Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Mexique : une démocratie pervertie par ses médias

Fernando Vázquez Rigada analyse le rôle des médias au Mexique, un pays où, selon lui, la démocratie “est pervertie” car elle n'y fonctionne que formellement, un pays dans lequel les institutions politiques ne représentent pas la société comme elles le devraient.

Fotografía extraída del blog de Fernando Vazques Rigada, utilizada con autorización

Photographie du blog de Fernando Vazquez Rigada, utilisée avec son autorisation

Il ajoute que la responsabilité des médias mexicains est immense dans ce domaine. Au Mexique, il existe de très nombreux médias, mais quantité ne veut pas dire qualité, surtout lorsque l'on considère le lien étroit qui unit pouvoir politique et système médiatique :

L'État mexicain dépense chaque année une quantité de ressources extraordinaire pour les subventions des médias. Nous savons que le pouvoir exécutif fédéral y consacre environ 6 milliards de pesos par an [NDT: environ 350 millions d'euros]. Mais ce chiffre n'inclut pas les autres administrations, ni les 31 États, ni le District Fédéral, ni les 2 457 municipios, ni les 16 delegaciones de Mexico. Ne sont pas comptabilisées non plus les dépenses des partis politiques. C'est un chiffre qu'il faut au moins multiplier par dix.

Les médias mexicains doivent donc recevoir près de 70 milliards de pesos [NDT: environ 4 milliards d'euros] d'argent public chaque année. Cela représente 191 millions de pesos par jour. Presque 8 millions de pesos par heure.

Voilà ce qui explique l'immense déficit d'information dont souffre actuellement le Mexique. 

Fernando conclut que leurs liens avec le pouvoir politique et la dépendance économique vis-à-vis de celui-ci empêchent les médias d'informer librement le public et de jouer leur rôle d'observateurs du pouvoir, afin d'en pointer les failles et d'ouvrir le débat politique.

Vous pouvez suivre Fernando Vázquez Rigada sur Twitter.

L'article présenté ici a fait partie de la quarantième édition de #LunesDeBlogsGV le 23 février 2015.

1 commentaire

  • […] Fernando Vázquez Rigada analyse le rôle des médias au Mexique, un pays où, selon lui, la démocratie “est pervertie” car elle n'y fonctionne que formellement, un pays dans lequel les institutions politiques ne représentent pas la société comme elles le devraient.  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site