Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Seul(e) le soir de Noël ? Le japonais a inventé le mot ‘kuribotchi’

Arbre de Noël à Marunouchi, Tokyo. Image : François Rejeté / Wikimedia Commons, sous licence Creative Commons Attribution 2.0 Generic.

Au Japon, le réveillon de Noël est censé être la soirée la plus romantique de l'année. Traditionnellement, le 24 décembre est la soirée de sortie en tête à tête par excellence au Japon, les couples se forment et passent ensemble une soirée mémorable avant de retrouver la routine du travail dès le 25 décembre : le jour de Noël n'est pas férié au Japon.

Mais ces dernières années, la natalité n'a pas été seule à baisser au Japon ; le nombre de personnes qui se marient ou même sortent avec quelqu'un suit la même courbe. Une évolution sociétale qui commence à changer assez sérieusement le soir de Noël pour qu'un nouveau mot ait été forgé : kuribotchi.

Au boulot, une bande de jeunes collègues discutaient avec animation de leurs projets de kuribotchi . “Et c'est quoi au juste kuribotchi ?” ai-je demandé avec un rire. Il y a eu un silence gêné. J'ai alors saisi de quoi ils étaient en train de parler.

Mot-valise combinant les mots “Christmas” (Noël) et “hitori-botchi” (tout seul), kuribotchi désigne la situation de qui passe le soir de Noël seul.

Ce reportage de décembre 2013 pose la grande question : qu'allez-vous faire pour le soir de Noël ? Réponse : “Je serai kuribotchi.”

En novembre 2014, le service de réservation de restaurant en ligne OpenTable a sondé environ 1.800 personnes de la zone métropolitaine de Tokyo, d'âge compris entre 20 et 30 ans. Résultat : près de 60 % des répondants ont indiqué ne pas être dans une relation durable ni même sortir avec quelqu'un. 

Des restaurants et des hôtels ont lancé des menus spéciaux kuribotchi en direction de ceux qui dînent et fêtent en solo le soir de Noël, tirant profit qu'un nombre égal d'esseulés prévoyaient de rester chez eux ou de manger dehors à ce moment (on pouvait choisir plus d'une activité) :

20141111open003

“Comment les 20 à 30 ans prévoient de passer Noël” Source image : Nikkei Woman.

Mais ce qui intéressera les restaurateurs, c'est que 43 % des 20 à 30 ans ayant répondu au sondage disent ne pas vouloir dépenser plus de 100 dollars U.S. pour fêter le soir de Noël, contraste frappant avec le temps de la bulle de consommation il y a 25 ans et une génération plus tôt, quand le budget d'une grande soirée en tête à tête ne connaissait pas de limite.

De plus en plus de jeunes adultes japonais adoptent un style de vie solitaire :

Une fois que vous décidez de manger seul du barbecue coréen, vous comprenez qu'il n'y aura pas de retour en arrière vers une vie sociale active.

L'auteur utilise ici le terme リア充, ou “ria ju,” du jargon internet japonais qui correspond plus ou moins à IRL (dans la vraie vie).

Dans ce contexte, les “personnes ria ju” ont des vies sociales actives et animées, avec des tas d'amis. A l'opposé, les kuribotchis représentent une autre tendance dans la culture japonaise, où les relations se passent principalement en ligne à travers une interface d'ordinateur.

Dans la vraie vie, la société japonaise ne s'est pas encore tout à fait ajustée aux moeurs solitaire des “célibataires” :

Quand j'ai demandé un salon de karaoke “pour un”, on m'a emmené dans une salle qui pouvait contenir 25 personnes.

D'autres calculent encore comment cuisiner des plats d'hiver normalement dégustés à plusieurs, comme un ragoût :

Il y a quelque qui ne colle pas ici. La présentation ici est tout à fait affreuse… il y a quelque chose qui manque. Et pourtant, ça me plaît d'être planqué ici avec mon ragoût pour une personne.

Un mème se fait jour sur Twitter : des gens qui trouvent une méthode solitaire pour jouer à des jeux de société à plateau :

Je joue à Game of Life tout seul.

A vos marques, prêt, partez : une partie de Game of Life à un joueur.

J'ai pensé essayer Game of Life à un joueur.

Pour certains pourtant, les derniers jours de novembre et les premiers de décembre sont le départ d'un triste compte à rebours :

Nous avons le regret d'annoncer qu'il ne reste que 24 jours avant de passer le soir de Noël tout seul. Nous avons le regret d'annoncer qu'il ne reste que 24 jours avant de passer le soir de Noël tout seul. Nous avons le regret d'annoncer qu'il ne reste que 24 jours avant de passer le soir de Noël tout seul. [répété encore cinq fois]

D'autres kuribotchis se consolent avec Snoopy, qui va peut-être partager leur sort le soir de Noël :

On dirait qu'il va lui aussi passer Noël tout seul.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site