Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Mexique : se souvenir des sans-abris

10636212_10203629734561298_70959729209048298_n

Photographie du profil de El Caracol sur Facebook

Au Mexique, le Jour des Morts vient d'avoir lieu. Comme chaque année, il marque le début du jeu de billes #ChirasPelasCalacasFlacas, une initiative de l'association El Caracol (l'escargot) qui veut réduire les risques pouvant causer la mort des sans-abris.

Les sans-abris de Mexico sont discriminés, on peut l'observer dans le refus de leur fournir des soins, comme le cas de Susana que raconte Luis Enrique Hernández : elle est décédée de complications lors de son accouchement “parce que le personnel de l'Hôpital des femmes et de l'Hôpital Gregorio Salas ont refusé de la prendre en charge. Elle est décédée à quatre heures du matin devant l'hôpital.”

Pour parler des risques de décès et de la façon de les éviter, les organisateurs de Chiras Pelas Calacas Flacas rendent visite à des groupes de sans-abris de Mexico. Ils gardent aussi trace des décès dont les gens pourraient se souvenir et en écrivent les nécrologies pour les afficher dans les églises. Cette campagne a reçu une mention honorable au Prix de l'UNICEF 2009 pour son innovation et sa créativité dans l'utilisation des traditions mexicaines pour défendre le droit de vivre.

1016919_10203593792302764_5472186621744277040_n

Jeu de billes. Photographie du profil de El Caracol sur Facebook.

L'association invite tous les citoyens mexicains à se joindre la campagne. Elle permet de télécharger le formulaire de nécrologie sur http://bit.ly/1qYge7J. Imprimée, on peut y ajouter des noms qui figurent sur le site et la porter dans une église, puis poster une photo avec le mot-clic #GritaMuerteCero (Criez zéro décès).

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site