Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Boko Haram a tué au moins 81 civils à Fotokol, dans le nord du Cameroun

Northern Cameroon border, where Boko Haram operates

La frontière nord du Cameroun, où opère Boko Haram

Le 4 février, Boko Haram a mené une attaque particulièrement effroyable contre la ville de Fotokol dans le nord du Cameroun, située à la frontière avec le Nigeria. On craint la mort de centaines de civils, 81 ont été confirmés le 8 février par le Ministère de la Défense. Les ONG locales estiment à près de 370 le nombre de civils tués. Des témoignages sur place évoquent des rues jonchées de vingtaines de cadavres égorgés. La ville de Fotokol a récemment connu plusieurs batailles entre Boko Haram et les armées camerounaise et tchadienne : en mars, août et octobre 2014. La blogueuse camerounaise Noelle Lafortune écrit que l'attaque pourrait signaler que Boko Haram est en train de perdre du terrain dans la région :

Au front, la peur est en train de changer de camp. L'entrée en scène de l'armée tchadienne en appui aux armées camerounaise et nigériane semble être décisive, eu égard à la panique qui s'est emparée de Boko Haram.  La puissance de feu des forces coalisées a mis en déroute Shekau et sa bande. 

1 commentaire

  • […] Le 4 février, Boko Haram a mené une attaque particulièrement effroyable contre la ville de Fotokol dans le nord du Cameroun, située à la frontière avec le Nigeria. On craint la mort de centaines de civils, 81 ont été confirmés le 8 février par le Ministère de la Défense. Les ONG locales estiment…  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site