Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les autorités serbes traînent en justice un militant pour un lait non contaminé

Street art in Novi Sad, Serbia. Photo by molimonster69 on Flickr.

Street art à Novi Sad, Serbie. Photo de molimonster69 sur Flickr.

Un autre twittonaute d'origine serbe a été interpellé par la police pour comparaître au tribunal en raison de son activisme sur les réseau sociaux et dans la “vie de tous les jours”. Marko Živković originaire de Belgrade a été impliqué dans les manifestations de mars 2013 contre la décision gouvernementale d'augmenter les quantités autorisées d’aflatoxines dans le lait et les produits laitiers fabriqués et importés dans le pays. 

Ce matin, la police m'a appelé afin de m'indiquer qu'ils avaient un mandat d'arrêt contre moi pour m'emmener au tribunal à cause de #MlekoUp (#MilkUp). Plus de 20 mois plus tard, voici l'épilogue de l'affaire Aflatoxine.

— dr Marko Zivkovic (@MarkoZvkvc) 21 novembre 2014

Les aflatoxines sont des métabolites toxiques produites à partir de certains types de champignons que l'on peut trouver dans le lait ou d'autres produits alimentaires. Jusqu'à un certain seuil, ils sont propres à la consommation. Cependant en 2013, le gouvernement serbe a décidé d'augmenter la limite légale du seuil raisonnable d'aflatoxine dans le lait de 0,05 à 0,5 microgrammes par kilogramme. Cette augmentation soudaine de dix fois supérieure aux taux initialement autorisés a poussé les citoyens et quelques producteurs à demander des explications détaillées sur ce changement de la part du gouvernement, et à manifester contre la décision.

A small group protests peacefully against the decision to raise permitted aflatoxin levels in milk in Belgrade in March 2013. Photo from Istinomer.

A Belgrade, en mars 2013, un petit groupe de personnes manifeste pacifiquement contre la décision d'augmenter le taux d'aflatoxine dans le lait. Photo de Istinomer.

Le gouvernement a annulé sa décision après avoir subi des pressions, début 2013, de la part de citoyens, d'organisations locales et de l’Union européenne, qui a prévenu la Serbie que ses produits laitiers ne seraient plus du tout bienvenus dans la plupart des pays européens, étant donné que la quantité autorisée d'aflatoxines dans le lait est de 0,05 microgrammes par kilogramme dans l'UE.

Živković, un développeur informatique originaire de Belgrade, a été impliqué dans les activités menées sur les médias sociaux contre la décision du gouvernement, et a été accessoirement choisi parmi les autres personnes manifestant devant le siège du gouvernement de la République de Serbie pour parler aux journalistes au nom des manifestants, le 1er mars 2013. A cette époque, Živković avait dit à la presse :

“Okupili smo se spontano na Twitteru i već danima razgovoramo o ovome što se dešava (sa mlekom), a kada smo juče na televiziji čuli odluku vlade da za 10 puta uveća dozvoljenu koncentraciju toksičnog aflatoksina, odlučili smo izrazimo protest.”

“Nous nous sommes rassemblés de manière spontanée sur Twitter et nous avons parlé de ce qui s'est passé (à propos du lait) pendant des jours. Lorsque hier à la télévision, nous avons entendu la décision du gouvernement de multiplier la concentration autorisée d'aflatoxines toxiques par 10, nous avons décidé d'exprimer notre désaccord. 

Près d'un an et demi après, Živković a reçu un appel désagréable de la police, l'informant qu'il est appelé à se présenter aux autorités pour être questionné mais également pour comparaître devant le tribunal. Dans d'autres tweets, Živković a indiqué que l'officier de police à l'autre bout du fil avait refusé de lui préciser les charges contre lui, mais qu'il devra comparaître devant le tribunal pour refus de se présenter à la police afin de répondre à des questions relatives à ce qui a été communément qualité d'”affaire de l'aflatoxine”. L'utilisateur de Twitter s'est défendu d'avoir jamais reçu de telle demande de se présenter aux autorités avant ce coup de fil. 

Živković a reçu un énorme soutien de la part d'autres habitants de Belgrade et des twittonautes venant de toute la Serbie et des Balkans. Il a également indiqué qu'il tiendrait ses supporters informés de la date où il se présenterait à la police au sujet de cette affaire dans les jours qui viennent. 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site