Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Argentine : La Présidente Cristina Fernández de Kirchner mise en accusation

Presidenta de Argentina, Cristina Fernández de Kirchner. Foto tomada de la cuenta oficial de la mandataria en Facebook

 On apprend en Argentine la mise en accusation de la présidente Cristina Fernandez de Kirchner par le procureur Gerardo Pollicita, après que celui-ci ait étudié la plainte présentée quatre jours avant son décès par le juge Alberto Nisman, pour une manœuvre visant à détourner des accusations portées contre l'État iranien après l'attentat de l’AMIA (Association culturelle israélite d'Argentine) en 1994. Dans son réquisitoire, il met en cause également le Chancelier Héctor Timmerman.

 Immédiatement après la mort du juge Alberto Nisman, qui a provoquée une polémique autour d'un suicide ou d'un homicidesa plainte a été reprise par le juge Daniel Rafecas pour qu'elle suive son cours judiciaire normal. 

Une fois connue la mise en accusation, le mot dièse Pollicita, qui regroupe les réactions en faveur ou contre celle-ci, est devenue une Tendance sur Twitter.  On a vu également apparaitre des réactions sous le hashtag #GolpismoJudicialActivo (coup d'état judiciaire). 

 Le procureur Gerardo Pollicita devient maintenant un héros selon @CFK Argentina, mais sa vie commence à être en danger pic.twitter.com/WwJiqZ7Lkj

 
— Debrey (@ByDebrey) 13  février 2015

Je ne sais pas pourquoi, mais il vont protéger à tout prix le procureur Pollicita… il ne faudrait pas qu'il y ait un autre suicide….

— Exe Santander (@ExeSanta) 13 février 2015

Ce week end, bien curieusement Pollicita va aux toilettes, glisse et se prend une balle……— Mr. H (@misery_cordia) 13 février 2015

La mise en accusation de Nisman, sans fait avéré, reprise aujourd'hui par le procureur Pollicita et les médias hégémoniques ne sont que #GolpismoJudicialActivo ( coup d'état judiciaire)  

— Eva (@MoreiraEva) 13 février 2015

 De son côté l'agence d'information Telam publie :

“Le gouvernement a déclaré que l'imputation de la Présidente est une maneuvre déstabilisatrice à type de coup d'état judiciaire”

A la veille de la marche silencieuse du 18 février, organisée à l'initiative des juges du parquet et des fonctionnaires de l'autorité judiciaire d'Argentine, la vidéo suivante a été utilisée pour diffuser l'appel. 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site