Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le gouvernement philippin reconnait avoir hébergé des familles sans logis dans des villages de vacances pendant la visite du Pape François

An illustration by the anonymous art collective Pixel Offensive shows Secretary Dinky Soliman, donning the yellow color of the ruling Liberal Party, whitewashing the walls to hide street children from the Pope.

Une illustration par Pixel Offensive, un collectif d'art anonyme, qui montre Dinky Soliman, secrétaire d'Etat chargé de la Protection Sociale, portant la couleur jaune du Parti Libéral au pouvoir et blanchissant les murs pour cacher au Pape les enfants des rues.

Tous les liens associés à ce billet renvoient à des pages en anglais, sauf mention particulière.

Après avoir nié à de nombreuses reprises que les personnes sans logis et pauvres avaient été déplacées des rues de Manille en préparation de la visite du Pape François dans le pays, le secrétaire d'Etat chargé de la Protection Sociale du gouvernement philippin a admis avoir envoyé quelques 100 familles pauvres dans un centre de vacances (bénéficiant de l'air conditionné) pour la période de la visite du Pape. 

Dinky Soliman, secrétaire d'Etat chargé du Département de la Protection Sociale et du Développement (DPSD), a déclaré les larmes aux yeux lors d'une réunion d'enquête du Sénat que son agence les avait transportés dans un centre de vacances bénéficiant de l'air conditionné à Batangas pour dégager le Roxas Boulevard, qui faisait partie de la route empruntée par le cortège automobile du Pape à Manille. 

La station de vacances Chateau Royale à Nasugbu, Batangas, est située à 90 kilomètres au sud de la capitale de ce pays à majorité catholique. L'agence a ainsi dépensé 97 600 dollars pour les six jours de “camps de familles”, passés en activités anti-pauvreté du gouvernement Aquino. D'après l'agence, il s'agissait d'une formation ayant pour but de fournir aux participants les compétences nécessaires pour les aider à trouver un emploi ou des moyens d'existence.

Il est intéressant de souligner que le Pape François, qui est populaire pour son soutien aux pauvres, a visité le pays pour voir de ses yeux les conditions de vie des Philippins indigents vivant dans la misère, notamment les victimes du typhon Haiyan. Les internautes philippins ont ridiculisé le secrétaire d'Etat chargé du DPSD et l'administration du Président Noynoy Aquino:

Cher Dinky Soliman, si seulement tu avais caché ton visage du @Pontifex et non les personnes sans logis, tu aurais pu satisfaire plus de personnes.

Et vous avez été béni par le Pape François, Dinky Soliman ! Quelle honte pour vous!

Secrétaire Dinky Soliman, pourquoi avez-vous caché les enfants des rues alors qu'ils étaient précisément ceux que le Pape recherchait? Quelle embarras devant la communauté internationale !

Another Pixel Offensive meme shared on Facebook.

Un autre mème de Pixel Offensive, partagé sur Facebook.’ Luttez contre la pauvreté : cachez-les pendant une semaine dans une lointaine villégiature, et mettez les autres en prison’

Le Secrétaire d'Etat Soliman avait d'abord nié un communiqué disant que son Département avait réuni et caché [fr] les pauvres pendant la visite du Pape. Il avait insisté sur le fait que la formation menée par son agence avait simplement coïncidé avec la visite du Pape.

Après la confession de Soliman sur la “sortie” des ces familles sans logis, les législateurs Philippins ont lancé une enquête sur cet incident.

Après le départ du Pape, les familles pauvres ont été ramenées à Manille.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site