Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Un incendie géant détruit les trésors inestimables d'une bibliothèque de Moscou

Screen capture from video of the fire at the Russian Academy of Sciences’ Institute of Scientific Information on Social Sciences library. January 30, 2015. YouTube.

Capture d'écran de la vidéo de l'incendie à la bibliothèque de l'Institut d'Information scientifique sur les sciences sociales de l'académie des Sciences de Russie, le 30 janvier  2015. YouTube.

L'incendie qui a fait rage pendant 27 heures le week-end dernier dans l'une des plus grandes bibliothèques de Moscou a détruit plus d'un million de livres. Le brasier a commencé dans la soirée du vendredi 30 janvier, et n'a été totalement éteint qu'à presque minuit le lendemain soir. Le lieu du sinistre est l'Institut d'Information scientifique sur les sciences sociales de l'Académie des Sciences de Russie, connu sous son acronyme “INION.”

Selon la radio Echo de Moscou, une grande partie de la collection de l'INION, avec des textes rares en slavon remontant au 16ème siècle, est partie en fumée.

Sur Twitter, certains ont plaisanté qu'un “autodafe” géant est dans l'air du temps politique, comparé par des détracteurs à celui des régimes totalitaires du 20ème siècle :

SYMBOLIQUE pour le pays qui se dit le plus grand “lecteur” au monde. La bibliothèque de l'Académie des Sciences en feu.

Une bibliothèque brûle à Mosco, pour ne pas mettre le feu aux livres en public, les fascistes du Kremlin ont décidé de simuler un incendie. 

Une autre plaisanterie en vogue comportait des allusions à la guerre en Ukraine de l'est, où les séparatistes pro-Russes sont largement suspectés de bénéficier de l'aide et assistance militaires dépêchées par Moscou :

Selon les données provisoires, la bibliothèque de Moscou a pris feu suite à un tir d'artillerie ukrainien.

D'autres usagers de Twitter ironisent que la destruction d'une telle quantité de matériel de lecture—considéré par beaucoup comme l'antidote à une surconsommation télévisuelle et son corollaire le lavage de cerveau—est susceptible d'accrocher encore plus de gens à leurs téléviseurs :

La bibliothèque de l'Académie des Sciences de Russie en feu à Moscou. 13,5 millions de livres. Ben ça veut dire qu'encore plus de gens regarderont la télé.

Les services d'urgence se sont aussi activés en ligne, partageant des photos de la catastrophe, alors même que les pompiers continuaient à combattre les flammes :

A l'intérieur du bâtiment de la bibliothèque de l'INION aujourd'hui. Photo des collaborateurs du Ministère des Situations d'Urgence.

Pour les nostalgiques de l'ère communiste, la perte potentielle d'archives historique est douloureuse :

Une version intéressante de l'incendie dans la bibliothèque. #Moscou #bibliothèque #incendie #SansFond :

  • Je suis un utilisateur de la bibliothèque. Hier encore j'étais inquiet de la sécurité des archives de la planification d'état soviétique [le GosPlan]. C'étaient des documents d'origine cataloguant la création du système économique soviétique : la période de Lénine (l’électrification et la Nouvelle Politique Economique, ou NEP), et celle de Staline (le premier Plan Quinquennal, l'organisation de l'économie pendant la 2e guerre mondiale et après), le développement économique sous Brejnev [sic].
  • Les travaux academiques et les données statistiques ne sont pas seulement utiles à la contre-propagande pendant l'actuelle catastrophe libérale, ils seront aussi essentiels quand le pays retrouvera la voie du développement, [selon le principe socialiste du] “de chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins“.
  • Je considère le seul fait que l'incendie se soit produit comme une tentative de plus du pouvoir de refuser à la société tout souvenir historique de la période soviétique.

Que l'incendie se soit produit le week-end n'a pas empêché que beaucoup restent scotchés aux médias sociaux, preuve probable de la grande importance sociale en Russie de la lecture en général et de cette bibliothèque en particulier.

Selon les dernières informations, le brasier aurait détruit 14,2 millions d'ouvrages—jusqu'à 20 % de la collection totale de l'INION. L'enquête devra déterminer les causes de l'incendie ; les premiers indices incriminent l'installation électrique défaillante du bâtiment.

1 commentaire

  • […] D'après la radio Echo de Moscou, quelque 15 % de la collection totale de l'établissement, dont des textes slavons rares remontant au 16e siècle, sont perdus.  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site