Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ayotzinapa : dénoncer en ligne, et après ?

Sur Mujeres Construyendo (Femmes bâtisseuses), la blogueuse Vero Flores Desentis s'interroge sur le comportement des internautes vis-à-vis de la disparition des 43 étudiants à Ayotzinapa et apostrophe ceux d'entre nous qui utilisent le cyberespace pour de nobles causes. Elle nous appelle à un véritable examen de conscience : la dénonciation et l'indignation en ligne sont-elles suffisantes pour changer les choses, ou ne sont-elles qu'une simple catharsis ? L'auteure souligne ainsi dualité de la dénonciation en ligne des évènements d'Ayotzinapa :

Creo que es un tema que duele a la sociedad, y duele mucho. Lo que me sorprende es la dualidad de la denuncia social. Por un lado, cada vez tenemos más acceso a plataformas que nos sirven para denunciar o para establecer públicamente algún posicionamiento frente a un tema, y cada vez somos más las personas que las utilizamos. Y estas denuncias son una herramienta muy poderosa de denuncia social sin duda. Pero por otro, la denuncia ahí se queda, no hay un eco de ejecución que realmente ayude a disminuir los casos que lamentablemente siguen sucediendo.

Je pense que c'est quelque chose qui fait mal à la société. La dualité de la dénonciation sociale me sidère. D'un côté, nous avons à chaque fois davantage accès à des plates-formes qui nous permettent de dénoncer ou d'affirmer publiquement une position sur un sujet donné, et à chaque fois de plus en plus de gens les utilisent. Ces condamnations sont un outil très puissant de dénonciation sociale. Mais d'un autre côté, la dénonciation ne fait que rester là. Il n'y a aucun écho de suites, ce qui pourrait aider à réduire le nombre de cas qui, malheureusement, continuent d'arriver.

Fotografía extraída del blog Mujeres Construyendo, utilizada con autorización

Illustration du blog Mujeres Construyendo, reproduit avec autorisation.

Vero ajoute que, pour Ayotzinapa comme pour d'autres cas troublants, les réseaux sociaux canalisent notre indignation. Pourtant, rendre celle-ci publique ne change rien à la situation. Pour changer les choses, nous devons agir en dehors du monde virtuel, nous devons changer nos actions.

Vous pouvez suivre Vero Flores Desentis sur Twitter.

Ce billet fait partie du 28e Lundi des blogs de GV (#LunesDeBlogsGV) du 10 novembre 2014.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site