Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

En Russie, une campagne de soutien en ligne aux ados LGBT taxée de “propagande gay”

Violence and arrests take over LGBT rally. St. Petersburg, October 12, 201, photo by Roma Yandolin. Demotix.

Un rassemblement LGBT dominé par la violence et les arrestations. Saint Pétersbourg, le 12 octobre 2014, photo de Roma Yandolin. Copyright auxDemotix.

[Article d'origine publié en anglais le 14 novembre 2014. Sauf mention contraire, tous les liens de ce billet renvoient vers des pages web en russe]

Les autorités russes ont asséné aux défenseurs des droits des LGBT ce qui est sans doute le coup le plus sévère depuis que Vladimir Poutine a promulgué la loi sur l'interdiction [fr], tristement célèbre, de la “propagande homosexuelle à destination des mineurs”.

Le 7 novembre, trois policiers se sont rendus chez Elena Klimova, la responsable de “Children-404” [anglais], communauté russe en ligne qui, par des messages de soutien, aide les jeunes LGBT du monde entier. Semblable à la campagne américaine “It Gets Better” [ça va s'arranger] [anglais], le collectif communique ses messages sur les réseaux sociaux Vkontakte, Facebook et YouTube. Children-404 tire son nom du message d'erreur “page not found” [page introuvable] qui apparait parfois quand un site web est inaccessible. Il séduit des jeunes en proie à ce même sentiment d'être perdu et laissé-pour-compte.

Children-404 a éveillé l'intérêt de la police russe qui a demandé a Elena Klimova – entre autres choses – si le groupe publiait des photos d'enfants nus ; jamais.

Trois jours après la visite de la police, la jeune femme a reçu un message l'informant que Roscomnadzor, l'agence chargée de la régulation des télécommunications et du contenu des médias, avait établi que Children-404 violait l'interdiction de la “propagande homosexuelle”. Elena était attendue au bureau de Roscomnadzor le 18 novembre pour découvrir quelles sanctions pénales elle encourait : selon la loi russe, Children-404, en tant qu'organisation, pourrait écoper d'une amende de 20 000 dollars. L'intéressée dit craindre que, dans le pire des cas, les autorités prononcent contre elle d'autres accusations afin de la mettre en prison.

La police s'est attaquée à Children-404 en partie à cause d'une plainte émise par Anna Levtchenko, chef d'un projet – dont Vladimir Poutine fit l'éloge – qui prétend lutter contre les violences sexuelles commises sur les mineurs. Dans la pratique, cependant, le groupe ne semble qu'un prétexte pour persécuter ceux qui viennent en aide aux jeunes homosexuels. Fin octobre, Anna Levtchenko a officiellement demandé au Ministre de la Justice russe d'instruire un dossier sur la page Vkontakte du réseau de soutien, pour violations de l'interdiction nationale frappant “la propagande homosexuelle”.

D'après une lettre de la plaignante, son collectif ne s'est pas contenté de faire l'inventaire des crimes supposés se commettre à Children-404, mais il a aussi interrogé quelques uns de ses participants LGBT mineurs pour savoir pourquoi ils revendiquaient leur homosexualité. Au début du mois, lors d'une intervention sur une radio en ligne, la station russe “populaire et patriotique”, Anna Levchenko a aussi accusé Children-404 de chercher à ébranler l'Eglise orthodoxe, en citant quelques exemples de jeunes homosexuels aux prises avec le “péché” de l'homosexualité et des conseils prétendument anti-religieux qu'ils recevaient de la part des membres de la communauté Children-404.

Lena Klimova, Facebook.

Sur LiveJournal, la fondatrice du réseau laisse entendre qu'elle va contester la décision de Roscomnadzor devant le tribunal, mais ne se montre guère optimiste quant à ses chances de la voir annulée. Elle conclut son post LJ sur une note de désespoir, en disant :

ЧТО ТЕПЕРЬ ДЕЛАТЬ? Жить дальше. Имеет ли смысл (как это делают наши оппоненты) завалить Роскомнадзор письмами о том, что наш проект полезный, важный, нужный и вам / кому-то помог? Я не знаю. Имеет ли смысл создавать петиции и выходить на акции? Я не знаю. В конечном счёте каждый человек делает то, что сам считает нужным, и да будет так.

QUE FAIRE A PRESENT? La vie continue. Est-ce que ça sert à quelque chose d'écrire des lettres à Roscomnadzor (comme adorent le faire nos adversaires) en disant que notre projet est utile, important, nécessaire et salutaire pour des gens ? Je n'en sais rien. Est-ce que ça sert à quelque chose de créer une pétition ou d'organiser une manifestation? Je ne sais pas. Au bout du compte, tout le monde fait ce qu'il juge nécessaire et c'est comme ça que ça va se passer.

Difficile de sous-estimer les répercussions que pourraient entraîner des mesures sévères contre Children-404. La communauté LGBT est l'un des groupes les moins respectés et les plus dénigrés de la société russe. S'en prendre à ce réseau dissuadera, c'est certain, beaucoup de jeunes LGBT de la Russie de chercher du soutien pendant l'adolescence, période où ils en ont souvent le plus besoin.

L'attaque contre Children-404 pourrait même priver certains jeunes d'une aide capable d'empêcher qu'ils se fassent du mal. Paradoxalement, Roscomnadzor est censé protéger les enfants des tendances du web en lien avec le suicide. Il semble que la guerre contre les homosexuels éclipse cette mission.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site