Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le Myanmar veut interdire la vente d'alcool aux femmes

A beer station in Hpa-An, Myanmar. Image under Creative Commons by Flickr user Axelrd

Une brasserie à Hpa-An, Myanmar. Photo sur Flickr de Axelrd Licence Creative Commons

[Liens en anglais] Les autorités du Myanmar (Birmanie) étudieraient la création de zones à Yangon et Mandalay — les deux plus grandes villes du pays — où il serait interdit aux femmes d'acheter des boissons alcoolisées. Les chiffres de l'Organisation Mondiale de la Santé pour 2009 ont beau classer le Myanmar à la dernière place en Asie du Sud-Est pour la consommation d'alcool, avec seulement 1,5 % de consommateurs chez les femmes et 31 % chez les hommes, beaucoup affirment que les choses sont en train de changer. 

Le blogueur Aung Htin Kyaw écrit à propos de cette tendance : 

Alors que la Birmanie s'ouvre sur le monde extérieur, les moeurs sociales semblent se relâcher. Ainsi, j'ai remarqué sur les médias sociaux une augmentation des jeunes birmans (souvent de mon âge ou moins âgés), amis comme membres de la famille, qui boivent de façon décontractée en société.

Beer advertising in Yangon, Myanmar. Image licenced under Creative Commons by Flickr user markku_a

Publicité de bières à Yangon, Myanmar. Photo sur Flickr de markku_a, licence Creative Commons

 Wagaung, commentant le billet de Aung Htin Kyaw, abonde en son sens : 

La société de consommation — et notamment la consommation ostentatoire vue sur Facebook — l'encourage inévitablement, et c'est ainsi qu'on commence à voir des femmes birmanes, jeunes et moins jeunes, un verre de vin à la main, presque comme un signe de prestige ou une façon d'être à la mode.

A ce jour, un seul journal de langue birmane a fait état des propositions d'interdire aux femmes de boire dans certains endroits. La blogueuse MadyJune estime que le sujet n'a pas été présenté équitablement :

Même avant que cette information sorte, les médias locaux ont ciblé les buveuses en utilisant l'image de femmes assises dans des brasseries pour illustrer les articles sur l'augmentation de la consommation d'alcool dans le pays.

Je ne défends pas l'alcool. En fait, je déteste l'alcool et n'en supporte pas la puanteur, mais il est injuste de restreindre les femmes de boire de l'alcool juste parce que nous sommes des femmes. Je pense que c'est notre choix de boire ou non et personne n'a le droit de nous le dicter.

Selon la Ligue des Femmes de Birmanie, les hommes continuent à dominer de nombreux aspects de la société birmane. L'index 2012 de l'OCDE du genre dans les institutions sociales place l'égalité de genre au Myanmar au 44e rang sur 102 pays non-membres de l'OCDE — au même niveau que la Guinée-Bissau et le Vietnam. 

Malgré son désaccord avec la possible interdiction, MadyJune croit que peu de femmes partageront son opinion :

Je doute que la totalité de la population féminine du Myanmar s'indigne de cette interdiction injuste. En fait, certaines d'entre elles (voire la majorité) pourraient même la soutenir.

Dans un autre billet, Aung Htin Kyaw explique que l'abstinence d'alcool est une partie essentielle de la morale du bouddhisme Theraveda, qui enseigne que l'alcool prédispose à un comportement dangereux pour les autres êtres vivants.

On peut se demander pourquoi imposer des restrictions spécifiques aux femmes, alors que la plupart des études convergent sur le fait que les hommes boivent significativement plus que les femmes au Myanmar ? Et le sort des zones envisagées reste incertain : si le Ministre de la Santé a déclaré en juillet 2014 envisager des restrictions à la consommation d'alcool en juillet 2014, des informations plus récentes ont montré que pour de nombreux députés, réformer la législation sur l'alcool n'est pas une priorité. 

Les débats sur les habitudes en matières de boisson illustrent les préoccupations dues à l'occidentalisation croissante dans les grandes villes du Myanmar. Même si ces zones ne devaient pas être crées à Yangon et Mandalay, l'idée même que la règle puisse être différente pour les hommes et les femmes montre que l'inégalité de genre devient un sujet de plus en plus litigieux dans une société birmane en évolution.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site