Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Des pêcheurs chinois se livrent au braconnage de corail dans les eaux territoriales du Japon

ogasawara coral poaching

Tako-iwa (Rocher de la pieuvre), île de Nakoudojima, Ogasawara. Photo d'un utilisateur de Flickr, Froschmann. CC BY-NC-ND 2.0

Ces dernières années, l'automne a été marqué par les conflits territoriaux entre la Chine et le Japon. En 2014, la bataille s'est déplacée sur le champ de la récolte du corail dans les eaux japonaises.

Ces derniers mois, des centaines de bateaux de pêcheurs marqués de signalisations chinoises ont été repérés – souvent à une distance rapprochée – près des îles qui s'étendent sur des kilomètres au sud de Tokyo. La récolte illégale de corail se déroule dans les îles subtropicales à grande diversité écologique, Ogasawara et Bonin, lesquelles composent un archipel éloigné au peuplement épars, situé à environ 1,000 kilomètres au sud de Tokyo.

On pense que les bateaux récoltent illégalement du corail rouge, lequel peut être vendu à des milliers de dollar le kilo.

Des pêcheurs de corail au large d'Ogasawara. Près de 212 navires chinois ont été aperçus http://t.co/412F8ceNEI; Des navires douteux au large de Torishima, archipel d'Izu http://t.co/NildO6gXiP

On pense cependant que la situation a un lien étroit avec le conflit actuel entre le Japon et la Chine à propos des îles Senkaku à l'ouest d'Okinawa. Bien que le corail rouge atteigne des prix élevés pour les pêcheurs, cela n'a pas de sens, sur le plan économique, d'envoyer un navire jusqu'aux îles Ogasawara. 

Il existe également des suspicions selon lesquelles le gouvernement chinois a tacitement encouragé et apporté son soutien à la flotte de chalutiers de manière à tester la réponse japonaise.

De même, ces dernières années, les eaux se trouvant au large de Taïwan, de la Corée et du Japon ont vu augmenter le nombre d'incidents maritimes impliquant des pêcheurs chinois.

Bien que le Japon soit souvent considéré comme un petit pays, exigu, en réalité, il s'étend depuis des territoires éloignés tels que les îles Ogasawara et Bonin à la pointe sud, jusqu'à des îlots lointains à l'ouest de la préfecture d'Okinawa. Compte tenu de l'étendue de ses frontières maritimes, il est difficile pour le Japon d'asseoir sa souveraineté et d'empêcher la surpêche.

Un blogueur qui réside sur une des lointaines îles Bonin a exprimé sa frustration et son désespoir à propos de ce qui se passe :

8月から小笠原諸島近海で度々目撃されている不審船… 高値で取引される宝石サンゴ(赤サンゴ)の密猟が目的のようだ…

網が流されると、赤サンゴはおろか、根魚や根魚の住処の他のサンゴや岩まで根こそぎさらってしまい、海底を破壊してしまう…

このままでは長い年月を掛けて自然が作り上げた美しいサンゴが根こそぎ盗られ、
小笠原の海の自然が破壊されてしまう。

Des navires douteux ont été observés dans les eaux des îles Bonin depuis le mois d'août…Il semblerait que les eaux soient illégalement draguées pour le corail rouge qui peut être vendu à des prix élevés. Cependant, quand ils draguent le corail, ils arrachent tout ce qui compose les fonds marins, y compris les poissons de fond, de même que les coraux et les rochers qui composent l'habitat, détruisant tout sur leur passage.

Le magnifique corail que la nature a pris des années à créer est en train d'être arraché. L'écosystème marin situé autour des îles Bonin est en train d'être détruit.

On pense que beaucoup des navires de pêche qui ramassent du corail de manière illégale autour du Japon proviennent du comté de Xiangshan dans la province de Zhejiang en Chine.

Cependant, face à un problème si répandu, il existe peu d'instruments et de ressources pour le traiter.

L'amende pour le braconnage de corail est trop bon marché, le débat pour augmenter les pénalités de manière drastique va bon train. 

(Yahoo! News / Sankei Shimbun) Les partenaires de la coalition gouvernementale discutent du flux massif de pêcheurs illégaux de corail dans les mers au large des îles Ogasawara.

Le récent sommet APEC en Chine a fourni une opportunité pour le Japon et la Chine de résoudre le problème. Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a parlé du problème directement avec le Président chinois Xi Jinping.

Abe lance un appel direct à Xi au sujet du problème de la récolte illégale de corail on.wsj.com/1xrDOyX (Reuters)

Le dialogue entre Abe et Xi, associé à une couverture médiatique croissante, a ouvert la voie vers davantage d'efforts du gouvernement japonais pour traiter le problème.

En effet, suite au sommet APEC, même le gouvernement américain a fermement condamné la récolte illégale de corail dans les eaux territoriales japonaises (à partir de 00:00:35 secondes) :

Les gardes-côte se focalisent actuellement sur la chasse aux braconneurs et parfois sur leur arrestation. Depuis le mois d'octobre, six capitaines de chalutiers ont été arrêtés.

Le dialogue entre Abe et Xi, auquel s'ajoute le soutien américain, a également permis aux législateurs japonais et aux gardes-côte d'envisager la confiscation et la destruction des navires.

Pour ce qui est de trouver une solution à long terme, il se peut que le gouvernement chinois ne puisse pas faire grand chose pour mettre fin rapidement au problème. Comme l'explique le magazine d'actualité The Diplomat :

Les relations entre le gouvernement chinois et les pêcheurs sont compliquées. D'une part, il est très difficile pour le gouvernement chinois de contrôler et de gérer ses pêcheurs tout comme de les empêcher de pratiquer la pêche illégale; d'autre part, les pêcheurs ne font pas toujours confiance aux autorités chinoises. Lors de la dernière campagne anti-corruption à Hainan, une douzaine de responsables de l'administration chinoise ont été arrêtés pour avoir volé ou s'être approprié les subventions destinés aux carburants des pêcheurs.

N'ayant aucune solution en vue, le désarroi et la frustration des internautes japonais s'est transformé en indignation et en humour noir.

Début novembre, un puissant typhon qui a traversé les îles Ogasawara et Bonin a momentanément entravé la récolte illégale de corail, provoquant un buzz plutôt populaire sur Twitter et sur d'autres médias sociaux :

Alerte au typhon : un typhon soufflant à la vitesse de 65 mètres par seconde dans les îles Ogasawara a touché les braconneurs de corail. http://t.co/k0SuuZj7l0 http://t.co/4C7DOP3Sno 

Peut-être est-ce le kamikaze, “vent divin” ? pic.twitter.com/a4dj3GEhBI

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site