Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Certains groupes politiques indiens de droite détestent la Saint-Valentin cette année

Hindu Sena Activist Protest in New Delhi Against Valentine's Day. Image by Arjun Panwar. Copyright Demotix (12/2/2015)

Manifestation de militants du groupe politique Hindu Sena contre la Saint-Valentin, le 12 février dernier à New Delhi  (Image: Arjun Panwar. Copyright Demotix)

La Saint-Valentin, fête des amoureux qui provient d'Occident, est devenue de plus en plus populaire au cours de ces vingt dernières années en Inde. Cette tendance a inquiété certains partis, qui ont tenté de gâcher le plaisir des amateurs.

Cette année, le parti d'extrême-droite Hindu Mahasabha a annoncé que dans la ville de Meerut, les couples surpris en train de se dire “Je t'aime” en public ou sur les réseaux sociaux seront forcés à s'unir par un mariage. Ce groupe politique a bien précisé que les deux conjoints, s'ils sont de confessions religieuses différentes, seront soumis à un rituel de purification. 

De même, un autre parti, le Kalinga Sena (de l'État d'Odisha), a annoncé que des patrouilles seront organisées dans les lieux publics. Un système de vidéosurveillance sera mis en place pour filmer les couples se livrant à des actes jugés “vulgaires”. Ces images seront partagées avec les parents de ces couples. Il semble que l'obligation de ces derniers à se marier fasse également partie du projet du parti Kalinga Sena contre la Saint-Valentin. 

Beaucoup d'internautes ont critiqué les projets de ces deux groupes politiques sur les réseaux sociaux. Pour eux, il s'agit là d'une violation de la vie privée et de la liberté d'expression. L'organisation militante Jhatkaa a lancé une pétition sur Twitter:

Le parti Hindu Mahasabha veut punir les couples qui célèbrent la Saint-Valentin ! Signez cette pétition contre la police de moralité: http://t.co/WisHg5GygB 

—  Jhatkaa (@Jhatkaa), le 6 février 2015

Malheureusement, la police de moralité n'est pas un phénomène nouveau en Inde. En 2009, une affaire a été très médiatisée : des partisans d'un autre parti politique de droite, le Sri Rama, ont agressé de jeunes femmes dans un pub de la ville de Mysore. La campagne “Pink Chaddi” [en français, la “Campagne des sous-vêtements roses”] a été lancée pour protester contre ces violences. Elle a eu un tel retentissement que des personnes ont commencé à envoyer des sous-vêtements roses au bureau de ce parti.

Les plaisanteries des internautes au sujet des annonces des deux partis ont commencé à envahir les réseaux sociaux. Une personne propose, par exemple, une interprétation ironique des projets de ces partis qui viseraient à apporter leur soutien aux droits LGBT (le mariage homosexuel n'étant pas autorisé en Inde):

Les couples homosexuels sont tout excités après avoir entendu les annonces faites par le parti Hindu Mahasabha concernant les mariages à la Saint-Valentin #fakehttp://t.co/2dR9DUDzxxpic.twitter.com/CLBgqFB0ez 

 — Trending Fake News (@Fakeolizer), le 4 février 2015

Si j'exprime mon amour pour une fille le jour de la Saint-Valentin, notre mariage aura-t-il toujours lieu ? Cela signifie-t-il que le parti Hindu Mahasabha soutient la cause des personnes LGBT ?

— Srishti Sharma (@srishti597), le 10 février 2015

D'autres internautes se sont inspirés de l'actualité pour créer des mèmes amusants:

MDR !  #ValentinesDay#HinduMahasabhapic.twitter.com/OEsof9Q4eA 

— Faheem (@stoppression), le 8 février 2015

Le parti Hindu Mahasabha fut fondé en 1914 pour prôner un pays hindouiste et une idéologie nationaliste hindoue, l’Hindutva. En 1948, des membres de ce parti furent impliqués dans l'assassinat du Mahatma Gandhi. Syama Prasad Mukherjee, l'une des figures importantes du Hindu Mahasabha, le quitta peu après pour créer le futur Bharatiya Janata (plus connu sous l'acronyme BJP), qui est le parti actuellement au pouvoir.

De son côté, le parti Kalinga Sena souhaite réunir plusieurs régions – dont la langue soit l'odia – du grand royaume de Kalinga. La désintégration de ce dernier eut lieu au cours du processus d'indépendance de l'Inde. Ce parti défend la langue, la culture, le patrimoine et la connaissance des problèmes généraux de l'Etat. 

Aucun de ces deux partis n'a beaucoup d'influence sur la politique actuelle de l'Inde. 

Le parti Hindu Mahasabha a menacé de mettre en place une politique de moralité. Il a également manifesté, ainsi que le parti Sri Rama Sene et deux autres groupes politiques de droite, sa désapprobation au sujet de la Saint-Valentin, en réclamant une interdiction des congés, lors d'une manifestation qui s'est déroulée le 8 février dernier dans la ville de Mangalore.

Dans un message intitulé “Oui, oui, s'il vous plaît ! Préparez aussi ma lune de miel !” le journaliste et blogueur Piyush Rai a indiqué d'un ton sarcastique que le parti avait approuvé les mariages entre personnes de castes différentes, traditionnellement désapprouvés en Inde. Voici son annonce:

Toutes ces histoires d'amour sont tragiques et ces jeunes gens au coeur brisé n'ont jamais été soutenus par leur famille. Je suis sûr que le parti Hindu Mahasabha proposera une solution radicale, au moins le jour de la Saint-Valentin. 

Le journaliste Debashis Tripathy a comparé la tentative de violation de la vie privée effectuée par le Kalinga Sena à celle du Hindu Mahasabha:

Le parti Kalinga Sena filme les couples lors de la Saint-Valentin pour en envoyer des images à leurs parents. Que le parti Hindu Maha Sabha se casse ! #Odisha 

-— Debashis Tripathy (@deba1602), le 5 février 2015

L'écrivain et commentateur Sameera Khan a vivement critiqué les membres du parti Hindu Mahasabha qui, selon lui, empêchent les femmes de se rendre dans les lieux publics:

Quand les femmes veulent se rendre dans un espace public pour se distraire, flâner, s'asseoir sur un banc pour lire ou se balader (ou traîner, comme on dit par chez nous) avec un petit ami, la société indienne désapprouve tout cela.

Certaines personnes ont exigé que le premier ministre Narendra Modi commente ces faits et supprime le parti Hindu Mahasabha. Narendra Modi, jusqu'ici, n'a fait aucune déclaration publique, et le parti Hindu Mahasabha n'a pas fait d'annonce depuis ses dernières déclarations au sujet de ses projets pour la Saint-Valentin.

Le parti Hindu Mahasabha n'est rien d'autre qu'une bande d'imbéciles qui trompent les gens en étant déguisés comme des hindous protecteurs. Le parti BJP devrait prendre ses distances avec eux.

— Shanks (@vermashanks), le 10 février 2015

Narendra Modi sera récompensé pour son silence après ses 5 années passées au pouvoir. Le parti Hindu Mahasabha sera là pour installer des statues à l'effigie de Godse dans les temples – http://t.co/ZjNSep8Li7  

— FreedomFighterz (@PuliArason), le 31 janvier 2015

Une manifestation satirique est prévue à Delhi le 14 février devant le siège du parti Hindu Mahasabha. La page Facebook consacrée à cet événement a enregistré plus de 1 700 participants: 

À tous les amoureux du monde entier (ainsi qu'aux autres) ! Rassemblons-nous, sincèrement reconnaissants, devant le siège du parti Hindu Mahasabha à Mandir Marg […] ce 14 février, jour de la Saint-Valentin, pour la plus grande cérémonie épique de mariage de masse jamais célébrée à Delhi ! 

"SHUDDH DESI ROMANCE: Hindu Mahasabha Style!" a  protest against Hindu Mahasabha's plan to marry off couples wishing "I love you" on social media or in public

“ROMANCE SHUDDH DESI: le style du parti Hindu Mahasabha!” Il s'agit là d'une manifestation contre le projet du parti Hindu Mahasabha qui vise à marier les  couples affichant leur tendresse en public le jour de la Saint-Valentin. (Image: page Facebook consacrée à cet événement)

La Saint-Valentin approche et la police surveille avec vigilance les lieux sensibles. Alok Sharma, qui est l'inspecteur général de la ville de Meerut, a déclaré au journal Times of India: “Que ce soit à la Saint-Valentin ou un autre jour, personne n'a le droit d'exercer une police de moralité. Mais que les membres de l'organisation s'attendent à s'exposer à des poursuites si eux-mêmes participent à une activité de ce genre.”

La culture mondiale est plus acceptée localement, mais l'intolérance caractérisant certains groupes religieux et politiques vis-à-vis de l’évolution des modes de vie perturbe une société harmonieuse. Une telle intolérance nuit considérablement aux droits de l'Homme et aux libertés individuelles.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site