Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Un jeu vidéo redonne vie à un conte Iñupiaq

Un conte traditionnel Iñupiaq appelé Kunuuksaayuka, raconté par Robert Nasruk Cleveland et documenté dans son livre Stories of the Black River People [Histoires du peuple de la Rivière Noire] vient de renaître sous la forme d'un jeu vidéo pour PC et autres consoles de jeu. Le nouveau jeu intitulé Never Alone [Jamais Seul(e) Kisima Inŋitchuŋa] ne cesse de recevoir des éloges pour son approche particulière qui intègre les communautés amérindiennes de l'Alaska dans tout le développement du jeu. 

Raconté en langue Iñupiat et sous-titré en anglais, le jeu raconte l'histoire d'une jeune fille appelée Nuna et de son compagnon, un renard arctique, qui partent à l'aventure pour découvrir la cause d'un blizzard terrible qui ravage leur communauté. Bien qu'à l'origine le héros soit un garçon dans la version racontée par Cleveland, les développeurs du jeu ont demandé la permission de Minnie Gray, la fille de Cleveland, pour effectuer ce changement. 

Au départ, le projet était une initiative collaborative du Conseil tribal de la crique de Cook qui a travaillé avec E-media et Upper One Games, le premier développeur de jeux vidéo appartenant à des membres d'une communauté autochtone. Sur le blog du jeu vidéo, les développeurs ont documenté tout le processus, et ont créé une vidéo sur les coulisses du tournage qui montre comment les aînés de la tribu, les jeunes et les linguistes ont tous fièrement participé au développement du jeu.   

Les recensions de cessent de se multiplier, et Roy Boney écrit sur le blog des Peuples Autochtones que Never Alone est “bien plus qu'un jeu vidéo typique. C'est une expérience culturelle présentée sous la forme d'une oeuvre d'art numérique magnifique et intelligente.” 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site