale sous ce même système politique appelé “un pays, deux systèmes” qui donne à Hong Kong un certain degré d'autonomie par rapport au gouvernement central (au moins en théorie). 

Mais tandis que des milliers de manifestants continuent à réclamer dans les rues de Hong Kong des élections authentiquement démocratiques, au milieu des gaz lacrymogènes et des sprays au poivre, des Taïwanais pensent que l'idée “un pays, deux systèmes” est un échec et que l'autonomie dont “jouit” Hong Kong, une imposture. 

Les militants étudiants taïwanais ont exprimé leur solidarité avec la grève des étudiants hongkongais le 22 septembre 2014 dans l'espoir de sensibiliser Taïwan à la manipulation par Pékin de la réforme électorale de Hong Kong.

En réaction aux violents affrontements entre manifestants étudiants et policiers de Hong Kong le 27 septembre et au début du sit-in géant surnommé Occupy Central le lendemain, plus d'un millier de personnes se sont rassemblées Place de la Liberté à Taipei pour exprimer leur solidarité avec les protestataires de Hong Kong.

Pékin autorisera l'ancienne colonie britannique à élire son prochain chef de l'exécutif au suffrage direct, mais requiert des candidats d'obtenir l'investiture majoritaire d'un comité de nomination largement pro-Pékin pour voir leur nom imprimé sur les bulletins de vote. Les contestataires arguent que ce cadre électoral, présenté par le Comité permanent du Congrès National du Peuple, va à l'encontre de la promesse de suffrage universel faite à Hong Kong.  

Black Island Youth [Jeunesse de l'Ile Noire], un groupe militant actif dans le Mouvement des Tournesols à Taïwan a motivé son soutien à la protestation de Hong Kong sur sa page Facebook :

黑色島國青年陣線過去一年來,在臺灣反對同樣罔顧人民聲音的中國國民黨,並抵抗其背後日益鮮明的「中國因素」。我們對於香港青年在香港抵抗中國共產黨的勇氣與努力非常敬佩。

La Jeunesse de l'Ile Noire a protesté contre le [parti au pouvoir favorable à l'unification] Kuomintang, qui persiste à ignorer la voix des citoyens taïwanais, et a résisté au ‘facteur Chine’, qui pèse de plus en plus sur le Kuomintang. Par conséquent, nous respectons hautement le courage et l'engagement de la jeunesse de Hong Kong montrés dans leur protestation contre le Parti communiste chinois (PCC).

Pékin refuse l'indépendance de Taïwan et considère l'île comme un territoire dissident.

Le blogueur taïwanais shophist4ever a souligné que le cadre électoral imposé à Hong Kong par Pékin reflétait l'échec du “un pays, deux systèmes” :

其實中國政府可以不用作的這麼難看,畢竟一國兩制有示範給台灣看的目的存在。結果現在中國端出來的所謂「政改框架」,根本就是由北京來欽定特首的設計,真正看過民主國家普選制度的人,一定是無法接受的。

Le gouvernement chinois ne devrait pas faire tourner les choses aussi mal. Le ‘un pays, deux systèmes’ à Hong Kong a aussi valeur d'exemple pour Taïwan. Quoi qu'il en soit, le soit-disant ‘cadre de réforme électorale’ proposé par la Chine est bâti en réalité autour d'un chef de l'exécutif [hongkongais] choisi par Pékin. Pour quelqu'un qui a connu une vraie élection dans un pays démocratique, ils n'accepteront pas cette proposition.

Kuo-Chang Huang, un des meneurs du Mouvement des Tournesols, qui a occupé trois semaines le Parlement de Taïwan pour protester contre un accord commercial négocié dans le secret avec la Chine, a relevé que l'infiltration du Parti communiste chinois à Hong Kong a érodé l'état de droit dans la Région Administrative Spéciale, et avertit Taïwan de ne pas mettre ses pas dans ceux de Hong Kong :

如果你要看中共滲透一個社會的方式,你去看香港。他們已經到讓人難以理解的程度,本來香港不該容許這種事,以前英國殖民時,香港沒有民主,但有法治;但現在香港法治的實際實踐,會讓你覺得香港沒有民主,連法制也逐漸在流失當中。

Si vous voulez observer comment le PCC infiltre une société, voyez Hong Kong. Les choses ont changé à un degré difficile à comprendre. Il ne faut pas tolérer cela à Hong Kong. Sous le gouvernement britannique, il n'y avait pas de démocratie à Hong Kong, mais il y avait un système de lois. A présent d'après la pratique des institutions juridiques de Hong Kong, on ressent l'absence de démocratie, et la dégradation du système de lois.

香港之前一國兩制、選特首、五十年不變的承諾,中國可以說翻臉就翻臉,他當然知道這樣翻臉有政治代價,你就是說話不算話的政權,自己作的承諾都可以公然毀棄,但他為何敢做?因為香港已經是中國的囊中物了,我已經把你放在口袋裡了--香港人,你們放棄反抗,我已經把你緊緊握在手上,你奈我何?

Le PCC a promis à Hong Kong ‘un pays, deux systèmes‘, le droit d'élire le chef de l'exécutif, et pas de changement avant 50 ans. Malgré cela, le PCC a changé d'avis du jour au lendemain. Le PCC n'ignore sans doute pas le coût politique de sa trahison—il devient un parti fourbe qui brise publiquement sa promesse. Pourquoi le PCC ose-t-il ? Parce que Hong Kong est dans la poche de la Chine—Hong Kongais, vous êtes dans ma poche. Renoncez à votre résistance. Vous êtes entre mes mains, que pouvez-vous faire ?

從中國角度來看是這樣的,對台灣也一樣,中共希望台灣在經濟上不斷依存中國市場,這樣他就可以慢慢把台灣收入口袋中,之後在政治上,他有太多籌碼,讓台灣人認知現實,「你已經逃不出我的手掌心,你還要跟我談什麼?」這是兩岸關係的最後結果,是把台灣慢慢配合中共統戰策略、放到中共口袋中

Du point de vue de la Chine, Taïwan est dans la même position que Hong Kong. Le PCC veut rendre Taïwan économiquement dépendant du marché chinois de façon à pouvoir mettre lentement Taïwan dans sa poche. Après cela, le PCC aura beaucoup d'atouts dans la négociation politique. Le PCC mettra les Taïwanais devant la réalité. ‘Vous ne pouvez pas vous échapper de ma main, que vous voulez-vous donc négocier avec moi ?’ L'objectif final de la relation entre les deux rives du détroit est de réunifier Taïwan [avec le continent] et de mettre Taïwan dans la poche du PCC.

The supporters in the Freedom Square.' Photo by the United Social Press. CC BY-NC 2.0.

Rassemblement de solidarité Place de la Liberté. Photo The United Social Press. CC BY-NC 2.0.

Les manifestations de Hong Kong ont en tous cas inspiré les militants taïwanais. Le professeur retraité Chin-Hsing Liu a raconté ce qu'il a vu lors de sa visite à Hong Kong en juin dernier, quand s'est déroulé un référendum non officiel sur les droits de vote, qui a récolté des centaines de milliers de signatures :

這次香港行,給我很大的震撼,過去我以為香港既已回歸,土地相連,人民都自認是中國人,怎麼可能脫離「祖國」的魔掌?[…]我錯了。已經孵化的小雞,不可能再塞回蛋殼去。曾經擁有自由的人,也不會放棄自由的。香港的民主運動起步雖遲,卻方向堅定,力道十足。

Ce voyage à Hong Kong a été un bouleversement pour moi. Avant, je pensais que, puisque la souveraineté de Hong Kong a été transférée à la Chine, que Hong Kong est géologiquement relié à la Chine, et que les Hong Kongais se considéraient comme Chinois, comment peuvent-ils échapper à la main de la Chine ? […] Je me trompais. On ne peut pas faire rentrer le poussin de force dans l'oeuf. Quelqu'un qui a connu la liberté ne renoncera pas à la liberté. Même si le mouvement démocratique de Hong Kong a commencé tardivement, sa direction est ferme et sa puissance, totale.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site