Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le Pape François est aux Philippines, mais tous les Philippins ne sont pas autorisés à le voir

Human rights groups were blocked by the police from getting near the pope motorcade. Image from Facebook page of Kathy Yamzon

Des groupes de militants pour les droits humains sont empêchés d'approcher le cortège du Pape par la police. Photo de la page Facebook de Kathy Yamzon

Actuellement le Pape François est en visite aux Philippines mais tout le monde n'a pas pu le voir. Un groupe d'activistes qui portait des panneaux demandant plus de justice sociale indique que la police les a empêchés de mettre en scène une manifestation sur le chemin du cortège du Pape. On dit aussi que des policiers ont également emprisonné des enfants des rues pendant la procession publique du Pape.

Le pape François est en visite aux Philippines du 15 au 19 janvier. Le Pape visite le pays le plus catholique d'Asie avec pour thème “pitié et compassion“.

Près de 2.000 activistes se sont rassemblés à Manille pour acclamer le Pape en brandissant des banderoles pour alerter sur les problèmes qui touchent les plus pauvres du pays, comme la faim, le manque de terres et l'injustice. La police a cependant empêché la manifestation de s'approcher du cortège.

Nato Reyes, le responsable des activistes, critique le gouvernement qui a empêché plusieurs groupes de faire part au Pape de la “situation réelle” des Philippines.

Depuis le premier jour, il y a eu un effort intentionnel de limiter ce que le Pape peut voir et entendre. C'est vraiment paradoxal puisque que le pape n'est pas venu pour voir uniquement “ce qu'il y a de beau et de bon”. Le Pape est venu ici pour entendre les problèmes des pauvres et des marginalisés.

Police barred a group of activists from marching near the pope motorcade. Photo from Facebook page of Southern Tagalog Exposure

La police barre la route à un groupe d'activistes qui s'approche du cortège papal. Page Facebook de Southern Tagalog Exposure.

Mudwalk performance artists, who depicted the plight of typhoon Haiyan victims, were barred by the police from handing a letter to church authorities. Photo from Facebook page of the group.

La performance d'artistes recouverts de boue pour démontrer la détresse des victimes du typhon Haiyan. Empêchés par la police, ils n'ont pas pu remettre une lettre aux autorités religieuses. Photo de la page Facebook du groupe.

Members of the police confiscate an activist banner along the pope motorcade. Police said only "greeting streamers" are permitted. Photo from Facebook page of Southern Tagalog Exposure

Des policiers confisquent le drapeau d'activistes. La police fait valoir que seules “les bannières de bienvenue” son autorisées. Photo de la page Facebook de Southern Tagalog Exposure.

Some political prisoners were able to hang a banner outside their cell. They urged the pope to look into the worsening human rights situation in the country. Photo from Facebook page of Kathy Yamzon.

Des prisonniers politiques ont réussi à étendre des bannières à l'extérieur de leur cellule. Ils font la grève de la faim et demandent au Pape d'examiner l'aggravation de la situation des droits humains dans le pays. Photo de la page Facebook de Kathy Yamzon.

Outre son intervention à l'égard des manifestants, on a su que le gouvernement avait “emprisonné” et “enfermé” des enfants des rues quelques jours avant l'arrivée du Pape. Le Manila Standard Today, l'un des principaux quotidiens, s'interroge sur la pertinence de cette politique, et la compare à un trompe l'oeil.[fr]

Le gouvernement nie avoir arrêté des enfants pendant la visite du Pape.

Par ailleurs, des fonctionnaires ont érigé un mur de verdure le long de la route empruntée par le cortège papal, pour éviter au Pape et aux automobilistes du cortège de voir la misère que cache ce mur.

Une autre “barrière” sépare le Pape de la population, celle des services de sécurité. Beaucoup pensent que le déploiement policier et l'installation de barrières métalliques dans toute la ville est excessif, et que les gens ont d'énormes difficultés pour entr'apercevoir l'invité de marque du pays. Certains internautes mécontents comparent avec la récente visite du Pape au Sri Lanka, où on a pu le voir toucher et bénir les mains des croyants le long de la route.

Overkill police deployment? Image from Facebook page of labor center Kilusang Mayo Uno (May First Movement)

Déploiement policier excessif ? Aquino est le Président des Philippines. Photo de la page Facebook du centre travailliste Kilusang Mayo Uno (mouvement du 1er mai).

Pape François! Sur Quirino Ave cor Taft Ave en route vers le stade Arena vers 17.00

Le Pape François salue la foule en passant dans Quirino Ave cor. Taft Ave à 13.14 aujourd'hui

Le gouvernement confirme qu'une sécurité sévère et minutieuse est une précaution nécessaire. Malgré tout, de nombreuses personnes font pression sur les autorités pour que le désir des croyants d'approcher le Pape soit respecté.

Bien sûr c'est par sécurité mais je pense que le Pape apprécierait de pouvoir toucher la population cachée par des centaines de personnels de sécurité.

Nonoy Oplas critique le “système de sécurité militarisé” déployé par le gouvernement:

Voir le Pape sur la route est le minimum que les gens puissent espérer. Le système de sécurité paranoïaque fait le maximum pour que le public voit le pape du plus loin possible et le plus brièvement possible.

Tout le monde espère que le gouvernement va revoir le dispositif de sécurité dans les prochains jours, pour permettre à la population de voir le pape François avant son départ le 19 janvier.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site