Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

6 blogs en anglais pour vous aider à mieux comprendre le Japon

Photo by Flickr user Taro Yamamoto. CC BY-NC-SA 2.0

Photo de l'utilisateur Taro Yamamoto publiée sur Flickr. CC BY-NC-SA 2.0

Comparé à il y a une dizaine d'années, avant l'arrivée en force de Facebook, Twitter et des autres médias sociaux, il n'y a plus autant de blogs sur le Japon.

Mais on peut toutefois encore trouver quelques perles. Si vous avez envie de mieux comprendre le Japon, ces blogs écrits [en anglais] pour la plupart par des expatriés, fins connaisseurs du pays, seront pour vous un excellent point de départ.

SNA – Shingestu News Agency

Plus qu'un blog, Shingetsu est une agence de presse indépendante, régulièrement mise à jour et  proposant de nombreuses analyses sur l'actualité du Japon. Dirigé par le journaliste Michael Penn, collaborateur régulier à Al-Jazeera, le fil Twitter du SNA est une bonne façon de rester informé des dernières nouvelles du pays.

Shisaku

Si vous voulez vraiment avoir une bonne compréhension de la politique japonaise, Shisaku est un incontournable pour bien commencer.

Écrit par Michael Cucek – universitaire, journaliste et résident de la région métropolitaine de Tokyo depuis 1994 -, le blog du Shisaku tente d'identifier les personnalités et les partis qui influent sur la politique japonaise. Il offre souvent un point de vue informatif et sarcastique sur l’actualité.

Un excellent article de ce blog pour s'initier est celui décrivant l'absurdité de la position du Japon en faveur de la chasse à la baleine.

Tokyo Reporter

Reprenant là où l'excellent et défunt (et aujourd'hui interdit) Tokyo Confidential s'était arrêté, le Tokyo Reporter offre un tour d'horizon régulier des sordides histoires à sensation des tabloïds hebdomadaires du Japon.

Bien qu'il se complait à remplir des pages avec beaucoup de sexe et un peu de violence, ce blog – qu'il vaut mieux éviter de lire au travail – relate aussi d'intéressantes histoires qui ont échappé aux reportages des médias étrangers sur le Japon, comme celle de l'homme qui se cache derrière Godzilla.

Japan Subculture Research

Géré par Adelstein, un journaliste d'investigation qui a couvert pendant un temps la criminalité à Tokyo pour les quotidiens en langue japonaise, Japan Subculture Research est l'endroit où vous devez aller si vous voulez être informé des dernières rumeurs et informations inédites sur la mafia, le vice, la corruption en politique et le “côté obscur du pays du Soleil-Levant”.

Le livre Tokyo Vice d'Adelstein vaut la peine d'être lu. Des rumeurs circulent sur une prochaine adaptation au cinéma.

Tofugu

Étoile montante de la blogosphère japonaise en langue anglaise,Tofugu se démarque par un design de haute qualité et des commentaires fascinants sur la culture pop japonaise.

L'histoire la plus intéressante de Tofugu est actuellement une interview suivie à la fois sur YouTube et le média social à sensation, Medama-sensei.

Medama-sensei, qui étudie dans un monastère Zen, a suscité à parts égales louanges et condamnations pour exposer sur YouTube la discrimination dont il a fait l'objet durant son séjour en tant que professeur d'anglais à Okinawa. 

世論: What Japan Thinks

Dans le monde des blogs sur le Japon, ce site influent existe depuis longtemps.

What Japan Thinks étudie et traduit la manière dont les Japonais répondent aux sondages et aux enquêtes. Si vous aimez les données, ce site est fait pour vous.

Vous en avez un à ajouter sur la liste ? N'hésitez pas à nous le faire partager dans vos commentaires !

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site