Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Au Japon, le vertigineux parcours cyclable du “parc d'attraction le plus étrange du monde”

seto ohashi

Le Grand pont de Seto, au sud de Takamatsu sur l'île de Shikoku. Photo : Nevin Thompson.

Si vous êtes à la recherche d'une vue à couper le souffle et que vous n'avez pas le vertige, le “circuit du ciel”, situé dans la préfecture d'Okayama, dans le parc d'attraction brésilien Washuzan Highlands [les montagnes de Washuzan], vaut le détour.

Des photos du circuit sont récemment apparues sur Twitter, dont l'impressionnante photo ci-dessous d'un tandem situé sur un chemin de fer aérien surplombant le parc.

Vue du parcours cyclable du circuit du ciel dans le parc brésilien Washuzan Highland à Okayama : pic.twitter.com/5JBIgCyUgd

Washuzan est situé à l'extrémité nord du Grand pont de Seto, une vaste structure qui s'étend dans la mer intérieure du Japon pour relier l'île d'Honshu au nord à l'île de Shikoku au sud. Le pont est une véritable merveille d'ingénierie, s'étendant sur plus de 13 kilomètres au dessus de l'océan.

Le pont est également un beau site, qui justifie bien sûr qu'un parc d'attraction y soit implanté comme point d'attache.

La montée vertigineuse, le parcours légèrement effrayant, avec sa vue magnifique, constituent un parfait terreau pour bénéficier d'un prime time à la télévision japonaise :

Légende : L'effrayant circuit du ciel de Washuzan

Bien que le lien entre le Brésil et le lieu (et à plus forte raison, sa dénomination) demeure flou, il est important de noter que beaucoup de Brésiliens d'ascendance japonaise ont été recrutés pour travailler dans les zones industrielles des alentours.

La campagne japonaise est dotée de grands parcs d'attraction, beaucoup d'entre eux ont des patronymes ethnicisés, qui remontent aux années de prospérité dans cette zone effervescente du monde. Les voyages internationaux constituaient une nouveauté pour beaucoup de Japonais à l'époque, et les parcs d'attraction aux noms ethniques donnaient un aperçu des cultures étrangères sans pour autant avoir à dépenser pour voyager à l'étranger.

La zone reculée de Niigata, par exemple, hébergeait autrefois le village culturel turc Kashiwazaki. Au même moment, les personnes visitant Nagasaki à l'extrême ouest du Japon pouvaient visiter un parc d'attraction rempli de répliques en taille réelle de bâtiments du patrimoine néerlandais.

Il est également de coutume au Japon de construire des parcs d'attraction à proximité de monuments nationaux comme le Grand pont de Seto. Même le Mont Fuji possède son propre parc, Fuji-Q Highland. Là-bas, les amateurs d'adrénaline peuvent jouir des pentes du Mont Fuji tout en subissant les forces de la gravité à bord des célèbres montagnes russes du parc.

We made it to Fuji-Q!

@tamiho_29

On a réussi à faire le Fuji-Q !

Le parc brésilien de la préfecture d'Okayama semble toutefois battre tous les records. Les internautes japonais le qualifient de parc d'attraction le plus bizarre du monde.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site