Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La politique linguistique agite à nouveau l'Afghanistan

Afghanistan_provinces_pashto

Le nom des provinces d'Afghanistan est écrit en pachto sur cette carte. Les Tadjiks, ainsi que les autres minorités ethniques dont la langue est le dari, craignent, avec l'arrivée au pouvoir de l'ethnie pachtoune, une préférence linguistique (Image: Wikipedia).

Salahuddin Rabbani, le nouveau ministre afghan des Affaires étrangères et fils de l'ancien président assassiné Burhanuddin Rabbani, fait actuellement l'objet de critiques pour avoir commencé son discours d'investiture devant le Parlement en s'exprimant en pachto. La critique la plus virulente vient des membres de l'ethnie dont ce ministre est issu. Ces derniers parlent le dari, et le fait que Salahuddin Rabbani ait choisi de s'exprimer dans une autre langue que sa langue maternelle est pour eux une trahison. 

Le pachto et le dari sont les deux langues officielles d'Afghanistan, selon la Constitution. Au cours des deux derniers siècles, tous les dirigeants de ce pays, à l'exception de Habibullah Kalakani et Burhanuddin Rabbani,  étaient issus de l'ethnie pachtoune. Le pachto est bien moins utilisé à l'écrit que le dari (appellation locale du persan). Ce dernier est aussi, en Afghanistan, la langue privilégiée par plusieurs groupes ethniques non-pachtounes, dont l'importante minorité tadjike à laquelle appartient Rabbani.*

Peu après le discours du 27 janvier, Abdullatif Pedram, chef du Parti du Congrès national et issu lui-même de la minorité tadjike, a écrit sur Facebook un message lu par un très grand nombre de personnes. Il y critiquait le nouveau gouvernement afghan de coalition, selon lui “illégal” et “anticonstitutionnel”, en ajoutant que Salahuddin Rabbani avait “trahi [sa] langue maternelle et la civilisation perse.”

Abdullatif Pedram. Photo from his Facebook page

Abdullatif Pedram (Photo sur sa page Facebook)

وقتی آقای صلاح الدین نیمه ی اول سخنرانی اش را به زبان پشتو متبرک می سازد،معنایش این است که زبان پشتو زبان اول این سرزمین است. نمایندگان کشورهای خارجی هم بر همین اساس به یقین می رسند. نام این کار خیانت به زبان مادری وفرهنگ غنامند فارسی است در روایات است که امام ابو حنیفه (رح)گفته بود میشود به این زبان نماز خواند.(دکترسروش) نامش تسلیم طلبی و بی همتی است. من به همه ی زبان های وطنم احترام می گذارم و آنهارا دوست میدارم منجمله زبان پشتورا. اما بحث عدالت خواهی چیزدیگری است زبان فارسی اکثریت زبانی است.

When Salahuddin starts the first part of his speech in Pashto, it means that Pashto is the first language in this land. Based on this, representatives of foreign countries will also come to the same conclusion. This is an infidelity to [his] native language and rich Farsi culture… I respect and love all languages in my country, including Pashto. But the issue is one of justice. Farsi is the language of the majority (in Afghanistan).

Lorsque Salahuddin commence la première partie de son discours en pachto, cela signifie que le pachto est la langue principale de ce pays. Sur la base de cette analyse, des représentants de pays étrangers arriveront aussi à la même conclusion. Il s'agit d'une infidélité à [sa] langue maternelle, à la culture perse ainsi qu'à la la richesse qui caractérise cette dernière… J'ai du respect pour toutes les langues de mon pays, y compris le pachto, et je les apprécie énormément. Mais il est question ici de justice. Le persan est la langue parlée par le plus grand nombre d'habitants (d'Afghanistan). 

Beaucoup de personnes sont de son avis et l'ont fait savoir

ﺟﻨﺎﺏ ﺩاﻛﺘﺮ ﺻﺎﺣﺐ ﺩﻗﻴﻖ ﻓﺮﻣﻮﺩﻳﺪ ﺑﭽﻪ ﻫﺎﻱ ﻛﻪ ﻫﻮﻳﺖ ﺧﻮﺩ ﺭا ﻣﻮﺭﺩ ﻣﻌﺎﻣﻠﻪ ﻗﺮاﺭ ﺩﻫﺪ ﭼﻪ ﺗﻮﻗﻊ اﺯ اﻥ ﺩاﺷﺖ.

Dear Dr. You are right. What else you can expect from those who trade their identity?

Monsieur, vous avez raison. Que peut-on attendre d'autre de la part de ceux qui changent d'identité ?

D'autres personnes ont accusé Abdullatif Pedram de nationalisme. Ahmad Wali Hakimi s'est montré sévère:

جناب پدرام حیف تحصیل وعمرگران بهایتان که به این پوچ وبیهوده میگذرانی تو خاین ملی هستی تو شخص مریض هستی خداکند مریضی شما ساری نباشد

M. Pedram, vous avez beaucoup d'éducation et votre vie est inestimable. Il est donc regrettable que vous perdiez votre temps avec des choses (et à discuter de choses) qui ne servent à rien. Vous avez trahi la nation, vous êtes un malade…

Un autre internaute, Fazl Azizi, a souligné la double nationalité du nouveau ministre des Affaires étrangères. Ce facteur a beaucoup contribué à sa nomination:

باید به زبان انگلیسی صحبت میکرد .تابعیت انگلیس داشت.

Il ferait mieux de parler l'anglais puisqu'il est citoyen britannique. 

En réalité, les médias nationaux ont fait savoir que la Chambre basse avait approuvé l'annulation de la citoyenneté britannique de Salahuddin Rabbani le 26 janvier dernier, afin que ce dernier pût, le lendemain, être nommé ministre des Affaires étrangères. Cependant, le parlement afghan doit encore donner son accord au sujet de l'arrivée au pouvoir de la moitié des ministres potentiels du président Ashraf Ghani. Beaucoup de ces derniers sont, eux aussi, citoyens de deux pays.

Ashraf Ghani – qui affirme lui-même être issu de l'ethnie pachtoune – et ses anciens adversaires dans le scrutin pour la présidence ont pris des mesures visant à instaurer des coalitions multiethniques lors de la campagne électorale de ce début d'année. Parmi les membres de l'équipe présidentielle figure, par exemple, Ahmad Zia Massoud, qui est issu de l'ethnie tadjike et est aussi le frère de Ahmad Shah Massoud, commandant de la célèbre Alliance du Nord. De nombreux Tadjiks ont critiqué Ahmad Zia Massoud pour avoir préféré s'associer à Ashraf Ghani qu'à son rival Abdullah Abdullah, issu de ces deux ethnies et ami très proche de Ahmad Shah Massoud avant l'assassinat de ce dernier en 2001. 

Salahuddin Rabbani fut ambassadeur d'Afghanistan en Turquie en 2011. Il a étudié à l'étranger et est considéré comme un technocrate, bien qu'ayant de forts liens tribaux avec l'ethnie tadjike du côté de feu son père. En commençant son discours en pachto, Salahuddin Rabbani cherchait peut-être à combler les fossés ethnique et linguistique existant en Afghanistan. La situation, cependant, semble s'être aggravée à cause de cet épisode.  

* Cliquer ici pour consulter une carte des langues d'Afghanistan. Remarque: sur cette carte ne figurent que des renseignements approximatifs et, par conséquent, contestables. .

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site