Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Des experts identifient les restes de l'un des étudiants disparus d'Ayotzinapa au Mexique

Une équipe d'experts en médecine légale anthropologique d'Argentine travaillant pour le compte des familles des 43 étudiants [es] de l'école normale rurale Raúl Isidro Burgos de Ayotzinapa au Mexique, a identifié des restes humains trouvés dans une décharge d'ordures de la ville de Cocula comme étant ceux de Alexander Mora Venancio. Le jeune homme de 21 ans était l'un des 43 instituteurs stagiaires arrêtés le 26 septembre à Iguala, dans le sud-ouest du Mexique, après avoir été enlevés par la police locale. 

Un post sur la page Facebook [es] de l'école que fréquentaient les étudiants, qui adopte la forme du ‘je’ comme si l'auteur était Alexander Mora Venancio, a confirmé le pire :

Ilustración de Alexander Mora Venancio hecha por Kathia Recio del movimiento #IlustradoresConAyotzinapa

Portrait d'Alexander Mora Venancio par Kathia Recio du mouvement  Ilustrators with Ayotzinapa #IlustradoresConAyotzinapa

Compañeros a todos los que nos han apoyado soy ALEXANDER MORA VENANCIO.
A través de esta voz les hablo soy uno de los 43 caídos del día 26 de Septiembre en manos del narcogobierno. Hoy 6 de diciembre le confirmaron los peritos Argentinos a mi padre que uno de los fragmentos de mis huesos encontrados me corresponden. Me siento orgulloso de ustedes que han levantado mi voz, el coraje y mi espíritu libertario. No dejen a mi padre sólo con mi pesar, para él significo prácticamente todo, la esperanza, el orgullo, su esfuerzo, su trabajo y su dignidad. Te invito que redobles tu lucha. Que mi muerte no sea en vano. Toma la mejor decisión pero no me olvides. Rectifica si es posible pero no perdones. Este es mi mensaje.
Hermanos hasta la victoria.
SOY ALEXANDER MORA VENANCIO DE EL
PERICÓN, MPIO., DE TECOANAPA, GRO

Compagnons qui nous avez soutenus, je suis ALEXANDER MORA VENANCIO. Par cette voix, je parle : je suis l'une des 43 victimes tombées le 26 septembre dans les mains du narco-gouvernement. Aujourd'hui, des experts en Argentine ont confirmé à mon père que ces restes étaient les miens. Je suis fier de vous qui avez élevé ma voix, mon courage et mon esprit libertaire. Ne laissez pas mon père seul avec son chagrin, pour lui, je suis tout, son espoir, sa fierté, ses efforts, son travail, sa dignité. Je vous invite à intensifier la lutte. Que je ne sois pas mort en vain. Prenez la meilleure décision, mais ne m'oubliez pas. Corrigez, si cela est possible, mais ne pardonnez pas. Ceci est mon message. 
Frères, jusqu'à la victoire. 
JE SUIS ALEXANDER MORA VANANCIO DE EL PERICON, COMMUNE DE TECOANAPA, ETAT DU GUERRERO, MEXIQUE  

L'information a déclenché une manifestation énorme menée par certains des parents des étudiants disparus, du monument de l'Ange de l'indépendance au monument de la Révolution, à Mexico. 

Felipe de la Cruz, porte-parole des familles, a expliqué [es] que la famille avait reçu la nouvelle en fin de journée vendredi de l'équipe de médecins légistes, dans l'école normale d”Ayotzinapa. De la Cruz a ajouté :

No le lloremos a Alexander. Que sepa que no vamos a descansar hasta que haya justicia. Faltan 42 y los queremos con vida.

Ne pleurez pas Alexander. Il ne reposera pas en paix jusqu'à ce que justice soit faite. Nous attendons les 42 disparus, et nous les voulons vivants. 

Voici quelques réactions sur les médias sociaux mexicains : 

 RIP Alexandre Mora Venancio,l'un des 43 qui ont secoué et continueront à secouer le Mexique. Justice et vérité. 

Allume ma flamme avec la tienne. 

C'est l'Etat qui l'a assassiné, c'est l'Etat qui l'a kidnappé, l'Etat mexicain assassin. 

 “Nous ne pleurons pas Alexander Mora Venancio. Sa chute fera s'épanouir la révolution”: Felipe de la Cruz

 Ta lutte est ma lutte. Ta douleur est ma douleur. Alexander Mora Venancio ne devait pas être mort, nous exigeons justice. 

Alexander Mora Venancio est passé de la liste des  22 000 disparus à celle des 125 000 morts. Nous n'arrêterons pas de demander justice.

Les étudiants ont disparu après s'être rendus en bus à Iguala pour participer à une manifestation. Ils ont été capturés par la police municipale d'Iguala et auraient été remis à un gang sur le territoire d'un cartel, et exécutés à Cocula. Aux dires des autorités, le gang  a brulé des corps et s'est débarrassé d'autres dans une rivière. 

L'affaire a mis en évidence la corruption et l'impuissance du gouvernement mexicain à contrôler la violence qui ravage le pays. Elle a provoqué les manifestations [fr] pour demander justice et la démission du président mexicain Enrique Peña Nieto.

Lien de notre dossier spécial sur #Ayotzinapa.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site