Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Déjà une dizaine de milliers d'inscrits à la manifestation pro-Navalny non autorisée de janvier devant le Kremlin

Images edited by Kevin Rothrock.

Montage d'images par Kevin Rothrock.

Le nom d'Alexeï Navalny a été familier des titres de la presse comme des médias sociaux russes au point d'e s'identifier à un mouvement politique. Fin 2011, il en était venu à incarner une brève saison de manifestations de rue qui ont ébranlé le Kremlin pour la première fois depuis les années Eltsine. Et en 2013, Navalny s'était métamorphosé de blogueur anti-corruption et meneur de la contestation en homme politique authentique qui a quasiment imposé un second tour à l'élection du maire de Moscou.

Depuis février 2014 pourtant, la présence en public de Navalny s'est étiolée, à la suite d'une décision judiciaire de l'assigner à résidence chez lui en liaison avec un procès, l'affaire Yves Rocher, dont le dénouement n'interviendra finalement que dans les prochains jours.

Le 15 janvier 2015, un tribunal moscovite devrait annoncer le verdict et les peines infligées à Navalny et son frère, accusés d'escroquerie à l'encontre d'une société française de produits de beauté. Le ministère public va demander au juge de les enfermer pour dix ans. Selon Navalny, comme pour la majorité des observateurs indépendant, les accusations d'Yves Rocher ne tiennent pas debout et l'accusation publique a des motivations politiques.

Leonid Volkov, un des derniers compagnons de Navalny à n'avoir pas encore été arrêté ou contraint à l'exil, a immédiatement enregistré un événement sur Facebook pour une manifestation de masse contre le verdict. Près de 13.000 personnes ont déjà promis d'assister au rassemblement sur la place du Manège, sous les portes du Kremlin, le soir du 15 janvier. Les réponses affluent, quelques heures après la création de l'événement il y en avait déjà 3.000. Et 61.000 de plus sont invités [chiffres mis à jour par la traduction le 21 décembre].

Leonid Volkov's invitation to the January 15, 2015, protest against Navalny's verdict.

L'invitation de Leonid Volkov à la manifestation du 15 janvier  2015 contre le verdict Navalny.

Sur Facebook, certains contestent le choix de Volkov de tenir le rassemblement après et non avant l'annonce du verdict de Navalny. Ainsi, Julia Sailer, une russophone vivant en Allemagne, a mis en garde qu'attendre le 15 janvier envoie le mauvais signal :

Надо 14-го собираться. Собрание после приговора означает: мы ждём милости от Путина, если её не будет – выйдем на улицу. Собрание 14-го означает: мы навязываем Путину нашу повестку дня.

C'est le 14 qu'il faut se rassembler. Une manifestation après le verdict [le 15 janvier] signifie : nous attendons la clémence de Poutine, et s'il n'y en a pas nous descendrons dans la rue. Une manifestation le 14 signifie : c'est nous qui imposons à Poutine notre ordre du jour.

Qu'elle ait lieu le 14 ou le 15 janvier, la manifestation promet un conflit avec la police moscovite, car Volkov n'a pas l'intention de demander la permission de la municipalité. Il fait même serment de ne pas solliciter d'autorisation : comme il l’écrit sur Facebook, “le temps des rassemblements approuvés est terminé depuis longtemps”.

Si tel est le désir des policiers, ils pourraient réellement se servir de l'événement Facebook du 15 janvier pour s'en prendre à Volkov voire à Facebook, au vu de l'interdiction en Russia de convoquer à une manifestation non autorisée. De fait, le Procureur Général de la Russie a déjà interdit 589 pages web pour cet acte et d'autres de soi-disant extrémisme Internet.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site