Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Comment le président Xi Jinping et son parapluie jaune sont devenus un “mème” pro-démocratique à Hong Kong

Xi s'oppose à la police anti-émeute à Mongkok. Image via Arm Channel sur Facebook.

Le président chinois Xi Jinping photoshoppé dans une scène de manifestants s'opposant à la police anti-émeute à Mongkok. Image via Arm Channel sur Facebook.

Des images retouchées du président chinois Xi Jinping tenant un parapluie dans plusieurs manifestations pro-démocratiques à Hong Kong sont les derniers “mèmes” politiques devenus viraux sur les réseaux sociaux.  

Tout a commencé avec l'annonce officielle du gouvernement qu'une photo de Xi visitant la province d'Hubei avait remporté le premier prix de photojournalisme du pays. Il tenait un parapluie et était en train de discuter avec des ingénieurs sous la pluie. Le bas de son pantalon était relevé afin d'éviter d'être mouillé. 

La photo du Président Xi Jinping visitant la province d'Hubei a remporté le premier prix de photojournalisme de Chine

La photo, qui rentre dans la lignée de la propagande politique chinoise en montrant ses leaders parmi le peuple, a rapidement attiré l'attention des internautes hongkongais. Ils ont retouché l'image, en plaçant Xi et son parapluie jaune dans des scènes de manifestations à Hong Kong, où des gens se sont rassemblés pour demander un système ouvert de nomination des candidats au poste de chef de l'exécutif au lieu du comité à grande majorité pro-Pékin.

President Xi rejoint la révolution des parapluies à Hong Kong. Image créée par Andy Sum.

Le Président Xi fait la une du Time magazine. Image créée par Andy Sum.

Différents organes de presse chinois accusent les manifestations récentes, nommées Occupy Central par les média locaux ou encore “révolution des parapluies” par la presse étrangère, de chercher à nuire à l'autorité du gouvernement central, une accusation grave. Les “memes” politiques de Xi tenant un parapluie – le symbole de la manifestation – ont été une source d'apaisement teintée d'humour dans cette atmosphère politique tendue. 

Une image retouchée par Photoshop de la une du magazine américain Time's montrant Xi avec un parapluie au milieu des gaz lacrymogènes a a été republiée par 100most (cantonais), un magazine culturel populaire sur Facebook, a remporté plus de 10 000 “j'aime” et a été partagée plus de 800 fois. Ivan Wong commente avec sarcasme :

習總果然是我們的父母官啊,「一把遮、一個眼神、一邊摺褲」落區聽民意的習總為689作親身示範。

Le président Xi est comme un leader paternel : il a prouvé aux 689 [référence au chef de l'exécutif honkongais Leung Chun-ying qui a remporté seulement 689 des 1.200 voix lors de l'élection des membres du comité en 2012] comment se mêler aux communautés locales et écouter l'opinion du peuple avec “un parapluie, un regard à l'apparence sincère et un pantalon retroussé”. 

Le “mème” ci-dessous représente Xi au milieu d'une scène à Admiralty, le lieu clé d'Occupy Central, au centre de Hong Kong :

Xi sur le site de la manifestation à Admiralty. Image source: Leung Pak Kin via Facebook 100most.

Le président Xi sur le site de la manifestation à Admiralty. Source image : Leung Pak Kin via Facebook 100most.

C'est avec surprise que Patrick Li rapporte que (cantonais) le “mème” a pour l'instant survécu plus de 24h sur WeChat, l'application de messages et d'appels populaire en Chine, sans être censuré.  

Le “mème” de Xi et son parapluie s'opposant à la police anti-émeute sur le site de manifestation de Mongkok est peut-être le plus dramatique, car Mongkok est généralement bondé, c'est un quartier commercial où diverses classes laborieuses se côtoient, et il a été le foyer de violents affrontements (anglais) presque tous les jours depuis le 28 septembre, début des hostilités entre les manifestants et la police, ainsi qu'entre les groupes pro-Pékin et les contestataires pro-démocratiques. 

Malgré plusieurs essais de la police d'évacuer la zone, des protestataires dissidents ont conquis les rues (anglais) de Mongkok pacifiquement. Le site de Mongkok est généralement rempli d'une foule allant de la classe moyenne inférieure aux étudiants, professeurs et professionnels qui fréquentent Admiralty.

L'internaute Stephanie Lai pense (cantonais) que si les leaders chinois voulaient vraiment poser parmi le peuple, telle l'image de Xi à Mongkok, les Hongkongais seraient favorables à la réunification avec la Chine.  

Xi au somment du Rocher du lion. Via le Facebook de Tang Earthquake

Xi au somment du Rocher du Lion. Via le Facebook de Tang Earthquake

La dernière version du “mème” montre Xi au sommet du Rocher du Lion à Hong Kong. Le Rocher du Lion est un symbole de l'esprit travailleur du peuple suite à une série TV populaire dans les années 1970.  

Dans une interview récente avec le magazine New York Times, le chef de l'exécutif hongkongais Leung Chun Ying argumente que (anglais) le gouvernement n'acceptera jamais l'idée d'une nomination citoyenne des candidats car les classes populaires et ouvrières domineraient les élections. En réponse, le 23 octobre, un groupe de randonneurs ont décidé d'occuper le Rocher du Lion en y accrochant une grande bannière avec pour slogan “je veux un vrai suffrage universel”.

Non seulement les “mèmes” politiques aident à promouvoir le symbole de la révolution des parapluies, mais ils servent aussi à rappeler le rôle que la Chine devra jouer dans l'avenir de Hong Kong. Le Président Xi ne cesse d'exprimer sa préoccupation pour le peuple. Cette préoccupation s'étend-elle aux souhaits démocratiques des Hongkongais ? 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site