Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

GV Face: L'Europe et l'Australie multiplient les obstacles pour les demandeurs d'asile

Récemment, en France, un demandeur d'asile [fr] originaire du Tchad, après avoir été débouté, a tenté de s'immoler par le feu devant la Cour nationale d'appel du droit d'asile.

Selon le HCR, 612 700 personnes ont demandé l'asile [fr] l'an dernier en Amérique du Nord, en Europe, en Asie de l'Est et dans le Pacifique  – le plus grand nombre en une année depuis 2001. La plupart de ces personnes fuyaient des conflits et la violence en Syrie, en Afghanistan, en Erythrée, en Serbie, et en Irak.

Alors que le nombre de demandeurs d'asile dans les pays industrialisés augmentent, les politiques d'accueil n'ont jamais été aussi restrictives.

Au nom de la “Forteresse Europe” [fr] et sous le slogan “Pas question, vous ne vous installerez pas en Australie“, les partis d'extrême-droite en Europe et en Australie tentent d'empêcher les demandeurs d'asile d'entrer dans leurs pays par un renforcement des mesures de contrôle aux frontières, mènent des campagnes qui brouillent les lignes entre les réfugiés et les terroristes, et exigent d'envoyer les demandeurs d'asile dans des centres de détention semblables à des prisons en retardant le traitement de leurs dossiers. En Australie, ils font même pression pour la “délocalisation” du traitement des demandes d'asile. Avec la crise économique dans leurs pays, ces partis sont de plus en plus populaires. 

Beaucoup de demandeurs d'asile arrivent dans ces pays par des moyens illégaux. Globalement, les passeurs et trafiquants en tireraient annuellement 7 milliards de dollars. L'an dernier seulement, plus de 4.000 personnes ont perdu la vie  dans des naufrages en Méditerranée sur leur route pour la recherche d'une vie meilleure. Depuis le début de cette année, 134.272 personnes ont réussi le voyage illégal plein d'embûches entre la Libye et l'Italie en quête d'asile.

Les taux d'acceptation pour les personnes en provenance de Syrie, d'Erythrée, d'Irak, de Somalie et d'Afghanistan, sont entre 62 et 95 %. Les taux d’ acceptation pour les ressortissants de la Fédération de Russie et la Serbie sont nettement inférieurs, soit environ 28 et 5 %.

Et pour ceux qui parviennent à obtenir l'asile, ils sont souvent logés dans de mauvaises conditions et confrontés à des impasses administratives, générant une interminable série de difficultés.

En 2013, l'Europe a reçu 484.600 demandes – soit une augmentation d'un tiers par rapport à 2012. L'Allemagne est le plus grand pays d'accueil avec 109.600 nouvelles demandes d'asile quant à la France, elle en a reçu 60 100.

Dans ce nouvel épisode de GV Face nous essayons de mettre en évidence les personnes derrière les chiffres, les problèmes et les politiques. L'hospitalité est encore possible ? Comment peut-on rappeler aux Européens et aux Australiens que leurs continents étaient, il y a à peine un siècle, pour le premier une source, pour le deuxième, bénéficiaire  d'un vaste mouvement de migration?

Dans cet épisode, nous parlons avec les contributeurs de GV Suzanne Lehn en France, Anne Hemeda en Allemagne, Kevin Rennie en Australie et Thalia Rahme au Liban.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site