Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

A quand un suivi d'Ebola le week-end ?

“Quand aurons-nous un suivi d'Ebola 24h sur 24, et tous les jours de la semaine ?” demande un professeur américano-canadien, Crawford Kilian :

J'ai la longue habitude de voir les informations s'interrompre pendant le week-end. Les médias, les agences des gouvernements et les ONG quittent tous le bureau le vendredi après-midi et refont surface le lundi matin. 

Mais après ces dernières semaines et Ebola, je perds patience avec les types qui gagnent leur vie à suivre l'épidémie.Oui, tant mieux pour eux, et pour les accords collectifs qui leur attribuent des journées de 8 heures de travail, des week-end libres, de longues vacances et une excellente couverture santé. 

Mais si cette épidémie d'Ebola est aussi sans précédent que l'affirme le Docteur Chan, pourquoi ne pas trouver l'argent nécessaire pour payer les heures supplémentaires, pour que les informations sur Ebola continuent à être diffusées pendant le week-end (sans parler des jours officiellement fériés) ? Pouvez-vous imaginer attendre qu'un reporter trotte dans son bureau le lundi 8 décembre 1941 au matin pour apprendre Pearl Harbor ? Ou l'annonce de l'assassinat de JFK attendre le lundi suivant, le 25 novembre 1963 ?

Mais les médias ouest-africains, à peu d'exceptions prés, entrent en hibernation le vendredi après-midi et ressuscitent à un moment donné le lundi matin suivant. Comme le fait l'OMS et d'autres grandes agences internationales pour la santé publique. Je sais bien qu'ils ont subi des coupes budgétaires de la part de gouvernements qui pensent toujours que l'austérité est la voie vers le rétablissement depuis le crash de  2008.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site