Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

VIDEO : une tribu amazonienne manifeste contre la construction d'un barrage hydroélectrique

Les populations autochtones de l'ethnie Munduruku luttent contre la construction du barrage de São Luiz do Tapajós dans l'Etat de Pará au Brésil. Le barrage devrait provoquer l'inondation de 700.000 km² de leurs terres.

Le gouvernement fédéral brésilien prévoit de construire jusqu'à 5cinqbarrages sur la rivière Tapajós, où vivent des dizaines de communautés indigènes. Comme le barrage de São Luiz do Tapajós, la construction de celui de Jatobá devait débuter en 2015, mais face aux difficultés socio-environnementales le début des travaux pourrait être reporté au moins à 2020. Le coût de construction des deux barrages s'élève à 7 milliards de dollars US.

Les Munduruku font valoir qu'ils n'ont pas été consultés sur le projet. Depuis de nombreuses années, les Munduruku de la commune de Sawré Maybu, directement touchés par la construction du barrage de São Luiz do Tapajós, font pression sur le gouvernement fédéral pour borner leurs terres. Ce bornage créerait un obstacle légal à la poursuite du projet de barrage.

Le documentaire suivant est produit par le vidéaste Nayana Fernandez.

1 commentaire

  • Merci Marie d’avoir traduit cet article, je fais le même travail sur deux autres sur le même sujet ( Journalisme d’investigation Brésil) Je suis évidemment sensibilisé, comme amoureux de l’Amazonie ( plus de cinq années de ma vie) et simplement comme citoyen du monde, au destin de la plus grande et la plus précieuse des forêts terrestres…Il y a aussi l’aspect Don Quijote de ces indiens qui mènent, indirectement pour nous, un combat désespéré pour endiguer les besoins de croissance de l’immense peuple brésilien que j’admire….vaste problème!

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site