Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les Tunisiens élisent leur Parlement aujourd'hui

Voters stand in lines to cast their votes at a polling station in Tunis. Photo by Tunisia Live shared on Twitter

File d'attente devant un bureau de vote à Tunis. Photo de Tunisia Live partagée sur Twitter

Les Tunisiens votent aujourd'hui pour élire un parlement aux termes de leur nouvelle constitution. Les élections de cette année forment une des étapes finales de la transition démocratique de la Tunisie à la suite du renversement de l'ex-dictateur Zine el Abidine Ben Ali en janvier 2011.

Cette année, plus de 13.000 candidats sont en lice pour les 217 sièges de l'Assemblée des représentants du peuple avec un mandat de cinq ans. Concourrent des partis politiques, des alliances et des candidats indépendants.

La loi électorale tunisienne n'autorise pas les sondages d'opinion, mais on sait que les deux principaux rivaux de ces élections législatives sont le mouvement islamiste Ennahda, vainqueur de l'élection de 2011, et Nidaa Tounes, créé en 2012 et mené par Beji Caid Essebsi, 86 ans, qui a servi sous les régimes autoritaires précédents de Habib Bourguiba et Zine el-Abidin Ben Ali.

Le système de représentation proportionnelle en vigueur en Tunisie rend très improbable l'obtention de la majorité absolue par un seul parti. Les aliances post-électorales seront donc déterminantes pour les contours du futur gouvernement.

Les bureaux de vote ont ouvert à 7heures et fermeront à 18 heures. Plus de 5 millions d'électeurs inscrits sont susceptibles de voter.

Mark Green, directeur de l'Institut Républicain International qui a déployé une équipe d'observateurs du scrutin dans toute la Tunisie, a partagé cette photo d'un bureau de vote à Tunis :

On vote nombreux de bonne heure en Tunisie

La participation a varié d'un bureau à l'autre. Chafik Sarsar, président de la commission indépendante qui supervise les élections a dit la participation ‘encourageante’.

La journaliste indépendante Elodie Auffray, à Tunis, a détaillé les taux de participation des bureaux de vote qu'elle a visités :

Le blogueur Karim Benabdallah a tweeté une photo de son doigt marqué à l'encre :

On s'attend à une participation inférieure cette année à celle de 2011 à cause du mécontentement populaire envers les résultats de la classe politique ces trois dernières années. En 2011, les Tunisiens élurent une Assemblée nationale constituante qui avait un an pour rédiger une constitution. Les activités de l'assemblées se sont cependant étirées sur trois ans et une crise politique a secoué le pays en 2013 après l'assassinat de deux opposants politiques au gouvernement d'alors dirigé par Ennahdha. A quoi s'est ajoutée l'impuissance du pouvoir intérimaire face aux urgents besoins socio-économiques, qui a fait déchanter bon nombre de Tunisiens.

Vanessa Szakal de Nawaat a conversé avec les militants qui le 23 octobre ont distribué des tracts appelant au boycott des élections, et écrit :

plusieurs avancent l’argument de la crise économique et la sécurité qui étouffent, de plus en plus, le pays. En effet, les promesses électorales ont placé la barre des attentes très haut en 2011, et même lors de ces élections, ce qui a causé une déception démesurée de la part d’une bonne partie des citoyens. La bipolarisation de la course électorale basée, essentiellement, sur la notion du vote utile et de la lutte contre le terrorisme n’aide pas la majorité silencieuse à faire son choix. Dans l’absence quasi totale de programme économique et politique, il est difficile de différencier les centaines de candidats.

Mais d'autres n'ont pu cacher leur enthousiasme.

La journaliste de Tunis Asma Ghribi a tweeté :

C'est agréable de retourner dans mon école primaire Abou Kacem Chebbi pour voter…

C'est toujours bon de voter, même si on n'appartient à aucun parti politique

Certains ont suggéré que le monde oublie un peu l'auto-proclamé Etat islaique, et accorde plus d'attention au processus démocratique en cours en Tunisie :

Oubliez au moins un jour les barbares d'EI. #TunisieVote #PrintempsArabe

La Tunisie vote aujourd'hui pour ses premières élections législatives de la nouvelle constitution pendant que le monde est concentré (obsédé) par EI

D'autres ont loué la transition politique plutôt pacifique et en douceur de la Tunisie en comparaison des autres pays de la région :

La Tunisie et l'Egypte ont commencé en même temps il y a 3 ans 1/2, et sont à des années-lumières l'une de l'autre aujourd'hui.

Score du Printemps Arabe : Tunisie : va de l'avant. Egypte : dans la merde. Yémen : merde profonde. Libye : Merde très profonde. Syrie : merde hyper profonde.

Aujourd'hui la Tunisie vote pour son premier parlement historique depuis la nouvelle constitution. Seul pays du printemps arabe où la révolution n'a pas capoté.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site