Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La Chine interdit un autre festival de films indépendants

Poster of the 11th Beijing Independent Film Festival. via @johndjinggang’s Facebook

Affiche du 11ème Festival du film indépendant de Pékin via le profil Facebook de @johndjinggang 

Tous les liens de ce post renvoient vers des pages en anglais, sauf indication contraire.

Les autorités chinoises ont interdit la 11ème édition du Festival du film indépendant de Pékin et arrêté les organisateurs du festival le samedi 23 août. Le festival est organisé annuellement par le Fonds cinématographique Li Xianting, situé en périphérie de la ville de Pékin dans le quartier Songzhunag de la commune de Xiaobao.

Les dirigeants chinois ont fait part publiquement de leur désir de promouvoir la culture locale, mais des interdictions comme celle-ci montrent une réalité complétement différente de la rhétorique.

Promouvoir la culture

La nouvelle direction du parti communiste chinois sous le Président Xi Jinping s'est engagée à promouvoir le “soft power” de la Chine en soutenant l'industrie culturelle. Au cours des dernières années, des sociétés de cinéma controlées par l'Etat ont investi dans un certain nombre de grands films en réalisant des partenariats avec leurs homologues à Hong Kong et Taiwan, établissant ainsi un marché panchinois du film.

De plus, le quota pour les films étrangers importés n'arrête pas d'augmenter. Les co-productions USA et Chine sont encouragées, à condition que les films produits dans le cadre de cette collaboration soient soumis au mécanisme de censure de la Chine.

Alors que la Chine est effectivement devenue le plus grand marché mondial de produits culturels, le gouvernement n'a pas pour projet d'assouplir son controle sur la production. En réalité, la répression sur les activités artistiques indépendantes n'a jamais été aussi dure.

Fermeture du Festival du Film Indépendant de Pékin

Le 23 août, des officiers de police ont bloqué trois routes menant aux bureaux du Fonds cinématographique Li Xianting. Les forces de sécurité ont mobilisé des habitants locaux pour faire une descente au bureau du Fonds cinématographique Li Xianting, ont bousculé les participants au festival de film et ont confisqué leurs téléphones portables. La video ci-dessous montre la confrontation:

Les autorités ont également coupé l'électricité au bureau du Fonds cinématographique Li Xianting et confisqué les prospectus du festival et les archives de films accumulées par le fonds au cours des dix dernières années.

La police a ensuite arrêté trois organisateurs du festival, Li Xianting, Wang Hongwei et Fan Rong, et les a placés en garde à vue jusqu'à ce qu'ils signent des documents annonçant l'annulation du festival. Pour le moment, la police n'a pas porté plainte.

Li Xianting est un précurseur de l'art indépendant, un critique et programmateur. Il a dirigé un groupe d'artistes avant-gardistes dans la construction de la communauté Songzhuang après la fermeture de la communauté d'artistes Yuanmingyuan en 1995. Li avait fondé le Fonds cinématographique Li Xianting en 2006 et une école de cinéma en 2008 afin de cultiver une nouvelle génération de réalisateurs de films avec “un esprit de production créatif indépendant.”

Li Xianting, founder of Li Xianting Film Fund and Film School, was arrested and detained for several hours on the festival’s opening day. Photo from Huang Wehhai's Facebook

Li Xianting, fondateur du Fonds cinématographique et de l'école de cinéma Li Xianting, a été arrêté et détenu pendant plusieurs heures le jour de l'ouverture du festival.  Photo de Huang Wehhai Facebook 

“Le jour le plus sombre de l'histoire du film indépendant Chinois”

Film director Huang Wehai called the crackdown "the darkest day in the history of Chinese independent film.”

Le réalisateur Huang Wehai a qualifié cette répression de “jour le plus sombre de l'histoire du film indépendant chinois.”

Les organisateurs s'attendaient à un certain niveau de harcèlement policier, la police de sécurité de l'état ayant pertubé le festival au cours des dernières années. En 2012, la police avait coupé l'électricité lors de la cérémonie d'ouverture, mais le festival avait survécu de façon itinérante, réalisant des projections dans différents ateliers d'artistes à Songhunag.

Cette année, les organisateurs ont essayé de négocier avec la police le droit de diffuser les films dans un lieu isolé. Pour permettre la possibilité de projections, les documents promotionnels n'ont intentionnellement pas mentionné les lieux exacts des projections.

Les négociations ont échoué. Le festival a du faire face à la pression de différentes autorités gouvernementales, incluant le ministère de l'Education, le Bureau de l'Industrie et du Commerce, et le Bureau des Impôts. Même le Bureau de l'Immigration est intervenu, attendant à l'aéroport des réalisateurs étrangers, venus à Pékin pour le festival, pour les interroger.

Après  la fermeture du festival, les autorités de propagande chinoises ont donné des consignes de censure strictes aux principaux médias en Chine afin de supprimer toute information sur l'incident.

Les festivals tombent dans une zone grise

En Chine, tous les films prévus pour une sortie en salles doivent être approuvés par l'administration d'Etat de la Presse, de la Publication, de la Radio, du Film et de la Télévision. Etant donné que les films du festival allaient être diffusés pour une audience ciblée d'amateurs et de réalisateurs de films plutôt que diffusés largement, les festivals de films comme le BIFF tombent dans une zone grise de la censure. Si le festival est autorisé ou non dépend du climat politique du moment.

La descente au BIFF n'est pas un incident isolé. Deux autres festivals de films – le Festival Visuel Multi Culturel de Yunnan et le Festival de Films Indépendant de Nanjing ont été fermé en mars et novembre 2013. De plus, les autorités chinoises ont forcé l'école de Film de Li Xianting à fermer son programme de formation en Juillet 2013.

Li Xianting a souligné dans une interview [chinois] le 24 Août que les films indépendants sont une forme d'art, et que les films montrés expriment des émotions plutôt que des positions politiques. “Nous ne nous sommes pas impliqués dans la politique” a dit Xianting, “c'est la politique qui s'est impliqué avec nous.”

schedule of 2014 film festival - 2014 festival selections were mainly experimental films from young directors from the pan-Chinese region which were being screened publicly for the first time.

Le programme du festival de film 2014. La sélection du festival 2014 était majoritairement composée de films expérimentaux de jeunes réalisateurs de la région panchinoise, projetés publiquement pour la première fois. 

Yang Lina, une réalisatrice de documentaires indépendante, a dit a l'AP qu'elle croyait que la répression était une suppression de la liberté individuelle.

They just want us to make films about food, clothes, entertainment. They don't want people to think, they don't want people to have the freedom to express themselves, they don't want people to have independent and free ideas.

Ils veulent juste que nous réalisions des films sur la nourriture, les habits, les divertissements. Ils ne veulent pas que les gens pensent, ils ne veulent pas que les gens aient la liberté de s'exprimer eux mêmes, ils ne veulent pas que les gens aient des idées indépendantes et libres.

Eye-shut protest. Photo from Zhang Zhen's Facebook

Protestation des yeux fermés. Photo du profil Facebook de Zhang Zhen

Afin de protester contre la répression, un certain nombre d'artistes et activistes ont mis en ligne des photos d'eux même avec les yeux fermés. Des organisateurs de festivals de films à l'étranger ont également protesté. Plus de 30 organisateurs de festivals de films aux Etats Unis, en Europe, en Asie et en Amérique Latine ont co-signé une pétition exprimant leur profonde inquiétude au sujet de la confiscation par la police des archives de films, et ont exhorté les autorités chinoises à autoriser le BIFF à “poursuivre sa mission de soutien et d'exposition… des voix cinématographiques alternatives en Chine, de permettre au festival de fonctionner sans ingérence, et de permettre au Fonds cinématographique Li Xianting de continuer sa mission vitale d'archivage et de soutien des réalisateurs de films indépendants chinois.”

Cependant, tant que le Parti Communiste Chinois verra la culture comme un instrument de promotion de l'image de la nation, “comme un pays civilisé avec une histoire riche, une unité ethnique et une diversité culturelle, et comme un pouvoir d'Asie avec un bon gouvernement, une économie développée, une prospérité culturelle, une unité nationale et de magnifiques montagnes et rivières”, les esprits indépendants qui sont en désaccord avec cette vision seront vues comme des forces d'opposition à supprimer, ou à réformer. Tant que le projet de “soft power” nationaliste chinois adopte une approche autoritaire, le futur de l'art indépendant chinois est plutôt compromis.

Cet article a été commandé par Freemuse, un mouvement de défense des musiciens dans le monde, et Global Voices pour Artsfreedom.org. Cet article peut être republié par des média non-commerciaux, mentionnant l'auteur Oiwan Lam, Freemuse et Global Voices et pointant vers l'article original.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site