Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La marche géante de Lima pour le climat, une première en Amérique Latine

Indigenous communities at the forefront of the climate crisis led the march in Lima. Photo credit: Hoda Baraka

Les communautés autochtones qui subissent de plein fouet la crise climatique ont pris la tête de la marche de Lima. Photo: Hoda Baraka.

Cet article a été écrit par Hoda Baraka pour 350.org, une organisation œuvrant pour la création d’un mouvement climatique mondial. Il est republié sur Global Voices dans le cadre d’un accord de partage de contenus.

La semaine dernière, plus de 15 000 personnes de toute la région ont défilé dans les rues de Lima, faisant de cette manifestation la plus grande marche pour le climat dans l’histoire de l’Amérique latine.

À l’échelle régionale, le changement climatique est considéré comme touchant à l’environnement, au développement et aux droits de l’homme. Ce n’est donc pas un hasard si la marche a été planifiée le 10 décembre, Journée internationale des droits de l’homme. Appelant à un « changer le système, pas le climat », la marche a réuni de nombreux groupes représentant toutes les couches de la société exigeant des actions réelles et concrètes pour résoudre la crise climatique.

Les groupes participant à la marche étaient les communautés autochtones, les agriculteurs, les travailleurs, les mineurs, les mouvements de jeunes ainsi que les groupes confessionnels. Cette marche du peuple pour le climat fait suite à la récente marche de la société civile pour le climat à New York, qui avait réuni de nombreux manifestants et renforce ainsi l’élan croissant du mouvement climatique mondial.

Ci-dessous une série de photos reflétant la puissance, le dynamisme et la diversité de la marche.

"Let's Save Lake Titicaca" reads a banner held by a woman traveling from the Andes region (border between Peru and Bolivia) calling for action to safeguard the largest lake in Latin America. Photo credit: Hoda Baraka

« Sauvons le lac Titicaca » peut-on lire sur une banderole tenue par une femme venue d’une région andine à la frontière entre le Pérou et la Bolivie et appelant à une action pour protéger le plus grand lac d’Amérique latine. Photo: Hoda Baraka

Thousands of workers from various labor unions also joined the march. Photo credit: Hoda Baraka

Des milliers de travailleurs de divers syndicats ont également rejoint la marche. Photo: Hoda Baraka

Youth showcasing the colourful artwork produced for the march at the art space run by Peruvian climate activist group TierrActiva Peru. Photo credit: Hoda Baraka

Des jeunes présentant l’œuvre colorée créée pour la marche à l’espace de création artistique dirigé par le groupe activiste climatique péruvien TierrActiva Peru. Photo: Hoda Baraka

Women peasants from Central Latin America travelled from afar for the chance to put a spotlight on the environmental plights in their region. Photo credit: Hoda Baraka

Des femmes des régions rurales d’Amérique latine et centrale sont venues de loin pour avoir une chance d'attirer l'attention sur la situation critique de l’environnement dans leur région. Photo: Hoda Baraka

"Desde El Yasuni Para El Mundo." Indigenous environmental activists from Yasuni, Ecuador relay a message to the world for the urgent protection of the Yasuni Amazon region from oil drilling. Photo credit: Hoda Baraka

« Depuis le Yasuni pour le monde ». Les militants écologistes autochtones de Yasuni, en Équateur, transmettent un message au monde pour que la région amazonienne Yasuni soit protégée d’urgence de l’exploitation pétrolière. Photo: Hoda Baraka

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site