Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Rapport Netizen : Les Hongrois rejettent la “taxe Internet” par des manifestations

Manifestations à Budapest, Octobre 2014. Photo par Marietta Le, utilisés avec permission.

Manifestations à Budapest, Octobre 2014. Photo par Marietta Le, utilisés avec permission.

Juan ArellanoEllery Roberts BiddleLisa Ferguson, Alex Laverty, Bojan Perkov et Sarah Myers West ont contribué dans la rédaction de ce billet.

Netizen Rapport de Global Voices Advocacy offre un instantané  des défis, des victoires et des nouvelles tendances en matière de droits de l'Internet dans le monde entier. Le billet de cette semaine commence en Hongrie, où des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues [fr] de Budapest le 26 octobre pour protester contre un projet de taxe sur le trafic sur Internet. Certains manifestants ont jeté de vieilles pièces d'ordinateur aux portes du siège du Premier ministre M. Viktor Orban [fr], du parti au gouvernement Fidesz.

Le projet de loi exigerait de chaque fournisseur de services Internet de payer une taxe par gigaoctet téléchargé par ses clients. Avec les politiciens de l'opposition et les défenseurs de l'Internet ouvert, les entreprises de télécommunications rejettent la proposition, disant que cela augmentera leurs coûts et finalement conduira à une hausse du prix déjà cher du marché pour l'accès à Internet dans ce pays d'Europe centrale. Le gouvernement aurait comparé la taxe à la redevance standard sur les appels téléphoniques de longue distance, malgré les différences techniques entre le téléphone et le trafic Internet.

C'est la dernière d'une série d'initiatives politiques du parti Fidesz pour renforcer la réglementation sur les médias et les ONG anti-corruption [lien interrompu], qui ont toutes limité l'accès à la connaissance et à la liberté d'expression.

La persécution insensée de l'Egypte contre des militants continue

Le blogueur égyptien Alaa Abd El Fattah a été arrêté une fois de plus pour des accusations pour lesquelles il a déjà purgé une peine de prison. Le militant pour la démocratie a été arrêté et emprisonné par tous les gouvernements que l'Egypte a eus depuis 2011.

Un tribunal égyptien a condamné 23 militants à trois ans de prison, y compris Sanaa Seif, la soeur de Alaa Abdel-Fattah. Seif est en grève de la faim depuis près de deux mois pour protester contre la loi en vertu de laquelle elle a été condamnée, qui interdit les manifestations sans autorisation préalable de la police et punit les contrevenants d'emprisonnement. Les avocats de Seif ont l'intention d'interjeter appel de la décision.

La loi #LeyChavez du Pérou permettra à votre patron d'espionner votre courriel

Le Congrès péruvien s'apprête à examiner un projet [lien interrompu] de loi qui pourrait donner aux employeurs le droit d'examiner le courriel de leurs employés. Connu comme #LeyChavez, le projet de loi a provoqué la controverse parmi les avocats et les spécialistes de la sécurité d'Internet pour ses restrictions sur les droits à la vie privée. Le projet de loi ne sera pas porté devant le Congrès pendant quelque temps, pour laisser un espace de discussion autour de ses implications pour les citoyens.

Attaque contre le site d'informations @Verdade le jour des élections au Mozambique

Le site indépendant de nouvelles @Verdade a connu une importante attaque de déni de service distribué à la veille des élections générales du Mozambique, l'empêchant de couvrir l'élection en temps réel. Le personnel du site estime qu'il a été ciblé parce qu'il a enquêté sur les actifs et les intérêts miniers appartenant au président sortant Armando Guebuza et sa famille. Il soutient connaître l'origine de l'attaque, mais n'a pas rendu publique cette information.

Le virus Ebola est mauvais pour vous – les logiciels malveillants aussi

Des maliciels prétendant provenir de l'Organisation mondiale de la Santé se propagent en ligne, selon l'équipe de SpiderLabs de Trustwave. Les utilisateurs peu méfiants auraient ouvert des courriels prétendant contenir des informations et des conseils importants sur la prévention du virus de l'Ebola. Les messages ont ensuite installé des maliciels qui donnent l'accès à distance aux auteurs aux ordinateurs des victimes.

L'Italie concocte encore une autre charte Internet

L'Italie a publié un projet de charte Internet pour consultation publique cette semaine, via la nouvelle plate-forme Civici qui permet à tout citoyen de commenter et suggérer des modifications au document. Inspiré du processus Marco civil du Brésil [fr], et conçu avec un cadre international à l'esprit, le projet couvre des sujets tels que le droit à l'accès à Internet, la neutralité du net et le droit à l'anonymat. Il comprend également des mesures qui demandent aux fournisseurs de services en ligne (c.-à-d plates-formes ouvertes, réseaux sociaux, services de courrier électronique) à être totalement transparents dans leurs termes de service et à s'abstenir de “discrimination algorithmique”, un principe qui s'appliquerait surtout aux moteurs de recherche.

Le contributeur Global Voices Ben Wagner, directeur du Centre pour les droits de l'homme et Internet à l'Université européenne Viadrina, a dit à TechPresident qu'il ne voyait pas “trop d'utilité supplémentaire” dans le projet de loi. “Le temps des députés de l'assemblée nationale italienne pouvait être mieux utilisé que pour la rédaction de projets de loi qui empêchent aux entreprises italiennes comme HackingTeam d’exporter des technologies de surveillance [fr] et de violations des droits humains à travers le monde, ou même de limiter l'utilisation massive de l'écoute électronique en Italie, “at-il dit.

Bien qu'il y ait un soutien pour les principes généraux derrière le projet de loi et le décalage politique qu'elle pourrait inspirer, des experts de la gouvernance de l'Internet sont sceptiques quant à la valeur du projet, considérant que ce n'est pas clair si le projet de loi sera vraiment juridiquement contraignant. La période de consultation durera du 27 octobre 2014, par le 27 février 2015.

Hameçonneurs britanniques, méfiez-vous: le gouvernement vous observe

Le gouvernement britannique envisage de nouvelles réglementations qui rendraient les attaques de hameçonnage des infractions passibles de deux ans de prison. La décision survient à la suite d'une série de graves cas de harcèlement en ligne.

Vidéos sur YouTube supprimées : Pouvez-vous acheter des votes?

Les internautes brésiliens soupçonnent le candidat à la présidentielleM. Aecio Neves  d'être responsable de l’ enlèvement de deux vidéos de YouTube [lien interrompu], dont un documentaire très apprécié, révélant des liens entre certains des alliés politiques proches de Neves et le commerce de la cocaïne. Le gouverneur, qui a servi pendant deux mandats dans l'état du Minas Gerais, qui borde à la fois Rio de Janeiro et Sao Paulo, a une expérience dans les tentatives d'étouffer les opinions politiques critiques sur les médias sociaux. En aout dernier, M. Neves a déposé une poursuite contre Twitter après que la compagnie a refusé de lui remettre les données sur 66 utilisateurs, qui, selon lui, avaient propagé des mensonges et des critiques sur lui et sa campagne. M. Neves a perdu l'élection au deuxième tour par une faible marge contre la Présidente Dilma Rousseff.

La Russie s'engage à son tour dans la censure contre ISIS

La Russie prend des mesures strictes pour lutter contre les contenus en ligne sur ISIS, y compris l'interdiction des liens hypertextes en étiquetant toutes les vidéos par et au sujet du groupe comme “extrémiste”. La Russie prend des mesures rigoureuses pour lutter contre les contenus en ligne concernant I'SIS, y compris l'interdiction des hyperliens et en étiquetant toutes les vidéos par et au sujet du groupe comme “extrémiste”.

Bien qu'il n'y ait aucune garantie que cela aura un impact concret sur ​​l'activité terroriste, les nouvelles politiques auront sans aucun doute avoir des conséquences négatives pour la liberté d'expression en ligne.

Global Voices célèbre son dixième anniversaire!

Joyeux anniversaire à nous tous! Depuis notre premier billet ​​daté du 26 octobre 2004, Global Voices a grandi dans de nombreux domaines – nous avons publié plus de 88 000 billets, devenant une des communautés les plus dynamiques de traduction faite par des humains en ligne [fr] et une communauté pionnière pour la défense et le développement dans le monde entier. Pour le coup d'envoi des célébrations de notre anniversaire, voici quelques réflexions de nos collaborateurs sur leurs premières rencontres avec Global Voices [fr].

Autre

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site