Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

A des milliers de kilomètres d'Ebola, des scientifiques du Kazakhstan promettent un vaccin

ebola

Virus Ebola vu au microscope électronique. Photo sur de NIAID. CC BY 2.0.

De toutes les réactions en Asie Centrale à Ebola ces derniers mois, la plus étrange est sûrement l'annonce de scientifiques kazakhs de leur projet de développer leur propre vaccin contre la maladie.

L'Afrique de l'Ouest, où est apparue l'épidémie, a beau être distante de plusieurs milliers de kilomètres, le virus Ebola a été abondamment discuté dans toute la région. L’Ouzbékistan préoccupé de sa sécurité n'a pas pris de risques et a exclu les athlètes de cinq pays d'Afrique de l'Ouest de la participation à des événements sportifs internationaux, et installé dans tous ses aéroports des équipements de contrôle, dont des caméras thermiques. Le Kirghizistan a aussi modernisé son aéroport, tandis qu'au Tadjikistan, les informations sur le virus ont provoqué l'effondrement des ventes de bananes depuis que des SMS alarmistes avertissent que ce fruit peut transmettre la maladie. Ceci en dépit de l’affirmation par les scientifiques que l'infection par Ebola est impossible à travers la plupart des aliments et du fait qu'aucune des bananes trouvées au Tadjikistan ne provient d'Afrique de l'Ouest, à en croire le service des douanes du pays.

Au milieu de toute cette paranoïa, les affirmations des scientifiques du Kazakhstan que leur pays peut rapidement développer un vaccin contre Ebola pourrait sembler un exemple de pensée positive.Mais les internautes kazakhs ont taillé la fanfaronnade en pièces

Le pays n'est pas réputé pour être à l'avant garde de la science médicale, et son système de santé publique, même s'il est meilleur que celui de ses voisins, n'en reste pas moins confronté à nombre de problèmes sérieux. 

Ce qui n'a pas empêché le Directeur général de l'Institut kazakh de recherche de Sécurité biologique, Abylaï Sansyzbaï, de se dire confiant, malgré l'absence de laboratoire au niveau quatre de biosécurité, comme l'exige l'Organisation Mondiale de la Santé pour même seulement commencer à travailler sur le virus, que son équipe était en mesure de développer un vaccin. 

Если мы от ВОЗ получим новый штамм Эболы, мы можем у себя потихоньку начать работу в лаборатории третьего уровня безопасности. Для этого должна приехать комиссия, рассмотреть условия

Si nous recevons de l'OMS un nouvelle souche d'Ebola, nous pourrons commencer doucement à travailler dans un laboratoire de niveau de sécurité trois. Pour cela il faut qu'une commission vienne examiner nos installations. 

 L'incrédulité a envahi Tengrinews.kz, où est paru l'article :

Видимо директор не знает о гибели наших граждан от неправильного диагноза в наших больницах!!!! Может сначала научиться там, а потом эбола….

Il faut croire que le directeur [de l'institut de recherche] n'a pas connaissance de la mort de nos concitoyens dans nos hôpitaux par suite d'erreurs de diagnostic !!!! C'est peut-être ça qu'il faut étudier d'abord, et après, Ebola…

Un autre internaute, Kot-kotik, a commenté :

ВОЗ, умоляю, – не давайте нашим псевдоучённым штамм Эбола!!!! Они то то с “сонной болезнью” в Калачах разобраться не могут, это как детям – нельзя давать опасные игрушки!

OMS, je vous en prie, ne donnez pas de souche Ebola à nos pseudo-savants !!!! Ils ne peuvent même pas démêler la “maladie du sommeil” à Kalachi [un village du Kazakhstan] ; il ne faut pas donner de jouets dangereux !

Tauly a été un des rares lecteurs à partager la confiance de M. Sansyzbaï :

Не надо ребята. это не шутки, этому институту более 80 лет.Поэтомувполне возможно создание.Самый сильный институт Снг или может в мире.поэтому я верю

Ne soyez pas si durs les gars. Ce n'est pas une blague, cet institut a plus de 80 ans. C'est donc tout à fait réalisable. C'est le plus fort institut de recherche de la CEI [la Communauté des Etats indépendants], voire du monde. J'y crois. 

Albina était mois convaincue :

От этой новости я чуть со смеху не умерла,не дожидаясь эболы. Наши. Могут. Создать. Вакцину.??? Что за брееееед. 

J'ai failli mourir de rire en apprenant cette nouvelle, sans attendre Ebola. Nos. Scientifiques. Peuvent. Créer. Un vaccin ? Le délire. 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site