Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les tigres de l'Asie du Sud-Est sont aux abois

Malayan tiger. Photo from the Facebook of MYCAT

Tigre de Malaisie. Photo de la page Facebook de MYCAT

[Tous les liens de ce billet renvoient vers des sites web en anglais]

L'Asie du Sud-Est abrite plusieurs espèces de tigres qu'on juge menacées en raison d'une détérioration de leur habitat naturel et du braconnage.

En Malaisie, il ne reste plus que de 250 à 340 tigres à l'état sauvage. Au Cambodge, on estime leur population à 30 individus, pas plus. Le Vietnam et le Laos en possèdent également 30 chacun. Il ne reste environ plus que 350 tigres indochinois dans la région du Grand Mékong et à peu près 400 tigres de Sumatra en Indonésie.

Afin d'augmenter leur nombre à l'état sauvage, MYCAT , l'Alliance malaise pour la conservation des tigres, a proposé de déployer davantage d'unités de patrouille et de réexaminer l'exécution du National Tiger Conservation Action Plan [Plan d'action national pour la conservation du tigre] et du Central Forest Spine Master Plan [une initiative du gouvernement malais pour relier plusieurs forêts au moyen de corridors écologiques dans le but de créer un seul sanctuaire forestier.] Le groupe a également exhorté le gouvernement à mener une autre étude nationale sur le sujet et cherche à augmenter le nombre de ces félins pour arriver à 1000 individus dans les cinq années à venir.

Tiger locations in the Greater Mekong Region. Image from WWF

Localisations de tigres dans la région du Grand Mékong. Image du WWF

Entre-temps, le World Wildlife Fund [Fonds mondial pour la nature], ou WWF, s'est dit alarmé par l'important déclin de tigres sauvages dans la région du Grand Mékong ; région qu'il considère comme leur habitat naturel le plus vaste de la Terre. En 1998, il y avait 1200 tigres indochinois dans les forêts du Cambodge, du Laos, du Myanmar, de la Thaïlande et du Vietnam mais désormais leur nombre est tombé à 350.

Selon le WWF, les braconniers ont pris les félins pour cible afin de “répondre à une demande croissante, la médecine traditionnelle utilisant les parties du corps de ces animaux”. Ces derniers souffrent, par ailleurs, de “la fragmentation de leur habitat naturel” causée par le “développement d'infrastructures non viables”. La demande de viande de tigre dans les restaurants explique aussi pourquoi on continue de chasser et tuer les tigres sauvages. Dans le même temps, la rapide déforestation de Sumatra reste la menace principale pour l'espèce qui vit sur l'île.

Cette vidéo prise à Sumatra par une caméra cachée a permis de fournir des données sur les petits de tigres vivant dans la nature :

Les gouvernements de l'Asie du Sud-Est devraient travailler avec les écologistes pour protéger les tigres sauvages qui subsistent encore dans la région. Il est important de redire au public que ces animaux sont plus précieux vivants que morts.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site