Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Il n'y a pas que la guerre en Somalie : une femme veut le démontrer

Screenshot of Ugaaso Boocow's Instagram account.

Capture d'écran du compte Instagram de Ugaaso Boocow

Ce reportage radio et article de la radio par Bradley Campbell pour The World dans le cadre du projet Across Women's Livesa été publié à l'origine sur PRI.org le 18 Février 2015. Ils sont publiés dans le cadre d'un accord de partage de contenus.

La Somalie est un pays déchiré par les guerres.

Listen to this story on PRI.org »

Nous y avons fait un reportage complet.

Mais il y a beaucoup plus que ça dans le pays. C'est ce que Ugaaso Boocow veut montrer. Native de Toronto, elle a déménagé à Mogadiscio récemment. C'est de là que ses parents sont originaires. Mais pour garder le contact avec ses amis et la famille restés au Canada, elle a commencé à publier des photos et de courtes vidéos sur Instagram.

Et maintenant, plus de 47 000 personnes et entités suivent son compte. “J'aimerais publier des choses que nous n'avons pas au Canada, des carafes embuées de jus de fruits, de pastèques et de mangues et de citron fraîchement pressé – le plus long littoral en Afrique”, dit-elle. “Juste pour montrer que c'est tout à fait normal d'être ici, de vivre ici, de travailler ici et d'etre une jeune femme dans ce pays.”

https://instagram.com/p/zP9MypMR2A/

Ses photos sont magnifiques. Mais à première vue vous ne remarquez pas les images comme les tonalités, en particulier celles montrant une route pavée ou les lumières. “C'est incroyable les petites choses que je publiais qui n'avaient pas de sens lorsque j'étais au Canada,” dit-elle. “Pourquoi voudriez-vous prendre la photo d'une lumière ? C'est parce que nous avons de l'électricité ici maintenant. Les routes sont pavées. Nous avons des bâtiments. Ça fascine les gens pour une raison quelconque”. Ceux qui la suivent sont éparpillés sur différents continents et pays. Elle a son audience dans sa ville d'origine, Toronto. D'autres en Scandinavie. Encore plus au Nigeria. Elle veut que les mots Somalie, Mogadiscio et Afrique orientale gens aient une connotation positive. 

Elle le veut pour le long terme, aussi. Chez elle, c'est Mogadishu. “Mogadiscio a toujours été mon chez moi dans mon cœur. Je n'ai pas été à Mogadiscio pendant les 20 dernières années, mais Mogadiscio a toujours été, et sera toujours ma maison. ” 

https://instagram.com/p/wUZKBWsRwm/

https://instagram.com/p/y9m8DAsR2P/

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site