Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ebola dépouille les Africains de leurs valeurs culturelles et humaines

L'anthropologue social et sociologue Ginny Moony explique comment l'épidémie d'Ebola déshumanise les Africains :

 La façon dont les Africains de l'Ouest traiteraient leurs malades et leurs morts est censée différer significativement de celle du reste du monde. Rien de plus faux. Dans le monde entier, l'essence des soins aux malades est pratiquement identique : toucher les membres de la famille malades ou morts est un phénomène naturel. Dans le monde entier les morts sont lavés et le corps exposé avec soin pour que la famille et les connaissances puissent faire leurs adieux. Aux Pays-Bas, il nous est permis de garder nos proches décédés plusieurs jours dans notre salon. Il y aura des contacts physiques avec le corps de la personne décédée jusqu'à la fermeture du cercueil et son inhumation ou son transfert au crématorium.

Dans le cas des pays affectés par Ebola, les conduites humaines normales sont rejetées comme “pratiques démodées et indésirables” par l'Organisation Mondiale de la Santé et les spécialistes qui analysent l'épidémie Ebola. Personne ne se demande s'il est raisonnable de refuser aux gens le soin de leurs proches et le droit de prendre en charge la procédure de deuil. La solution pour empêcher la contamination est évidente : ne pas toucher, en aucun cas. Des solutions plus compatissantes, comme la fourniture d'équipements de protection aux membres de la famille pour leur permettre d'enterrer leurs proches eux-mêmes ou avec une assistance, ne sont pas envisagées. La population est prise au piège ; à défaut de coopération, la prison. Ces mesures rigoureuses aliènent encore plus les gens des autorités. Ebola est un châtiment. Ni pour la communauté internationale, ni pour le personnel politique, ni pour les élites, seulement pour les masses déshéritées. Les gens se sentent seuls. Désertés. L'argent afflue, et de plus en plus de renforts, pourtant l'épidémie gagne du terrain chaque jour….

1 commentaire

  • diop

    Vous ne comprenez rien à la situation. C’est toujours triste de perdre un proche (mêmes les chiens sont malheureux lors qu’un des leurs meurt). Le problème avec le virus Ebola est qu’il a été fait pour tuer et connaissant la société africaine, Ebola allait faire des dégâts énormes. Heureusement qu’on s’est déshumanisé sinon, vous alliez dire “les ouest africain sont bêtes pour avoir favoriser la transmission d’Ebola”.

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site