Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

En Chine, la ‘pollution politique’ divise l'opinion sur la crise de l'environnement

Chai addresses her audience with a picture from the smog-filled Northeastern city of Harbin in the background.

 Les discours publics polarisés sur ke documentaire de Chai Jing rendent impossible la construction d'un consensus sur le problème de la pollution atmsphérique en Chine.

“Sous le Dôme”, le documentaire à sensation sur la gravité de la pollution de l'air en Chine, produit par l'ancienne reporter de la télévision d'Etat CCTV Chai Jing, a été retiré des principaux sites de vidéos chinois le 6 mars, au lendemain de l'ouverture de la session annuelle de l'Assemblée Nationale Populaire.

Il avait déjà été vu plus de 200 millions de fois et a suscité d'intenses débats dans le public chinois.

Le documentaire a été bien accueilli. Beaucoup l'ont comparé au film d'Al Gore “Une Vérité qui dérange” (2006) et au “Printemps silencieux” de Rachel Carson (1962), et loué l'initiative et la persévérance de Chai Jing. La vidéo est désormais disponible avec des sous-titres français (jusqu'à la 45e minute ; cliquer sur “Settings” en-bas à droite de la vidéo et choisir “French”) :

Pourtant, dans les cercles plus politisés des leaders d'opinion, il y a aussi eu d'innombrables critiques. Certains, lorgnant dans la vie privée de Chai Jing l'ont taxée d'hypocrisie : elle fume, conduit et a accouché de sa fille aux USA ; d'autres ont interrogé sa motivation à réaliser ce documentaire et ont des soupçons sur son financement. D'autres encore ont critiqué son enquête comme peu professionnelle et bourrée d'erreurs factuelles.

Si la discussion publique déclenchée par le documentaire est sans précédent dans le pays, reste à savoir si elle conduira à un consensus dans l'opinion de la Chine d'aujourd'hui. He Qinglian, un économiste et auteur chinois renommé, estime qu'un tel consensus est désormais hors d'atteinte du fait de l'extrême disparité dans l'allocation des avantages sociaux en Chine.

Zhao Yifang, un étudiant de la London School of Economics, a trouvé frustrant le scepticisme du discours public :

这种非黑即白的思维说明一个现象就是,我们总在忽略人性的复杂。一个个体,做一件事情的动机难道
往往是多元的吗?一个公众人物决定做一件事情的时候,很可能是因为他或她的理想因素,虚荣心因素,利益考量等等综合在一起的结果。那有如何?为何公众不能坦诚面对人性的多元而要去计较一个绝对的伟大或者卑鄙?

La mentalité noir ou blanc ignore la complexité des êtres humains. Pourquoi ne pouvons-nous pas la tolérer ? Est-ce important qu'un personnage public ait des motifs divers, y compris ses idéaux, son désir de célébrité et ses avantages ? Pourquoi ne pas accepter la complexité des êtres humains au lieu de s'enliser dans l'attente du tout généreux ou du tout mesquin ?

Le célèbre critique sur Sina Weibo (l'équivalent chinois de Twitter) “Pretending in New York (Comme à New-York)” (@假装在纽约) en a lui aussi assez de toutes les théories du complot entourant le documentaire :

我甚至不在乎柴静拍这部视频是不是有炒作自己或者捞钱的目的。我不在乎。我对这个问题完全不感兴趣。这完全不重要。 柴静做了这么一次调查,形成了全社会呼吁解决雾霾问题的压力。这本身已经是一件功德无量的事。我心存感激。我甚至希望她能够从中因此获利,因为这样会激励更多的人走上她这条路。

Je me fiche pas mal que Chai Jing veuille se rendre célèbre ou gagner de l'argent avec son documentaire. Je lui suis seulement reconnaissant de son travail qui a pressé la société de réfléchir à une solution contre la pollution de l'air. J'espère même qu'elle tirera profit du documentaire, ce qui encouragerait plus de gens à endosser la cause.

D'autres ont relevé que la polémique et la remise en question sont peut-être une étape nécessaire dans l'apprentissage par l'opinion chinoise du débat public. Murong Xuecun (慕容雪村), un écrivain de Chine, a écrit sur le China Digital Times :

在公共事务的讨论中,诉诸情感或诉诸道德,常常是理据匮乏、语言匮乏的表现。但以宽容的心态视之,也可以把这当成是中国人学习如何参与讨论的必经阶段。而这才是真正应该“从我做起”的事,其中包括:尊重自己的论敌,尽量使用数据和事实说话,尽量不使用过激的语言,等等。

Dans la discussion publique, la diversion par des anecdotes émouvantes ou des vertus morales pourrait être considérée comme une insuffisance de preuves factuelles ou de langage convaincant. Mais nous devons aussi être tolérants, car c'est une phase nécessaire pour que les Chinois apprennent à participer au débat public, ce qui comporte le respect des contradicteurs, l'utilisation des chiffres et des faits, l'abstention de langage agressif, etc.

En outre, Murong a aussi noté que la mentalité noir-et-blanc résulte peut-être de la répression actuelle de l'expression en ligne en Chine :

很少有人注意到当前的分歧与言论环境的关系。在过去的两年间,中国的言论空间空前压缩,大量的账号被注销,许多原本可以存在的NGO被强令注销,大量的人被捕入狱。在日益艰难的环境中,言论者群体和社会公众都开始了明显的分化,一部分人投向主旋律的怀抱,一部分人闭上了嘴,还有一部分人则开始抛弃温情话语,走向激烈甚至极端.

Ces deux dernières années, l'espace de la discussion publique a énormément rétréci, de nombreux comptes de médias sociaux de personnalités publiques ont été fermés, et les ONG ont dû cesser leurs activités. Dans ces conditions, personnalités publiques et internautes ont commencé à adopter des méthodes extrêmes, certains pour se saisir des thèmes ordinaires, d'autres pour se taire et d'autres enfin se sont détournés des propos modérés en faveur de comportements agressifs voire extrêmes.

Murong a conclu que Chai Jing, figure typique des cercles modérés de critique des problèmes sociaux, impartiaux dans le débat, est vouée à subir des attaques féroces, et que la tendance est durable.

Zhang Tiezhi, un auteur taïwanais, fait écho à Murong sur le rétrécissement de l'espace de débat public en Chine. Il constate que comparée à la pollution de l'air, la pollution politique est plus grave. Il a souligné que sans société civile vigilante, le documentaire servira au mieux de cri d'alarme engendrant quelques initiatives individuelles contre la pollution, au lieu de provoquer des changements de fond dans le système.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site